RSS

Archives de Tag: ingénierie financière

Diplôme Universitaire en Ingénierie Financière à l’École Mohammadia d’Ingénieurs

Diplôme Universitaire Ingénierie Financière EMIL’École Mohammadia d’Ingénieurs lance un “Diplôme Universitaire en Ingénierie Financière” au sein de son Centre de Formation Continue de Rabat.

Ce cycle supérieur de formation continue est destiné à former des ingénieurs financiers ayant une excellente maîtrise des nouveaux produits financiers, afin de comprendre les problématiques financières modernes aussi bien conventionnelles que participatives et pouvoir manipuler des outils conceptuels de plus en plus complexes.

DIPLÔME D’UNIVERSITÉ SPÉCIALISÉ EN INGÉNIERIE FINANCIÈRE

Contenu des modules

  • Finance et pratiques bancaires : Théorie de la finance, Finance de marché, ALM, Logiciels pour la banque
  • Outils quantitatifs pour la finance : Probabilités-Statistiques, Outils Informatiques, Mathématiques financières, Analyse des données et Datamining
  • Techniques d’ingénierie financière : Modélisation et gestion des risques, Optimisation et Gestion de portefeuille, Analyse financière, Méthodes numériques, Pricing des produits dérivés.
  • Techniques bancaires participatives : Principes et Techniques Chariatiques en Finance Islamique, Mode opératoire et produits participatifs, Marché des capitaux et gestion de la Trésorerie
  • Cadre institutionnel et environnement réglementaire : Cadre réglementaire de l’activité bancaire duale, Comptabilité bancaire duale, Droit des banques et des marchés financiers
  • Ingénierie financière participative : Modélisation et ingénierie des produits islamiques, Pratiques islamiques en Corporate finance, Couverture des risques en finance islamique

Séminaires :

  • Activités des marchés
  • Stratégie financière
  • Analyse statistique des marchés financiers
  • Marchés des matières premières
  • Risques opérationnels
  • Micro finance islamique
  • Assurance Takaful
  • Financement Islamique par Mourabaha

Cette formation, assurée par des professeurs universitaires et des professionnels nationaux et internationaux, s’adresse aux cadres exerçant ou qui voudraient évoluer dans le domaine du risk management en : Banques (d’affaires, d’investissement, …), Caisses de retraite, Sociétés de bourse et de gestion de portefeuilles, Bureaux de conseils en finance et en assurance, Grands groupes industriels, etc.

Pdf Télécharger la Brochure

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 13, 2017 dans Formations, Maroc

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’ingénierie financière islamique, Fiqh al Mouamalat comme levier de développement

ingenierie financiere

L’ingénierie financière islamique : conformité à la Chari’a, profitabilité et exigences de développement. Si les principes de base de la finance islamique semblent définitivement établis, l’innovation financière islamique existe et demeure en pleine évolution.

L’ingénierie financière islamique en est encore à ses débuts, notamment comme instrument de lutte contre l’exclusion sociale et la pauvreté. Elle constitue à ce titre un véritable creuset pour des initiatives originales répondant aux besoins exprimés par la société. 

L’accroissement des produits financiers islamiques est généralement limité à la re-conception des produits conventionnels pour répondre aux exigences des lois contractuelles et commerciales islamiques. Une vue plus large de la conformité à la Chari’a demeure nécessaire afin de débattre et de proposer une nouvelle génération de produits financiers islamiques qui tende vers un développement véritable et durable où l’Homme, l’éthique, la rentabilité, la performance économique et l’environnement seraient au centre des préoccupations.

Certes, les aspirations sont plus grandes, mais seule une ingénierie financière pertinente, cohérente et performante, voire moderne et créative, puisant dans l’immensité du Fiqh al Mouamalat, dans un esprit chariatique épanoui, novateur et indépendant, serait à même à faire sortir cette jeune industrie du sentier battu des produits réplicatifs « Shari’a Compliant » vers de nouveaux instruments propres « Shari’a Based ».

Toutefois, vu la carence manifeste en capital humain qualifié et à double compétence financière et chariatique (Fiqh al Mouamalat et Ousoul al Fiqh), la recherche en ingénierie financière islamique industrieuses reste très timide, elle bute fréquemment sur le faible cadrage financier des Scholars, eux-mêmes freinés dans leur élan par la faible actualisation du Fiqh Al Mouamalat.

Des efforts ont récemment été accomplis dans des pays tels que la Malaisie, l’Egypte et Bahreïn en vue de traiter cette question ainsi que l’ambiguïté issue des différentes interprétations de la Chari’a. Ces questions devraient s’estomper dans un avenir proche grâce aux progrès réalisés par les organismes de supervision tels que l’Islamic Financial Service Board (IFSB), l’International Islamic Financial Market (IIFM), l’Accounting and Auditing Organization of Islamic Finance Institutions (AAOIFI), et bien d’autres encore. Enfin l’ingénierie financière islamique aura besoin aujourd’hui de construire un business modèle, fiable, moderne, complet et global.

Article original : Forum International de Sfax sur la Finance Islamique (Tunisie)

Lire aussi : Communiqué relatif aux inscriptions au Doctorat en Fiqh Malékite de la Faculté de la Charia de Fès (Maroc)

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver tous les liens et la signature ci-dessus.

partagez

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 29, 2015 dans Ingénierie financière

 

Étiquettes : , ,

La finance islamique n’est pas gratuite

Allah a permis le commerce, et interdit le Riba

Editorial

Certaines personnes souhaiteraient que la finance islamique soit gratuite. D’autres reprochent aux banques islamiques de chercher le profit, tout comme les banques conventionnelles. La réalité c’est que les banques islamiques gagnent de l’argent en réalisant des opérations de commerce de la même manière qu’un marchand ne vend pas ses produits au même prix qu’il les a achetés.

Mais au fait, c’est quoi la finance islamique ? La réponse politiquement correcte est de dire que c’est une finance éthique. Les financiers vous diront que c’est une finance basée sur le partage des pertes et profits. Mais la réponse simple et directe, c’est de dire que c’est une finance halal. La viande halal n’est pas gratuite, la finance halal non plus.

Qu’y a-t-il de mal à chercher le profit ? Supprimez le profit et c’est toute l’économie qui s’effondre. La faillite du système communiste en est le meilleur exemple. Pourquoi les commerçants iraient ils au bout du monde nous rapporter les produits de consommation nécessaires à la vie s’ils n’étaient pas motivés par le profit ?

Différence entre marge commerciale et “loyer de l’argent”

Les banques islamiques financent l’économie réelle en servant d’intermédiaire entre d’un côté les épargnants et les investisseurs et d’un autre côté les entrepreneurs et les marchands. Les banques islamiques fournissent des services aux particuliers, aux entreprises et à l’ensemble de l’économie et ces services sont rémunérés de manière halal.

Les contrats des banques islamiques sont basés sur des opérations de commerce, pas sur le loyer de l’argent. L’Islam considère en effet que l’argent n’est pas un bien qu’on peut louer mais un instrument destiné à évaluer la valeur d’un bien réel ou d’une marchandise.

La finance islamique constitue la meilleure réponse aux dérives de la finance dématérialisée, aux bulles spéculatives, et à l’accaparement des richesses par les oligopoles bancaires qui “louent” à leur clientèle de l’argent virtuel.

L’Humanité continue de profiter des apports de l’Islam

La complexité du calcul des parts d’héritage en Islam est à l’origine du développement de l’arithmétique par les savants musulmans. La nécessité pour le musulman de déterminer la Qibla (la direction de la Kaâba) en n’importe quel point géographique où il se trouve, a conduit ces savants à enrichir la géométrie et l’astronomie.

De même, aujourd’hui les spécialistes de la finance islamique sont conviés à développer des instruments financiers permettant de maximiser la justice des transactions, pas seulement les profits. Ces pionniers préparent la relève d’un système fondé sur la financiarisation de l’économie qui arrive aujourd’hui au bout de ses contradictions. Le principe du « loyer de l’argent » est le ver dans le fruit du capitalisme financier.

La finance islamique moderne est une nouvelle contribution de l’Islam au progrès humain, et elle ne s’adresse pas qu’aux musulmans. Aux gens de bonne volonté de diffuser le message.

RIBH

 
1 commentaire

Publié par le mai 3, 2015 dans Editorial

 

Étiquettes : , , , , , ,