RSS

Archives de Tag: BMCI

BMCI Najmah, une nouvelle étoile dans l’univers de la banque participative au Maroc

BMCI Najmah banque participative

La BMCI déploiera ses services de banque participative sous l’enseigne BMCI Najmah. Après avoir obtenu début 2017 l’agrément de Bank Al-Maghrib pour exercer la finance participative (islamique) au Maroc, la filiale marocaine du groupe BNP Paribas prévoit de doter dans un premier temps une quinzaine de ses agences de fenêtres participatives ou « Islamic windows ».

Le label BNP Paribas Najmah a été créé en 2003 au Bahreïn pour servir de parapluie à l’ensemble des activités de finance islamique du groupe BNP Paribas dans le monde.

Active dans ce secteur depuis le début des années 80, BNP Paribas a été l’une des premières banques à reconnaître l’importance de la finance islamique. BNP Paribas Najmah a développé des solutions créatives de Finance Islamique telles que la première Emission Obligataire Islamique (Sukuk), Dérivés Actions (Equity Derivatives), Titrisation (Asset Securitization), Dérivés de Crédit (Credit Derivatives) et Financement Structuré Islamique de type « Murabaha ».

Au Maroc, l’offre BMCI Najmah concernera aussi bien les particuliers que les professionnels et les sociétés. Elle devrait comprendre des produits de placement et des solutions de financement, sans oublier bien sûr les services de la banque au quotidien (chèques, cartes bancaires, banque en ligne, etc.).

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
3 Commentaires

Publié par le mars 20, 2017 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Finance islamique : un guichet banque participative pour les filiales des banques françaises au Maroc

BNP Paribas, Société Générale, Groupe Crédit Agricole

Les filiales des trois principales banques françaises installées au Maroc vont créer des guichets islamiques pour répondre à la forte demande attendue pour les produits de finance participative. Il s’agit de BNP Paribas (BMCI), de la Société Générale, et du groupe Crédit Agricole (Crédit du Maroc).

Cette stratégie de pénétration du marché devrait être provisoire. Si la demande pour les produits bancaire islamique se confirme, ces banques devront filialiser l’activité des “Islamic windows” dans un réseau distinct.

Cette approche a été choisie par Bank Al-Maghrib pour ne pas pénaliser les banques locales qui vont consentir de gros investissements pour l’activité de banque participative.

La banque centrale limite à cet égard le volume de l’encours des financements participatifs accordés par les fenêtres participatives à 10% du total des financements de la banque. Au démarrage, le réseau de fenêtres islamiques ne pourra être supérieur à 4% du total des agences. Ce taux sera porté à 6% fin 2018, 8% après 2019 et 10% à partir de 2021.

Pour leur marketing, les fenêtres participatives ne pourront avoir une identité visuelle différente, à l’exception d’une signature juxtaposée au logo de la banque indiquant que l’agence distribue des financements participatifs.

Crédit du Maroc et Société Générale vont, dans un premier temps, dédier 10 à 12 agences à la banque participative, sans créer de filiale dédiée à cette activité. Les deux banques divergent cependant sur la stratégie de déploiement. Crédit du Maroc va créer « une banque dans la banque » en invoquant la préférence de sa clientèle existante pour une solution de proximité. Société Générale va spécialiser ses agences de banque participative sous la signature “Dar Al-Amane” suite à une étude ayant démontré une préférence de sa clientèle pour un réseau distinct et étanche à la finance conventionnelle.

Signatures « banque participative » de Société Générale et Crédit du Maroc
Dar al-Amane Société Générale

Dar al-Amane Société Générale

CDM banque participative

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 15, 2017 dans France, Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Finance islamique au Maroc : la BMCI (BNP Paribas) recrute un Responsable Contrôle Interne

BMCI BNP-Paribas

La BMCI recrute en CDI un Responsable Contrôle Interne pour sa Business Unit Finance participative. Le poste est basé à Casablanca.

Contexte du recrutement et définition de poste

Créée en 1943, la BMCI (Banque Marocaine pour le Commerce et l’Industrie) est aujourd’hui un acteur majeur du paysage bancaire marocain ( et filiale du Groupe BNP Paribas, leader européen des services bancaires et financiers d’envergure mondiale et l’une des 6 banques les plus solides du monde selon Standard & Poor’s, avec une présence dans 85 pays et 205000 collaborateurs.

La BMCI, c’est :

  • Un réseau de distribution en plein développement au Maroc avec 3075 collaborateurs et près de 356 agences.
  • Une organisation structurée autour de lignes de clientèle (Corporate et Retail Banking) et de filiales et métiers spécialisés (Gestion d’Actifs, Cash Management, Trade…).

Poste

  • Il réalise les PSF et les plans de contrôle conformément au planning.
  • Il respecte la méthodologie pour une meilleure qualité des contrôles. – Il fait le point avec les entités du périmètre sur les contrôles réalisés.
  • Il remonte au responsable de la BU Finance participative, les résultats de ses contrôles conformément aux délais fixés.
  • Il assure la correcte tenue et la conservation des dossiers de travail ( PSF et plans de contrôle réalisés).
  • Il s’assure de la mise en œuvre des recommandations émises lors de la réalisation de ses contrôles.
  • Il est force de proposition pour suggérer des aménagements ou des améliorations tant au niveau des
  • procédures, des contrôles que des outils.
  • Il intervient si besoin est, dans des missions thématiques et des missions spéciales.
  • Il peut être appelé à intervenir dans la formation des équipes sur les différentes sujets rentrant dans son activité.

Profil Recherché

  • Savoir apprécier les risques.
  • Connaître les outils et méthodologie de contrôle. – Avoir une bonne connaissance des procédures couvrant les différentes familles de risques (administratif, comptable, opérationnel, image et réputation crédit et garanties, juridique, etc.).
  • Savoir faire des analyses et des synthèses. – Savoir communiquer oralement et par écrit – Maîtriser les valeurs du Groupe pour les décliner au niveau de ses contrôles – Connaissance parfaite des produits participatifs – Maitrise des préceptes de la Chariâ.

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 24, 2016 dans Maroc, recrutement

 

Étiquettes : , , , , , , ,