RSS

Archives de Tag: banques participatives

Finance islamique : la mobilité bancaire est une opportunité pour les banques participatives

mobilite-bancaire-changer-de-banque

Le dispositif de mobilité bancaire en vigueur depuis le 15 janvier 2017 permet aux marocains de changer de banque plus facilement. Les clients qui ne souhaitent pas que leur salaire ou leurs dépôts financent des opérations de Riba pourront transférer leur compte dans l’une des Banques Participatives agréées par Bank Al-Maghrib.

Le code de mobilité bancaire, a été adopté en juin 2015 par le Groupement professionnel des banques du Maroc (Gpbm) en concertation avec Bank Al-Maghrib pour améliorer la concurrence entre banques. Les banques ont eu un an et demi pour se préparer à cette charte et s’organiser pour faciliter le transfert des comptes des clients qui souhaitent changer de banque.

La nouvelle banque choisie par le client s’engage, après accord écrit du client et selon son choix, à effectuer les formalités à sa place pour que les prélèvements opérés sur ses comptes (électricité, téléphone…) et les virements régulièrement reçus (salaires, allocations, pensions…) soient transférés sur le nouveau compte. S’il préfère, le client reste libre d’effectuer lui même ces démarches.

La clôture des anciens comptes est gratuite. Cette facilité concerne les comptes à vue, en situation régulière, qui ne font pas l’objet d’une mesure de saisie ou d’opposition. Elle ne concerne pas le rachat de crédits éventuels souscrits par le client et les comptes d’épargne.

Ainsi, avec une seule signature, le client pourra charger sa nouvelle banque d’accomplir les démarches de transfert de compte à sa place.

Un guide de la mobilité indiquant les démarches à suivre pour le transfert du compte d’une banque vers une autre sera mis gratuitement à la disposition de la clientèle à travers le réseau bancaire.

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
1 commentaire

Publié par le janvier 14, 2017 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Agrément des Banques Participatives, communiqué de Bank Al-Maghrib

https://ribh.wordpress.com/banques-participatives/

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 2, 2017 dans Maroc

 

Étiquettes : , , ,

Meilleure Initiative en Finance Participative MIFP 2016 – Appel à candidature

Meilleure Initiative en Finance Participative (MIFP)

Le 1er Congrès International des Professionnels de la Finance Participative qui se tient à Casablanca les 14-15 décembre 2016 verra la remise du Prix de la Meilleure Initiative en Finance Participative (MIFP).

Ce Trophée récompense les initiatives, les projets, les innovations ou les démarches originales et ambitieuses entreprises par la société civile dans le domaine de la finance participative.

Critères de sélection

Chaque candidat est tenu de sélectionner parmi ses actions et projets une initiative susceptible de maximiser ses chances de remporter le Trophée MIFP, et de la présenter au Comité Scientifique du Congrès des PFI. Les critères de sélection porteront sur les aspects suivants :

  • La contribution à la promotion et au développement de la finance participative.
  • Le caractère innovant de l’initiative.

Modalités de sélection

  • Les candidats sont présélectionnés par le Comité Scientifique du Congrès sur la base de leur notoriété et de la qualité apparente de leur initiative.
  • Une présentation orale par les candidats de leur initiative aura lieu le 14 décembre 2016 à 18h30.
  • Les initiatives seront ensuite soumises au vote des membres du Jury le 15 décembre 2016.

Membres du jury

Le jury sera composé d’experts et de praticiens marocains et internationaux de la finance participative.

Remise de prix

La remise des prix sera effectuée à l’occasion du Déjeuner des Trophées clôturant le Congrès International des PFI, le 15 décembre 2016 à 14h.

Il pourra être demandé à cette occasion une brève présentation orale du candidat et/ou de son initiative.

Pour candidater: mifp@congresdespfi.com

Le Journal de la finance islamique

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 4, 2016 dans International, Maroc

 

Étiquettes : , , , , ,

Finance islamique : comment fonctionne le compte d’épargne halal des banques participatives ?

Compte d'épargne halal

Les comptes d’épargne sont proposés par les banques islamiques ou participatives à leurs clients sous forme de dépôts d’investissement. Le client déposant autorise la banque à investir son argent selon la technique de Moudaraba dans des actifs détenus par la banque dans un portefeuille d’investissement. Le client peut déposer ou retirer son argent à tout moment.

Partage des pertes et des profits

Dans cette relation commerciale, le client déposant a le statut de Rab-al-maal (détenteur de capital) et la banque intervient en qualité de Moudarib. La rémunération des dépôts dépend de la rentabilité réelle du portefeuille d’investissement. Pour que son placement soit halal, le client ne peut pas percevoir un intérêt ou un bénéfice fixé d’avance. Cependant la banque indique généralement à sa clientèle un taux de rendement envisagé.

L’épargne est rémunérée par un bénéfice sur le capital investi, moins la commission de la banque qui prélève un pourcentage du bénéfice selon un ratio convenu d’avance, par exemple 70% du bénéfice pour le client et 30% pour la banque. Le capital investi par le client n’est pas garanti, sauf en cas de faute de gestion avérée au niveau de la banque En cas de perte, celle-ci est répercutée sur le client.

Lissage des profits

Le risque existe lorsqu’une banque islamique n’assure pas une rentabilité suffisante aux détenteurs de ces comptes. Ceux-ci comparent la rémunération qui leur est attribuée à celle des banques concurrentes et en conséquence retirent leurs fonds provocant ainsi un grand risque d’illiquidité pour la banque. C’est ce qu’on appelle un risque commercial déplacé.

« Face à ce risque, les banques islamiques ont développé des techniques originales de lissage des revenus sur les comptes d’investissement participatifs. Les techniques de lissage des taux de rendement reposent principalement sur le transfert de revenu en faveur des titulaires de comptes d’investissement et la mise en place de réserves.

La banque islamique peut être amenée à faire varier le ratio de partage du profit, réduisant ainsi sa rémunération en tant que Moudarib (gérante des fonds d’investissement). En effet, la part des profits de la banque déterminée initialement est la part maximale, alors que la part distribuée réellement varie d’une période à une autre en fonction du taux de rendement réel. La banque islamique peut réduire ou même abandonner sa commission de Moudarib au-dessous de la part contractée et attribuer temporairement de faibles bénéfices ou de plus grandes pertes aux actionnaires et ce, au profit des titulaires des comptes d’investissement. Elle atténue ainsi l’impact d’un faible rendement sur les dépôts d’investissement et évite un retrait massif des fonds.

La banque islamique peut prélever des réserves à partir des profits attribuables aux titulaires des comptes d’investissement et aux actionnaires. Elle peut inclure une clause dans les termes du contrat, donnant le droit à la banque islamique de retenir une certaine proportion du profit attribuable aux titulaires des comptes d’investissement.

Au niveau prudentiel, l’estimation de la charge de capital additionnelle liée au risque commercial déplacé est basée sur une estimation globale de l’autorité de régulation, indépendamment des caractéristiques spécifiques de chaque banque islamique sur le marché (exposition aux risques, nature des portefeuilles clients, pratiques de lissage des rendements sur les comptes d’investissement, etc.). Développer leur propre modèle interne pour quantifier la charge de capital additionnel pour le risque commercial déplacé, serait la meilleure solution pour les banques islamiques.» (*)

Sur le même sujet :

(*) Le risque lié aux comptes d’investissement participatifs : un risque propre aux banques islamiques. Kaouther Toumi, Jean-Laurent Viviani.

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 9, 2016 dans Algérie, Maroc, Tunisie

 

Étiquettes : , , , , , ,

Finance islamique au Maroc : la méthodologie de la Commission des finances participatives des Oulémas

Commission des finances participatives

La première sortie médiatique, depuis sa constitution, de la Commission des finances participatives au sein de l’instance de l’Iftae (avis religieux) du Conseil Supérieur des Oulémas a été l’occasion d’expliciter sa méthodologie pour valider les produits commercialisés par les banques participatives.

Participant à la rencontre préparatoire du Salon International de la Finance Ethique et Participative SIFEP qui se tiendra en janvier 2017 à Casablanca, le représentant de la Commission des finances participatives a exposé les composantes principales de cette méthodologie.

La première de ces composantes est le savoir et la qualification. Les membres de la commission sont tous des savants siégeant au Conseil Supérieur des Oulémas et nommés par Dahir. A ce titre, les positions émises par la commission ne revêtent pas un caractère individuel mais reflètent la position officielle de l’institution.

La deuxième caractéristique du travail de la commission des finances participatives est l’indépendance. La commission ne dépend d’aucune banque, ni même de Bank Al-Maghrib. Cette indépendance confère plus de crédibilité à ses jugements.

Le troisième principe fondateur est la recherche de la finalité des opérations au delà de leur formalisme, conformément à l’esprit du Madhab malékite en vigueur au Maroc. Cette approche s’attache particulièrement à examiner le bienfait engendré et l’intérêt des parties contractantes (maslaha), l’équité et la modération, dans l’esprit d’ouverture prôné par le rite malékite. La commission veillera a préserver les intérêts des principales parties contractantes : les clients, les déposants et les institutions financières.

La commission des finances participatives est composée de 9 membres et d’un rapporteur : tous des oulémas spécialisés dans la jurisprudence islamique et reconnus pour leur capacité de statuer dans les questions qui leur seront présentées. La commission aura également recours à cinq experts permanents spécialisés dans les domaines juridiques et en lien avec les finances participatives, les transactions bancaires, les assurances, les marchés des capitaux.

Les décisions de la commission sont prises à l’unanimité, gage de rigueur scientifique.

pdf Dahir 1.15.02 créant la Commission des finances participatives au sein de l’instance de l’Iftae (avis religieux) du Conseil Supérieur des Oulémas (en langue arabe).

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
1 commentaire

Publié par le octobre 28, 2016 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , ,

Séminaire workshop sur la conformité shariatique dans les banques participatives

Séminaire conformité et audit shariatique des banques participatives

FINANCITÉ INSTITUTE organise les 16 et 17 Novembre 2016 à Casablanca un Séminaire Workshop “Conformité et Audit Shariatique dans les banques participatives”. Ce séminaire intervient à la veille de la publication attendue au Bulletin Officiel de la circulaire de Bank Al-Maghrib encadrant la fonction de conformité que les banques participatives sont tenues d’intégrer dans leur organigramme conformément aux dispositions du nouveau code bancaire (Loi n° 103-12).

Le champ d’action de la fonction conformité est large. Il va de la contribution au développement de nouveaux produits à l’élaboration de la documentation contractuelle soumise pour avis au Conseil supérieur des Oulémas (CSO), en passant par l’identification des risques de non-conformité des opérations et activités de l’établissement, la mise en œuvre de mesures correctives et la sensibilisation et la formation des agents de l’établissement aux produits commercialisés.

La fonction de conformité d’un établissement participatif assure le suivi et l’application des avis du CSO en veillant à ce que l’établissement suive bien en interne les guides et recommandations émanant de ce conseil, mais aussi en examinant et en contrôlant les opérations réalisées, les contrats ou encore le contenu des campagnes publicitaires. Il lui appartient aussi de veiller à l’élaboration et au respect des guides sur les produits commercialisés, des manuels de procédures internes, etc.

SÉMINAIRE WORKSHOP 16-17 NOVEMBRE 2016

Extraits du programme

Référentiel shariatique des produits de la finance participative

  • Importance du référentiel shariatique.
  • Intervenant et étapes de la conception d’un produit.
  • Les règles à respecter pour les livrables.
  • Processus de validation charaique par le CSO.
  • Cas d’application : Financement maison, Financement voiture.

Audit charaique : périmètres et étapes

  • Définition et périmètre de l’audit charaique.
  • Etapes et types de l’audit charaique.
  • Dossier de travail de l’audit charaique.
  • L’assurance raisonnable et les échantillons.

La conformité charaique et son importance        

  • Système de contrôle charaique central (CSO) et interne.
  • Importance de la conformité charaique.
  • Mise en application des avis du CSO (produits, procédures, système, contrôle,…).
  • Les consultations charaiques (cas pratique).
  • Formation et sensibilisation du personnel.
  • Les risques de non-conformité charaique.

Le plan d’action et le rapport d’activité

  • Le plan d’action annuel.
  • La gouvernance charaique dans les IFI internationales.
  • Les rapports des comités charaiques.

Démarche pédagogique

  • Présentation et exposé théorique
  • Exemples de cas pratiques
  • Discussions interactives

Expert intervenant : Pr. Majed GHARSALLI

  • Directeur Conformité et Audit sharia au sein de Zitouna Bank Tunisie.
  • Doté de plus de 14 années dans le domaine bancaire et de la finance islamique.
  • Expert et formateur en finance islamique, commerce international des opérations islamiques, Audit sharia.
  • Certifié CIB « Certificat de Banquier Islamique Agréé » Bahrein.
  • Certifié formateur agréé en Finance Islamique du CIBAFI Bahrein.

A propos de FINANCITÉ INSTITUTE

FINANCITÉ INSTITUTE est un Institut de Formation en Haute Finance leader dans le domaine des prestations de formation financière destinées aux dirigeants et cadres supérieurs. Les participants de différents niveaux de responsabilités peuvent y trouver une réponse à leur besoin de maîtrise, de perfectionnement et d’expertise dans une large gamme de métiers de la finance.

Renseignements et inscriptions

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 23, 2016 dans Formations, Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,