RSS

Archives de Tag: finance islamique

Finance islamique au Maroc : la BMCI (BNP Paribas) recrute un Responsable Contrôle Interne

BMCI BNP-Paribas

La BMCI recrute en CDI un Responsable Contrôle Interne pour sa Business Unit Finance participative. Le poste est basé à Casablanca.

Contexte du recrutement et définition de poste

Créée en 1943, la BMCI (Banque Marocaine pour le Commerce et l’Industrie) est aujourd’hui un acteur majeur du paysage bancaire marocain ( et filiale du Groupe BNP Paribas, leader européen des services bancaires et financiers d’envergure mondiale et l’une des 6 banques les plus solides du monde selon Standard & Poor’s, avec une présence dans 85 pays et 205000 collaborateurs.

La BMCI, c’est :

  • Un réseau de distribution en plein développement au Maroc avec 3075 collaborateurs et près de 356 agences.
  • Une organisation structurée autour de lignes de clientèle (Corporate et Retail Banking) et de filiales et métiers spécialisés (Gestion d’Actifs, Cash Management, Trade…).

Poste

  • Il réalise les PSF et les plans de contrôle conformément au planning.
  • Il respecte la méthodologie pour une meilleure qualité des contrôles. – Il fait le point avec les entités du périmètre sur les contrôles réalisés.
  • Il remonte au responsable de la BU Finance participative, les résultats de ses contrôles conformément aux délais fixés.
  • Il assure la correcte tenue et la conservation des dossiers de travail ( PSF et plans de contrôle réalisés).
  • Il s’assure de la mise en œuvre des recommandations émises lors de la réalisation de ses contrôles.
  • Il est force de proposition pour suggérer des aménagements ou des améliorations tant au niveau des
  • procédures, des contrôles que des outils.
  • Il intervient si besoin est, dans des missions thématiques et des missions spéciales.
  • Il peut être appelé à intervenir dans la formation des équipes sur les différentes sujets rentrant dans son activité.

Profil Recherché

  • Savoir apprécier les risques.
  • Connaître les outils et méthodologie de contrôle. – Avoir une bonne connaissance des procédures couvrant les différentes familles de risques (administratif, comptable, opérationnel, image et réputation crédit et garanties, juridique, etc.).
  • Savoir faire des analyses et des synthèses. – Savoir communiquer oralement et par écrit – Maîtriser les valeurs du Groupe pour les décliner au niveau de ses contrôles – Connaissance parfaite des produits participatifs – Maitrise des préceptes de la Chariâ.

Postuler

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 24, 2016 dans Maroc, recrutement

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Finance islamique : la Banque Al Baraka d’Algérie relance le crédit automobile

Banque Al Baraka

Avec la réintroduction début 2016 du crédit à la consommation pour financer l’acquisition de produits locaux, de nombreux établissements bancaires algériens se lancent désormais dans ce créneau, à l’instar de la banque privée Al Baraka d’Algérie, qui a mis en place une nouvelle structure dédiée spécifiquement à ce type de financement.

«Depuis mars dernier, nous avons déjà collecté quelque 3000 dossiers de demande de crédit automobile à travers nos agences et nous avons financé 1400 clients pour un montant global de plus de 1,3 milliard de dinars», affirme le directeur marketing d’Al Baraka, Saïd Karim. Dans un premier temps, indique-t-il, «nous avons choisi de nous concentrer sur le crédit automobile en accordant des financements à hauteur de 900 000 DA par client pour l’acquisition de véhicules Renault fabriqués localement.

Dans les semaines à venir, nous étendrons ces financements à d’autres catégories de produits, notamment les meubles et l’électroménager, en engageant au préalable des conventions de crédit avec les structures chargées des œuvres sociales au sein d’institutions et d’entreprises publiques et privées». Interrogé sur les conditions de financement que propose la banque à ses clients sur ces nouveaux crédits à la consommation, Saïd Karim souligne qu’Al Baraka offre des produits qui obéissent d’abord aux principes du banking islamique qui, affirme-t-il, sont très sollicités par la clientèle.

Aussi, précise-t-il, pour le crédit automobile, la banque propose un taux de marge effectif total de 9% qui englobe tous les frais et commissions, y compris ceux liés à l’assurance. Aujourd’hui grâce à l’expérience acquise, cette banque peut répondre rapidement aux demandeurs de crédit à la consommation.  “Quand un client se présente au niveau de l’agence Al Baraka, il a l’information immédiatement, s’il est éligible ou pas, à quelle hauteur il est éligible, l’apport personnel et les mensualités à payer. Si le dossier est complet, la décision est prise dans les trois jours qui suivent le dépôt. Le délai peut aller jusqu’à 5 jours en cas de forte demande”, a affirmé M. Saïd Karim, évoquant parfois le problème de disponibilité.

La banque compte étendre le crédit à la consommation aux autres produits éligibles à ce type de financement comme l’électroménager, les meubles… durant le deuxième semestre 2016. La banque Al Baraka Algérie semble avoir capitalisé son expérience dans le financement du crédit à la consommation. Pour rappel, cet établissement financier a été leader dans le crédit automobile, dans sa première version, avant son interdiction par le gouvernement.

D’après El Watan & Liberté Algérie – Synthèse : RIBH

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
2 Commentaires

Publié par le juillet 23, 2016 dans Algérie

 

Étiquettes : , , , , ,

Formation, mobilité interne et recrutement externe pour lancer la banque participative au Maroc

RH banques participatives

RH banques participatives : 5.000 postes à créer dans les premières années, selon les spécialistes.

Les employés du secteur financier, débutants ou expérimentés, sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux futurs établissements participatifs. «Il s’agit pour ces cadres de saisir la chance de développer leurs carrières», rapporte Rachid El Maataoui, directeur général de Financité Institute.

Les premiers recrutements se sont surtout fait en interne pour des fonctions opérationnelles destinées à mener les chantiers structurants des futurs établissements (mise en place des process, du système d’information, la gestion des risques, le contrôle interne…).

Les banques ne devraient recourir massivement au recrutement externe qu’après l’obtention des agréments. Certains établissements y recourent toutefois dès à présent notamment pour combler des besoins urgents.

Après la première vague de recrutements concernant les fonctions opérationnelles, les embauches à venir des banques spécialisées porteront de plus en plus sur le commercial. «Si ce volet ne représente actuellement que 20% des recrutements, il devrait monter à 50% dans les prochains mois et à 75% sur les prochaines années, une fois un certain degré de maturité atteint, conformément aux normes du secteur», fait savoir le directeur d’une future entité.

A priori, le futur secteur de la finance participative a largement de quoi absorber ces vocations naissantes. Un simple calcul permet de s’en convaincre rapidement. L’arrivée de ces nouveaux acteurs devrait se traduire par l’ouverture de 150 à 200 agences, selon les spécialistes. Sachant que jusqu’à 10 employés seront nécessaires pour faire tourner chaque point de service, le besoin s’élève à 2.000 postes. Si l’on ajoute les sièges centraux des futures entités (10 établissements sont actuellement en lice pour l’obtention d’un agrément de banque participative dont 8 envisagent la création de filiales à part entière) qui devraient nécessiter chacun au bas mot une vingtaine d’employés, ce sont au moins 200 postes qui seront créés.

Et ce ne sont là que les besoins estimés des banques. Avec elles, il y aura aussi les sociétés de leasing, les fonds d’investissement, les sociétés d’assurance, les sociétés de conseil, les cabinets d’avocats, les cabinets d’expertise comptable et d’audit, les bureaux d’études, les centres de formation, etc. Sans trop forcer sur les perspectives, les spécialistes estiment ainsi que 5.000 professionnels seront nécessaires pour lancer la finance participative au Maroc.

Les banques ont redéployé des compétences existantes à même de prendre en charge les chantiers opérationnels du démarrage. Dans d’autres cas, les employés se manifestent d’eux-mêmes auprès de leur hiérarchie pour rejoindre les nouvelles filiales participatives, et ils sont nombreux dans ce cas, selon les constats du management des futures entités. Cette course s’explique par le fait que les équipes qui participent à la mise en place des nouvelles structures ont de solides chances d’occuper des postes d’encadrement par la suite, justifie un banquier.

Pour former ces compétences internes, les établissements leur font suivre des programmes ciblés. C’est d’ailleurs surtout cette demande qui dope aujourd’hui le marché de la formation à la finance islamique.

Les spécialistes de la formation ont mis en place depuis des mois des programmes adressés aux établissements ainsi qu’aux particuliers qui veulent s’initier. Si au départ l’offre s’est multipliée à foison avec des programmes de qualité variable, une sélection naturelle semble s’être opérée depuis. «Les établissements s’adressent aujourd’hui à une liste réduite d’institutions dont la fiabilité est avérée», observe un professionnel. Dans le lot, Al Maali Institute et Financité Institute se positionnent en leaders du marché. Pour un programme bien coté, il faut compter actuellement autour de 15.000 DH pour une formation courte et 60.000 DH pour une formation en master dispensée sur un an.

D’après La Vie Eco – Synthèse : RIBH

Le Journal de la finance islamique

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 21, 2016 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , ,

Finance islamique : CIH Bank recrute un Chef de Projet SI

Chef de projet SI

CIH Bank recrute un Chef de Projet Système d’Information sénior pour sa filiale banque participative.

Fonction : Chef de projet SI

Localisation : Casablanca

Mission

  • Piloter le chantier de mise en place des modules T24.
  • Rédaction des cahiers des charges et des spécifications générales.
  • Suivre les réalisations du chantier.
  • Assurer la relation avec l’éditeur.
  • Organiser la recette utilisateur.
  • Assister l’équipe CDC à la rédaction des Process, Procédure et manuels d’utilisateurs.
  • Organisation des ateliers de cadrage et de validation
  • Participer à la rédaction des manuels utilisateurs.

Compétences

  • Conduite des projets d’intégration des progiciels bancaires (Connaissance de T24 est un plus)
  • Maitrise des techniques de gestion de projet
  • Maitrise du domaine bancaire
  • Une bonne maîtrise de l’anglais technique.
  • Une bonne capacité rédactionnelle.

Profil recherché

Ingénieur informatique ayant  minimum 5 ans d’expérience de préférence dans le domaine bancaire. Une connaissance de la finance islamique et des engagements serait souhaitable.

Postuler à l’offre d’emploi

Voir aussi : Offre d’emploi Ingénieur étude et développement progiciel

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 17, 2016 dans Maroc, recrutement

 

Étiquettes : , , , ,

Finance islamique au Maroc : le consortium CIH Bank, QIIB et CDG recrute des Directeurs d’Agence

CIH-QIIB

Les recrutements en finance islamique s’accélèrent au Maroc. Le consortium CIH Bank, QIIB et CDG recrute pour sa future banque participative des Directeurs d’Agences dans les villes de Casablanca, Rabat, Oujda, Laâyoune, Fès, Tanger, Tétouan, Agadir et Marrakech.

Profil recherché

  • De formation supérieure, Bac + 4/5, en gestion, commerce, finance ou assimilé, vous justifiez idéalement d’une expérience de cinq ans ou plus dans une fonction similaire.
  • Une connaissance dans le domaine « Finance Participative » serait appréciée.
  • Vous avez un bon sens commercial et une grande aisance relationnelle. Vous avez de bonnes compétences dans la gestion des risques et le management des équipes.

La demande d’agrément déposée auprès de Bank al-Maghrib prévoit que le capital de la nouvelle banque participative sera réparti entre le CIH 40%, QIIB 40% et CDG 20%.

Postuler

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
1 commentaire

Publié par le juillet 11, 2016 dans Maroc, recrutement

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Crédit auto : le Groupe Renault se lance dans la finance islamique au Maroc

RCI Finance Renault Maroc

Le Groupe Renault se lance dans la finance islamique via sa société de financement RCI Finance Maroc. La société de financement du groupe Renault, a déposé une demande d’agrément auprès de Bank Al-Maghrib pour proposer des solutions de finance islamique à sa clientèle.

L’information a été communiquée par la Banque centrale marocaine à l’occasion de la conférence de presse organisée le 30 juin 2016 pour faire le point sur l’avancée du chantier de la finance participative au Maroc.

Fondée en 2005, RCI Finance Maroc est une filiale du groupe RCI Banque, présent dans 39 pays, lui-même filiale à 100% du Groupe Renault.

RCI Finance Maroc exerce deux activités principales :

  • le financement des clients particuliers et entreprises des réseaux de distribution Renault et Dacia ;
  • le financement des stocks de véhicules neufs et de pièces de rechange du réseau de concessionnaires.

Leader du financement et des services automobiles, RCI Finance Maroc propose dans l’ensemble des showrooms Renault et Dacia une gamme complète d’offres pour les particuliers, les professionnels et les entreprises (crédit auto, leasing, factoring).

RCI Finance Maroc commercialise également au niveau de ses points de vente des contrats d’assurance emprunteur (assurance décès-invalidité) et d’assurance perte totale du véhicule (vol de voiture / incendie).

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

partagez

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 3, 2016 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,