RSS

Le FMI s’engage pour le système bancaire islamique

FMI finance islamique - banque islamique

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a procédé en février 2017 à son premier examen formel de la banque islamique, et a adopté une série de propositions émises par ses services concernant le rôle que le FMI devrait jouer dans ce domaine. Ces propositions figurent dans le document ci-dessous intitulé “Ensuring Financial Stability in Countries with Islamic Banking”.

La banque islamique continue de se développer rapidement, en taille et en complexité, ce qui contribue à l’expansion des circuits financiers et à l’inclusion financière dans bon nombre de pays, mais pose aussi des problèmes aux autorités de contrôle et aux banques centrales. La banque islamique implique des opérations, des structures de bilan et des risques qui diffèrent de ceux de la banque conventionnelle. En conséquence, il est nécessaire de mettre en place un environnement qui favorise la stabilité financière et le développement sain de la banque islamique.

Au cours des 20 dernières années, le FMI a fourni aux pays membres, selon leurs besoins, des conseils techniques sur des questions relatives à la banque islamique et a coopéré avec les organismes normalisateurs en la matière et les organisations internationales en vue d’établir des normes supplémentaires pour la banque islamique dans des domaines qui ne sont pas couverts par les normes internationales existantes. Ces dernières années, le nombre et la complexité des questions relatives à la banque islamique qui se posent lors des activités de surveillance bilatérale du FMI, ainsi que la demande de conseils et de renforcement des capacités dans ce domaine, ont augmenté, et une participation plus formelle de la part du FMI est nécessaire.

Renforcer le rôle du FMI dans le domaine de la banque islamique

Le FMI reconnait que la banque islamique présente une occasion pour de nombreux pays membres de renforcer l’intermédiation financière et l’inclusion financière, ainsi que de mobiliser des financements pour leur développement économique. Le développement de la banque islamique et sa complexité posent de nouveaux défis et représentent des risques inédits pour les autorités de réglementation et de contrôle. Dans ce contexte, le FMI s’engage à redoubler d’efforts pour établir un cadre d’action et un environnement qui favorisent la stabilité financière et le développement sain de la banque islamique, en particulier pour les pays où cette dernière a pris une importance systémique.

Consolider la gouvernance et la normalisation

Le FMI est appelé à fournir des conseils sur les questions relatives à la banque islamique dans le contexte de sa surveillance, de sa conception des programmes et de ses activités de renforcement des capacités. Le FMI continuera à soutenir les travaux des organismes normalisateurs en la matière et d’autres organisations internationales afin de s’attaquer aux lacunes actuelles de la réglementation internationale relative à la banque islamique.

Le FMI juge approprié de prendre en considération une proposition qui reconnaît de manière formelle les principes directeurs pour la réglementation de la finance islamique (segment banque), établis par le Conseil des services financiers islamiques – IFSB, comme norme dans le cadre de l’initiative des normes et codes du FMI et de la Banque mondiale. Une proposition formelle en ce sens devrait être soumise à l’approbation du FMI dans le contexte d’un document à paraître d’ici fin avril 2018.

Le FMI salue les progrès qui ont été accomplis dans l’établissement d’un dispositif juridique et d’un dispositif de gouvernance, ainsi que de normes de réglementation et de contrôle pour la banque islamique, en complément des normes internationales qui s’appliquent au-delà des banques islamiques. Sur la base des progrès accomplis, le FMI appelle à mettre en œuvre intégralement et à appliquer systématiquement ces normes, et à renforcer les capacités de contrôle du système bancaire islamique.

Adapter les systèmes de résolution et de garantie

Le FMI souligne qu’il importe de mettre en place des régimes de résolution robustes qui sont propres aux banques islamiques, ainsi que d’autres filets de sécurité financière pour les pays où opèrent des banques islamiques. Notant la lenteur des progrès accomplis dans ces domaines, le FMI souligne qu’il importe de continuer de collaborer avec les organismes internationaux compétents en ce qui concerne la conception de régimes juridiques et d’arrangements institutionnels pour une résolution efficace des banques islamiques, des systèmes de garantie des dépôts, ainsi que l’adaptation du dispositif conventionnel du prêteur en dernier ressort à la banque islamique.

Développer les instruments de liquidité et les Sukuk

Le FMI convient que la disponibilité d’actifs liquides de qualité pour la banque islamique est importante pour une gestion efficace des liquidités et la stabilité financière, ainsi que pour le développement durable de la banque islamique. Dans ce contexte, Le FMI appelle à redoubler d’efforts pour développer les marchés des Sukuk et à mettre en place des mécanismes et des instruments de liquidité appropriés au niveau des banques centrales.

Attention aux risques liés à l’imitation des produits financiers conventionnels

Le FMI constate que l’émergence, au cours des dernières années, de produits financiers hybrides dans la banque islamique, qui reproduisent les aspects correspondants de la banque conventionnelle, a peut-être apporté des avantages, mais suscite aussi des craintes pour la stabilité financière. Parmi ces craintes figurent l’apparition de nouveaux risques complexes, l’applicabilité des régimes prudentiels existants, des problèmes de gouvernance et de protection des consommateurs, ainsi qu’un risque de réputation. Le FMI s’engage et appelle les autres organismes régulateurs et normalisateurs compétents à poursuivre ces travaux pour mieux comprendre la nature de ces activités et comment elles peuvent être réglementées de manière efficace.

Document

Télécharger

 Ensuring Financial Stability in Countries with Islamic Banking

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 22, 2017 dans International

 

Étiquettes : , , , , ,

Zitouna Takaful : Appel à candidature au poste d’Administrateur indépendant

Zitouna Takaful

La Société d’Assurances et de Réassurances Zitouna Takaful lance un appel à candidatures pour désigner des Administrateurs Indépendants à son Conseil d’Administration. Les candidats doivent remplir les conditions énumérées dans les Termes de Référence ci-dessous.

Les candidats doivent posséder l’expertise pour accomplir convenablement leur mission et doivent notamment avoir une compréhension appropriée du fonctionnement d’une Société d’Assurances et disposer d’une expérience professionnelle d’au moins 15 ans dans le domaine financier et /ou juridique de l’Assurance.

Les candidats intéressés doivent faire parvenir avant le 01/03/2017 à 17h, le cachet du Bureau d’Ordre Central faisant foi, leur demande par voie postale sous pli fermé recommandé avec accusé de réception ou par Rapide-Poste ou par porteur, contre décharge, à : Zitouna Takaful, Bureau d’Ordre Central, Immeuble Zitouna Takaful, Avenue de la Bourse, Les Jardins du Lac 1053, Tunis.

L’enveloppe extérieure doit être libellée au nom de Monsieur le Directeur Général de Zitouna Takaful et doit porter la mention : « Ne pas ouvrir – Candidature au poste d’Administrateur Indépendant au Conseil d’Administration de Zitouna Takaful ».

Pour toute information ou éclaircissement, les candidats peuvent s’adresser à Zitouna Takaful par email à

mail

pdf Télécharger les Termes de Référence

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 21, 2017 dans Takaful, Tunisie

 

Étiquettes : , , ,

Le secret du succès des banques islamiques

Les avantages des banques participatives

Pourquoi ouvrir un compte dans une banque islamique ou participative ? L’élément religieux ne suffit pas à expliquer le remarquable succès international de ces banques, même dans des pays non musulmans. La réponse se trouve d’abord dans l’utilité réelle de ces banques qui préfigurent la banque de demain.

Voici quelques uns des principaux avantages des banques participatives :

  • Opérations courantes

La création récente des banques participatives leur permet d’adopter dès leur démarrage l’ensemble des fonctionnalités permises par les systèmes informatiques de nouvelle génération et d’intègrer les dernières nouveautés de la technologie numérique appliquée à la finance (Fintech).

Les banques participatives sont en premier lieu des institutions bancaires. La clientèle y trouve bien entendu l’ensemble des services proposés par les banques classiques : domiciliation de salaire, dépôt, retrait, virement, chéquier, carte bancaire, etc.

A cet égard, même s’ils n’ont pas besoin de crédit, les clients musulmans sont naturellement heureux de savoir que leur salaire domicilié chez la banque participative et leurs dépôts ne sont pas utilisés par la banque pour accorder des prêts à intérêt à d’autres clients. Ils ne se rendent pas ainsi complices du Riba que l’Islam considère comme un péché majeur (Al-Kabaïr).

  • Financement

En cas d’octroi d’un financement par la banque islamique, lorsqu’un client de bonne foi a des difficultés de remboursement, la banque n’a pas le droit de lui imposer des intérêts de retard et doit lui accorder des facilités de paiement.

  • Epargne

Les comptes d’épargne sont proposés par les banques participatives à leurs clients sous forme de dépôts d’investissement. Le client déposant autorise la banque à investir son argent selon la technique de Moudaraba. Dans cette relation, le client déposant a un statut d’investisseur (Rab-al-maal) et son épargne n’est pas rémunérée par un intérêt fixe mais par un bénéfice sur les investissements réalisés par la banque. L’épargne du client finance l’économie réelle, loin de toute spéculation.

En résumé, le succès des banques participatives est lié à la pratique d’une finance éthique où les relations banque-client sont plus équilibrées, ce qui contribue à la stabilité du système financier dans son ensemble et au développement des secteurs productifs.

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 20, 2017 dans finance islamique

 

Étiquettes : , , , ,

Finance Participative : le marketing comme levier de différenciation

Marketing de la finance participative

La finance participative est une industrie nouvelle qui s’installe au Maroc. Comme pour toutes les industries, elle doit être accompagnée d’outils de Communication et de Marketing pour réussir son déploiement sur le marché.

L’AMMC, Association Marocaine du Marketing et de la Communication, organise jeudi 23 février 2017 à 18h30 à Casablanca une rencontre pratique pour les professionnels de la finance participative, du marketing et de la communication sur le thème :

FINANCE PARTICIPATIVE : LE MARKETING COMME LEVIER DE DIFFÉRENTIATION ?

Le panel qui animera cette conférence sera composé de :

  • M. Mohamed MAAROUF, Directeur Général – Al Baraka Banking Group – BMCE Bank of Africa
  • M. Yassine EL MAHDI, Secrétaire Général – Association des Professionnels de la Finance Participative
  • M. Wail AAMINOU, Directeur Général – Al Maali Consulting Group
  • Mme Hanaa FOULANI (Modératrice), Associée Gérante – Intellection

A la veille du lancement par plusieurs banques de leurs campagnes de communication autour de la finance islamique, les praticiens du marketing sont en mesure de se poser quelques questions quant aux spécificités de ce type de produits et services :

  • Quelles techniques de communication sont plus adaptées à ce type d’offre ?
  • Quel est le profil client ?
  • Quels sont les avantages concurrentiels à mettre en avant pour atteindre un positionnement clair et sans équivoque ?
  • Quels sont les pièges à éviter dans la communication autour de ces produits et services ?

Ce sont quelque 200 Dirigeants et Cadres des secteurs Bancaires, des Assurances et de la Finance participative qui seront présents à cette conférence.

Vous pouvez confirmer votre participation en cliquant ici.

  • Date : Jeudi 23 février 2017 à 18h30
  • Lieu : ESCA – Ecole de Management, 7 rue Abou Youssef El Kindy, Bd Moulay Youssef 20060 Casablanca

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 16, 2017 dans Marketing, Maroc

 

Étiquettes : , , , , ,

Finance islamique : AAOIFI publie un standard pour les Sharia Board nationaux

aaoifi-central-shariah-board-standard

AAOIFI – Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions, publie le draft du Standard relatif au Shari’ah Board Central.

Ce standard traite de la création et de la gestion de comités de conformité nationaux centralisés, par opposition au système de Sharia Board interne propre à chaque banque.

Des auditions publiques seront organisées dans certains pays pour recueillir les avis de la profession.

Ce standard, élaboré par la Commission Gouvernance et Ethique de l’AAOIFI, constitue une approche méthodologique détaillée concernant la définition, les attributions, les responsabilités, la nomination, la composition, l’indépendance, les termes de référence pour un Central Shari’ah Board.

L’AAOIFI invite les experts et les praticiens de la finance islamique à faire part de leurs observations éventuelles sur ce projet en adressant leurs remarques avant le 28 février 2017 par email à Sharia@aaoifi.com.

pdf Télécharger le projet de Standard

Sur le même sujet :

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 7, 2017 dans AAOIFI

 

Étiquettes : , , , ,

La reconversion des banquiers à la finance islamique

Ressources humaines finance participative

  • Banques participatives : comment réussir la reconversion des banquiers conventionnels ?

Pour constituer leurs équipes durant la phase de lancement, les banques islamiques ou participatives filiales de banques conventionnelles combinent généralement le redéploiement interne de collaborateurs et le recrutement externe de nouveaux talents. Cette démarche est appuyée par des programmes de formation ciblés destinés à mettre à niveau les collaborateurs sur le plan technique.

L’acquisition du “savoir faire” technique spécifique aux instruments de la finance islamique ne pose en principe pas de difficulté particulière pour des candidats motivés. Le “savoir être” nécessite en revanche une attention particulière pour réussir dans ce qui constitue dans une large mesure une finance affinitaire. Le savoir être du bon banquier islamique, surtout lorsqu’il est en relation directe avec la clientèle, repose sur un socle culturel qui intègre des éléments puisés dans le droit musulman des transactions (Fiqh al muâamalat), ainsi que dans l’Histoire et la tradition prophétique (Sîra et Sunna).

C’est ce socle qui donne au banquier islamique ou participatif l’aisance relationnelle qui lui permet de mettre en confiance le client avant de l’embarquer dans la complexité de l’ingénierie financière islamique et de lui expliquer le mécanisme et les implications du contrat qui lui est proposé. La crispation que manifestent certains banquiers issus de la finance classique à l’égard de la finance islamique s’explique en grande partie par une lacune à ce niveau.

De vrais banquiers participatifs

Pour être crédible, le banquier participatif doit pouvoir convaincre son client de l’authenticité de son offre, aussi bien dans le fond (le produit) que dans la forme (l’interlocuteur et son discours). Le client ne doit surtout pas avoir l’impression qu’il a affaire avec une finance conventionnelle maquillée.

Les décideurs de la politique RH des banques concernées devraient évaluer a priori la capacité des collaborateurs pressentis pour les équipes de finance islamique d’assumer cette expérience disruptive et de remodeler leur mode de pensée et leur discours pour passer du conventionnel au participatif.

En particulier, le top management assigné à la finance participative islamique doit avoir une bonne compréhension des opportunités et des risques propres à cette industrie, et détenir une vision dynamique de son avenir, pour assurer le leadership de l’institution dont il a la charge.

En amont, un dialogue orienté résultats doit s’instaurer entre les départements RH, les praticiens de la finance participative et les responsables des programmes de formation afin de bien adapter les cursus aux exigences de la profession.

Ce changement de paradigme concerne tous les professionnels impliqués dans l’écosystème de la finance islamique : banques participatives, assurances Takaful, marché islamique de capitaux, avocats, notaires, consultants, etc.

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 6, 2017 dans Formations, recrutement

 

Étiquettes : , , , , , ,

IBQ ® Islamic Banking Qualification : une formation certifiante en finance islamique en France

SAAFI : Formation IBQ Paris

Organisée en France par SAAFI, l’Islamic Banking Qualification Program IBQ ® est une certification dédiée aux principes et pratiques bancaires islamiques. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire à la prochaine session qui se tiendra les 18, 19 et 20 mai 2017 à Marseille. Cette formation en langue française vise à permettre aux professionnels de la finance de comprendre et/ou d’intégrer le secteur bancaire islamique.

SAAFI organise aussi des sessions sur mesure dans les locaux professionnels des institutions intéressées, y compris à l’étranger, ou dans son centre de formation de Marseille, aux dates de leur choix.

Conçue par Al Maali, groupe international leader spécialisé dans les services professionnels liés à la finance et l’économie islamiques, cette certification se veut riche tant par le niveau du contenu que par les outils pédagogiques. La formation est d’une durée de 25 heures structurées sous le mode de workshop interactif avec des présentations et études de cas précédées par des lectures.

La formation est assurée par Ezzedine GHLAMALLAH directeur de SAAFI, Executive MBA Finance Islamique et ancien élève de l’École Nationale de l’Assurance. Il enseigne la finance islamique dans les Universités de droit de Cergy Pontoise et de Mulhouse ainsi que le takaful à l’Université de droit de Strasbourg, il intervient également à l’ESSEC et à la Paris School of Business. Il anime la rubrique « finance éthique » sur le site Saphirnews.com, et publie régulièrement des articles dans des revues telles que l’Islamic Finance News ou l’Argus de l’Assurance.

Objectifs de la certification

A l’issue de ce programme de certification, les participants vont pouvoir :

  • Connaître les principes de base du droit musulman gouvernant la finance islamique et se familiariser avec les contrats et produits financiers islamiques
  • Maîtriser le fonctionnement des produits et services financiers conformes au droit musulman
  • Assimiler la structure, le mode de fonctionnement et la gouvernance des banques islamiques
  • Prendre connaissance des pratiques à l’international des banques islamiques

La certification est à destination des professionnels de la finance ou exerçant une activité en lien avec les services financiers : banques et institutions financières, sociétés d’assurance, organismes non gouvernementaux, organismes de régulation, conseillers financiers, courtiers, avocats, juristes, académiciens, consultants et cadres associatifs.

Modalités de la formation

  • La formation est dispensée sur 3 jours intensifs précédée par des lectures et suivie par un examen.
  • Méthode d’examen : La certification sera sanctionnée par un examen sous forme de QCM.
  • Prochaine session : les 18, 19 et 20 mai 2017 à Marseille.
  • Prix total de la qualification : 1200 €. Tarif spécial étudiants et demandeurs d’emploi.

Interview : Focus sur l’Islamic Banking Qualification Program – IBQ

Renseignements et inscriptions>

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 25, 2014 dans Formations, France

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,