RSS

Archives de Tag: Ijara

La Banque Mondiale prêche la finance islamique

Global Infrastructure Forum

L’organisation d’une conférence sur la contribution de la finance islamique au développement des infrastructures a été l’occasion pour le représentant de la Banque Mondiale de faire le point sur l’engagement de son institution au service de la finance islamique.

En ouverture de la conférence Finance Islamique et Partenariat Public-Privé (PPP) pour le développement des infrastructures qui s’est tenue à Kuala Lumpur, Malaisie les 8-9 mai 2017, Laurence Carter, Directeur des Partenariats Public-Privé à la Banque Mondiale a prononcé le discours suivant dont nous publions la traduction compte tenu de son intérêt.

Honorables invités, mesdames et messieurs : assalamou alaykoum, bonjour et bienvenue !

Permettez-moi de commencer par exprimer ma gratitude à Tan Sri Dato’ Seri Ranjit Ajit Singh, Chairman of Securities Commission Malaysia, de nous accueillir. Et également pour le partenariat et la collaboration de la Commission qui ont permis la tenue de cette conférence. Merci de nous accueillir dans votre beau pays.

Au nom de la Banque Mondiale, je tiens à vous remercier de vous joindre à nous pour cette conférence. Je suis confiant que durant les deux prochains jours nous bénéficierons tous du partage d’expérience concernant la mobilisation de la finance islamique pour les Partenariats Public-Privé. Et que nous apprendrons comment nous pouvons faire davantage. Cette conférence réunit deux domaines pertinents pour supporter le développement des infrastructures dans les marchés émergents

La Malaisie et le leader global de la finance islamique du point de vue de son cadre réglementaire incitatif et de son marché de capitaux Islamique attractif. En Mai 2016, 74% des valeurs mobilières cotées à la Bourse de Malaisie étaient Sharia compliant, et ce ratio s’élevait à 80% pour les valeurs mobilières relatives aux infrastructures. Nous sommes donc ici pour apprendre de l’expérience de la Malaisie et des experts de divers horizons réunis ici aujourd’hui.

L’approche du Groupe de la Banque Mondiale pour le développement des infrastructures accorde une place importante à la dissémination du savoir et à la collaboration au sein de la communauté du développement. Cette collaboration est particulièrement étroite avec les banques multilatérales de développement (MDBs). Je suis honoré et heureux que mon ami Walid Abdelwahab, Directeur du Financement des Infrastructures à la Banque Islamique de Développement (BID), soit parmi nous et parlera aujourd’hui d’un exemple de notre coopération : la réalisation d’un port terminal à conteneurs à Djibouti (projet Doraleh PPP). Ceci est un premier exemple de la manière dont collaborent les MDBs pour fournir le financement, mobiliser le capital privé, bâtir la capacité d’action, réduire le coût des transactions et renforcer le pipeline de projets bancables.

Le mois dernier, l’ensemble des banques multilatérales de développement, en partenariat avec l’ONU, ont organisé le Global Infrastructure Forum à Washington (photo ci-dessus). Il y a un large consensus sur le fait que les objectifs de développement durable nécessitent la mobilisation de plus de capitaux privés. D’ailleurs, le G20 vient d’avaliser certains des principes des MDBs pour la syndication des financements privés.

La finance islamique peut jouer un rôle significatif pour soutenir la croissance inclusive. Les estimations qui ressortent d’un document publié conjointement par la Banque Islamique de Développement et la Banque Mondiale suggèrent que les actifs Sharia compliant ont cru exponentiellement durant les deux dernières décades pour atteindre près de 1900 milliards de dollars répartis sur 50 pays musulmans et non musulmans. Les Sukuk ont été émis par des pays non musulmans et ont connu une croissance rapide. J’irais jusqu’à dire que les Objectifs de Croissance Durable ne seront pas atteints sans un rôle accru de la finance islamique.

Une implication croissante de la Banque Mondiale dans la finance islamique

L’engagement de la Banque Mondiale dans la finance islamique est directement lié aux objectifs de la banque de réduire la pauvreté, promouvoir le développement du secteur financier, élargir l’inclusion financière, et asseoir la stabilité financière dans les pays membres. Au cours des dernières années, la Banque Mondiale a accru son soutien de la finance islamique de plusieurs façons :

  • Premièrement en fournissant des prestations de conseil pour assister les régulateurs, les banques centrales et les instances gouvernementales, par exemple, sur la supervision des banques islamiques ;
  • Deuxièmement, en déployant des instruments financiers islamiques, y compris les solutions participatives, de financement et d’investissement. A titre d’exemple, IFC (filiale de la Banque Mondiale) a émis 3 Sukuk : le premier en 2004 sur le marché malaisien à travers un Wawasan Islamic Bond de MYR 500 million ; le second en 2009 dans la région du Golfe via un Hilal Sukuk de $100 million, et plus récemment en 2014 via un $100 million Wakala Sukuk à maturité de 5 ans sur Nasdaq Dubai.
  • Troisièmement, en fournissant une assurance risques politiques pour des projets complexes réalisés grâce à des montages financiers islamiques.
  • Enfin, le Groupe Banque Mondiale contribue au développement de standards internationaux pour la finance islamique tels que les Core Principles for Regulation and Supervision of Islamic Banks de l’ISFB (Islamic Finance Services Board).

Un autre exemple qui mérite d’être cité est l’accord pour le financement de l’Aéroport International Queen Alia en Jordanie conclu en 2007. Il implique la réhabilitation de l’aéroport existant, la construction d’un nouveau terminal d’une capacité de 12 millions de passagers par an, et l’exploitation de l’aéroport sous forme d’une concession de 25 ans. Ce projet est considéré comme une première au Moyen Orient impliquant à la fois la finance islamique et la finance conventionnelle pour un PPP. La structure islamique du projet a porté sur un Istisna’a de US$100 million combiné avec un bail à terme sous forme d’Ijara. Le succès du partenariat a conduit à la mise en place d’un autre financement syndiqué en 2014 arrangé par la BID et IFC, avec d’autres banques commerciales.

Le Groupe Banque Mondiale s’est également engagé pour faire connaître la finance islamique afin de sensibiliser et promouvoir l’utilisation d’instruments financiers Sharia compliant. La BID et la Banque Mondiale ont notamment publié le premier rapport global sur la finance islamique, qui détaille les perspectives globale de la finance islamique et sa capacité à réduire les inégalités de revenu, améliorer le partage de richesses, et réaliser les Objectifs de Développement global.

PPPs Sharia compliant

En ligne avec nos débats de ce jour, notre prochain Rapport sur la Mobilisation de la Finance Islamique pour les Partenariats Public-Privé (Report on Mobilizing Islamic Finance for Public-Private Partnerships) aussi en partenariat avec la BID, est en cours de finalisation et sera publié d’ici la fin de l’année. La recherche dans ce rapport est destinée à sensibiliser sur la meilleure approche pour mobiliser les capitaux Sharia compliant vers les PPP d’infrastructure. Le rapport se concentrera sur trois domaines : (i) Premièrement les expériences réunies à travers l’utilisation de la finance islamique pour les PPP ; (ii) Deuxièmement, les instruments légaux et réglementaires facilitant ou entravant les investissements Sharia compliant ; (iii) Troisièmement, les structures utilisées dans les projets récemment finalisés à travers la finance islamique. La recherche a été enrichie par un Workshop organisé à Dubai en mars 2017 qui a réuni des dizaines de professionnels de la finance islamique qui ont échangé leurs expériences sur les PPP Sharia compliant et qui ont donné leur feedback sur le draft du rapport. Nous sommes très reconnaissants aux praticiens qui y ont participé, et en particulier à ceux qui ont depuis continué à contribuer à notre recherche, dont Mohammed Paracha de Norton Rose Fulbright et Khalid Howladar d’Accreditus qui s’exprimeront aujourd’hui. Le rapport comportera une série de recommandations pour élargir l’utilisation de la finance islamique dans les projets d’infrastructure durable.

Mais il y a beaucoup plus que nous aimerions faire au niveau de la Banque Mondiale pour promouvoir la mobilisation de finance islamique pour l’infrastructure et les PPP. Nous avons besoin de vos conseils.

C’est ce qui nous amène aujourd’hui à notre conférence. Compte tenu du potentiel de la finance islamique à soutenir le développement des infrastructures, cette conférence se focalisera sur la meilleure façon de déployer la finance islamique de projet dans le cadre de schémas de livraison en PPP et d’identifier les interventions pertinentes au niveau légal, réglementaire et institutionnel pour favoriser l’expansion des financements islamiques.

A mesure que nous explorerons les détails de la finance islamique et des partenariats public-privé tout au long de la journée, gardons à l’esprit et soyons motivés par deux objectifs ultimes : éliminer l’extrême pauvreté durant cette génération et stimuler la prospérité partagée. Nous sommes déterminés à atteindre ces objectifs. Que nos délibérations soient orientées vers ce résultat. Il y a un test facile pour cela. Dans cinq ans, lorsqu’une autre conférence sera organisée sur ce sujet, en espérant que le financement islamique des PPPs aura encore augmenté, est-ce que les intervenants citeront le meeting de 2017 à Kuala Lumpur ? Je le souhaite.

Laurence Carter, Senior Director, Public Private Partnerships of World Bank

Traduction : RIBH

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

PPP

Voir aussi :

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le mai 10, 2017 dans PPP

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Radioscopie des circulaires de Bank Al-Maghrib sur les banques participatives

Circulaires de Bank Al-Maghrib sur les banques participatives

Par Mohamed Talal LAHLOU, Consultant et formateur en finance islamique

Promesse contraignante, Qabd hukmi, Haamish jiddiya, Tawarruq organisé… Voilà des mots peu communs qui reviendront sans doute désormais de manière récurrente dans le langage financier. Et pour cause, trois circulaires très attendues sur les banques participatives ont été publiées au BO n°6548 du 2-3-2017 après leur validation par le Conseil supérieur des Oulémas (CSO). Que peut-on en tirer comme enseignements majeurs? Quelles sont leurs principales implications?

Ces circulaires concernent la finance participative dans certains aspects qui peuvent sembler relever du détail technique, mais dont les implications sont déterminantes pour le futur de l’industrie au Maroc et peut être même en Afrique, le Maroc ayant l’ambition de devenir un hub financier africain.

En préambule, il convient de relever que la première circulaire établit que la récupération de la marchandise peut être validée par  »al qabd al hukmi ». En clair, comprendre qu’il suffit de signer un papier pour valider complètement un transfert de propriété, et de re-signer un autre papier une minute plus tard pour re-transférer la propriété. D’un point de vue boursier, cela permet au day trading et au trading à haute fréquence, pas encore d’actualité, d’entrer de plein pied dans les transactions financières participatives. Cette position du CSO reviendra certainement pour les marchés financiers. A l’échelle des banques, avec cet avis, le métier n’entamera pas de mutation fondamentale.

La circulaire n°1/W/17 définit les spécificités techniques des produits Ijara, Mourabaha, Moucharaka, Moudaraba, Salam, ainsi que les modalités de leur présentation à la clientèle.

  • Murabaha

Concernant la Murabaha, elle ne peut porter sur des devises, qui doivent donc être payées au comptant. Le Forex est donc globalement mis à la porte pour les banques participatives. A rebours, la décision n’est pas valable pour l’or et l’argent, contrairement aux avis de l’Académie internationale du fiqh et de l’AAOIFI. Il sera donc possible, au Maroc, de vendre de l’or et de l’argent à terme. Les biens achetés par une murabaha, eux, auront des prix définitifs. Ainsi, la révision à la hausse du prix n’est pas possible. Quid des pénalités de retard? Elles font leur apparition dans l’article 9, à travers des dommages que la banque peut réclamer et donc le plafond sera fixé par BAM. Ces dommages doivent être réels et documentés. Si le client choisit de faire un RPA (remboursement par anticipation), la banque n’est contractuellement pas tenue de lui accorder une remise, vu que le prix est définitivement fixé. Elle peut pour autant pratiquer cette remise de manière inconditionnelle et unilatérale (Article 7). Le bien objet de Murabaha ne peut faire l’objet d’un rachat avant la fin des paiements. Il ne doit pas non plus être racheté pour être revendu afin de procéder à un rééchelonnement de dette. Les montages destinés à répliquer certains procédés d’endettement communs en Malaisie sont ici écartés.

Concernant la Murabaha au donneur d’ordre, il est important de relever le point lié à la promesse contraignante, à l’instar de la majorité des banques islamiques dans le monde. La promesse devient contraignante dès lors que la banque a acquis le bien (article 11). Il sera également question du  »haamish al jiddiyah » qui sera un montant prélevé lors de la formulation de la promesse et qui servira à combler d’éventuelles pertes subies par la banque en cas de rétractation du client sur l’achat qu’il a promis. Ces pertes ne pourront en aucun cas dépasser le préjudice subi (article 13). La nouveauté est que même le client peut réclamer réparation si la banque lui fait subir un préjudice. Ces opérations doivent se tenir en 3 actes distincts, et la promesse formulée par le client ne saurait être aussi formulée par la banque et devenir mutuellement contraignante (article 14). En point d’honneur, relevons l’article 16 qui mentionne qu’aucune opération ne pourrait avoir lieu si l’objet d’utilisation des fonds ou des biens et services est illicite (ou illégale). Cela dépendra de comment doit-on comprendre  »mashroo ». Une telle mesure oblige les banques participatives à surveiller de près les activités qu’elles financeront, et la destination des biens qu’elles loueront (l’ijara porte la même norme) et vendront.

  • Ijara

En parlant d’ijara, il est utile de noter que l’article 18 ouvre la voie au loyer variable, à condition que l’indice de référence de cette variation soit mentionné dans le contrat et que le plafond et le palier soient connus. L’ijara ne dérogeant pas aux principales règles du CSO, elle pourra aussi faire l’objet d’une promesse contraignante formulée par le client (article 24), de même qu’un  »haamish al jiddiyah » (article 25). Il est à noter que la vente doit avoir lieu dans un contrat séparé en cas d’ijara muntahiya bittamlik (article 28). En termes de procédures, la banque pourra donner une procuration (wakala) à son client pour récupérer le bien qu’elle aura acquis et qu’elle lui louera immédiatement, auprès du fournisseur initial (article 30), une mesure souvent controversée en orient.

  • Musharaka et Mudaraba

Venons-en aux produits participatifs, par essence, que sont la Musharaka et la Mudaraba. Ce qui attire l’attention dans la première avec l’article 40, c’est l’impossibilité dans le cadre d’une Musharaka dégressive (souvent utilisée dans l’immobilier comme alternative à la murabaha) de promettre le rachat ou la vente des parts, et encore moins à un prix prédéterminé, « avant la signature du contrat musharaka ». Cette précision est troublante dans la mesure où elle implique que ce sera possible juste après la signature du contrat, avec des incidences risquées en termes de conformité.

  • Salam

Le cinquième et dernier contrat évoqué par le circulaire est le contrat Salam, l’Istisnaa étant reporté sine die. La première surprise vient de l’article 56 qui permet de procéder au contrat salam sur l’or et l’argent, dans le même esprit que le contrat murabaha sur cette orientation. Une orientation qui fera couler beaucoup d’encre très certainement, tant elle déroge aux normes connues jusqu’ici. Le contrat salam peut également porter sur les biens manufacturés assez communs et très disponibles (modèles standards de téléphones, de voitures…), selon l’article 59. La banque aura ici également le droit de donner procuration à son client pour revendre le bien objet du salam directement après son achat auprès du fournisseur (article 69), en phase avec la question du  »qabd hukmi ».

Cette circulaire est conclue par l’interdiction de la transaction  »al iina » très en vogue jusqu’à 2013 en Malaisie, et l’interdiction du tawarruq organisé (article 72), interdit par l’académie internationale du fiqh en 2009, mais très pratiqué par certaines banques du Golfe et surtout en Malaise. Cette dernière transaction est un outil d’endettement à grande échelle, et de levier dans le cadre des marchés financiers. Sa mise à l’écart est salutaire. Subtilement, le terme organisé implique que le tawarruq classique sera possible.

La circulaire n°2/W/17 concerne les comptes d’investissement. Ces derniers sont des comptes de dépôt de clients qui sont réinvestis en conformité avec la sharia. Contrairement aux comptes d’épargne, ils peuvent générer pour le déposant des profits mais aussi des pertes liées à ces investissements. Ils peuvent être restreints à un segment ou secteur précis, ou non restreints (article 5). Il est à relever que la mesure est tellement nouvelle que BAM a demandé (article 12) aux banques d’écrire ces éléments en caractères plus gros que le reste du contrat! Précisons que les pertes ne peuvent être couvertes par des mécanismes tels que les dons de tiers (article 18), ce qui est une bonne nouvelle pour le marché des sukuk, qui devrait s’aligner sur cette vision retenue par le CSO. Une disposition qui est, pour le coup, bien originale dans le contexte des pratiques actuelles en finance islamique.

La circulaire n°3/W/17 concerne les fenêtres participatives. Elle précise que la direction doit comporter au moins un membre qui maîtrise la finance participative, de même pour le management. Mais rien n’est dit sur les critères retenus pour déterminer cette maîtrise. Elle précise également que les fenêtres participatives ne doivent pas changer leur visuel, mais peuvent adopter de petits logos annexes en plus de leur visuel principal, pour distinguer ces agences des autres (article 11).

Les circulaires sont, en somme, assez en phase avec les pratiques internationales de la finance islamique, et n’apportent pas de nouveauté majeure, si ce n’est l’interdiction salutaire du tawarruq organisé, l’interdiction salutaire de couvrir les pertes par un don d’un tiers, mais aussi la permission controversée de la vente à terme et du salam sur l’or et l’argent. En validant les pratiques déjà communes de promesse contraignante, de haamish al jiddiyah et de wakala donnée au client pour récupérer le bien acheté directement chez le fournisseur, les circulaires ancrent le fonctionnement des futures banques participatives dans le cadre déjà mis en place par les pratiques du Golfe. La reprise du Qabd Hukmi consolide cet état de fait, qui permet de conclure que la finance participative marocaine ressemblera à près de 90% aux pratiques déjà connues par ailleurs. Un gage de stabilité et de risque maîtrisé pour certains, un manque d’ambition et de lucidité pour d’autres. Les pratiques des opérateurs viendront clarifier les constats préliminaires, de toute évidence.

Mohamed Talal LAHLOU

Cet article a été initialement publié par l’auteur sous le titre « Comment lire et que retenir des circulaires finales sur les banques participatives? » sur Qissaas.

Le Journal de la finance islamique

 
1 commentaire

Publié par le mars 20, 2017 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Mourabaha et Ijara : un séminaire pour maîtriser les aspects juridiques, comptables et fiscaux

Mourabaha Ijara

FINANCITÉ Institute organise un atelier de formation d’une journée pour maîtriser les aspects juridiques, comptables et fiscaux de la Mourabaha et de l’Ijara le vendredi 24 mars 2017 à Casablanca. Ce séminaire s’adresse aux banquiers et professionnels du financement, professionnels des transactions immobilières, notaires, experts comptables, ainsi qu’à l’ensemble des intervenants de la finance participative.

Ce workshop intervient au lendemain de la publication au Bulletin Officiel (BO n°6548 du 2-3-2017) de la circulaire de Bank Al-Maghrib n°1/W/17 relative aux contrats de finance islamique qui seront proposés par les banques participatives. Mourabaha et Ijara constitueront la grande majorité des produits de financement commercialisés par les banques participatives au Maroc.

Objectifs du séminaire

Le séminaire sera l’occasion pour les participants de faire un tour technique approfondi à 360° de la Mourabaha et de l’Ijara sur le plan juridique, comptable et fiscal :

  • Comprendre les conditions de fonds et de forme, le formalisme juridique, les clauses obligatoires, ainsi que  les  particularités juridiques des contrats Ijara et Mourabaha.
  • Assimiler les dispositions du PCEC, les Normes IFRS et les Normes AAOIFI.
  • Connaître le nouveau cadre fiscal Marocain relatif aux contrats Ijara et Mourabaha.

Animateur : M. Abderrafi  EL MAATAOUI

M. Abderrafi EL MAATAOUI est Expert-comptable, Commissaire aux comptes et Expert-conseil en Corporate finance depuis près de 25 ans.

M. Abderrafi EL MAATAOUI est le premier expert-comptable marocain spécialisé en finance islamique certifié Auditeur Conseil Sharia par l’AAOIFI (Accounting and Auditing Organization of Islamic Finance Institutions) et certifié CDIF (CIMA Diploma in Islamic Finance) par le Chartered Institute of Management Accountants.

  • Date : 24 mars 2017
  • Lieu : Hôtel 5 *****
  • Prix : 4 400 DH

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS

 
Commentaires fermés sur Mourabaha et Ijara : un séminaire pour maîtriser les aspects juridiques, comptables et fiscaux

Publié par le mars 17, 2017 dans Formations, Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Circulaire du Wali de Bank Al-Maghrib n°1/W/17 : Ijara, Mourabaha, Moucharaka, Moudaraba, Salam

Circulaire du Wali de Bank Al-Maghrib n°1/W/17

La Circulaire du Wali de Bank Al-Maghrib n°1/W/17 du 27 janvier 2017 relative aux spécificités techniques des produits Ijara, Mourabaha, Moucharaka, Moudaraba, Salam, ainsi que les modalités de leur présentation à la clientèle a été publiée au Bulletin officiel n°6548 du 2 mars 2017 après avoir été avalisée par le Conseil supérieur des Oulémas (CSO).

Cette circulaire fait l’objet de l’Arrêté de publication du ministre de l’économie et des finances n°339-17 du 17 février 2017 figurant au même BO n°6548 du 2 mars 2017.

Télécharger Télécharger la Circulaire n°1/W/17 Pdf (Version Arabe)

L’hebdomadaire La Vie éco avait publié en avant première une excellente analyse des dispositions de cette circulaire : “Tout sur les produits de financement participatifs autorisés au Maroc”.

Voir aussi : Les textes de loi relatifs à la Finance Islamique au Maroc

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 5, 2017 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

La finance islamique au service du Partenariat Public-Privé PPP

PPP

La Banque Mondiale et la Banque Islamique de Développement (BID) ont conjointement organisé le 22 mars 2016 un webinaire dédié à la mobilisation des instruments de la finance islamique en faveur des projets conçus sous forme de Partenariat Public-Privé (PPP).

L’initiative qui s’inscrit dans le cadre de l’Open Learning Campus intervient au moment où la finance islamique commence à émerger comme source significative de financement des projets d’infrastructure PPP, tels que les aéroports, les autoroutes, les ports, les centrales énergétiques et les hopitaux.

Avec l’effort accru des pays émergents de mobiliser des financements privés pour l’infrastructure sous forme de PPP, et la raréfaction des sources de financement par dette ou participation, les tendances globales montrent la prédominance de deux types d’instruments islamiques pour financer les projets PPP : Ijara (ou location vente) et Istisna’a (contrat d’entreprise en vue de la fabrication d’un équipement ou de la réalisation d’un projet).

De nombreux gouvernements s’intéressent désormais aux questions légales et réglementaires liées aux flux de financements islamiques, qu’il s’agisse de contrats basés sur la dette ou sur la participation, en cherchant à déterminer les structures de projets les mieux indiquées pour ce type de financement.

Ce webinaire fait partie d’une série destinée à diffuser la connaissance de la finance islamique au niveau des pays à la recherche de financement pour leurs infrastructures et à améliorer l’utilisation des instruments Sharia compliant pour la mobilisation de financements privés dans le cadre de PPP.

pdf Islamic Finance and PPP – Presentation by Fida Rana, Investment Lead, PPP – IDB

Vidéo Mobilizing Islamic Finance Basics & Relevance to PPPs (Vidéo)

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 5, 2016 dans PPP

 

Étiquettes : , , , , , , , ,