RSS

Finance islamique : vers un meilleur partage des pertes & profits ?

01 Mar

Partage des pertes et profits en Finance Islamique

Les banques islamiques s’orienteraient vers une plus grande application du principe de partage des Pertes & Profits, selon un rapport de l’agence de notation Standard & Poor’s intitulé « Why Profit And Loss Sharing May Be Gaining Ground In Islamic Finance » publié le 1er mars 2016.

«Nous constatons que les systèmes financiers globaux s’orientent vers une démarche de renflouement de passif à travers l’introduction de régimes de résolution et de la nécessité pour certaines banques de mettre en place une certaine capacité d’absorption des pertes.» a déclaré Mohamed Damak, responsable mondial de la division finance islamique chez Standard & Poor’s. «Nous pensons que la finance islamique pourrait bien s’orienter vers la même direction, d’autant que les conditions économiques sur certains marchés clés de la finance islamique deviennent plus contraignantes.

Bien que le partage des pertes et profits n’ait pas été largement appliqué par les banques islamiques, nous nous attendons à ce que cela change au cours des prochaines années avec la mise en place par les régulateurs locaux des principaux marchés de la finance islamique (pays du Golfe, Malaisie et Iran) de régimes de résolution.

Nous avons également observé au cours des cinq dernières années la création de nouveaux instruments de finance islamique qui comportent des dispositions d’absorption des pertes, qui préparent à notre avis une plus large application du partage des Pertes & Profits. Les récentes émissions de Sukuk de niveaux I et II constituent de notre point de vue un premier pas dans cette direction.

«L’effet d’une plus grande application du partage des pertes et profits sur la notation reste cependant à déterminer» précise Mohamed Damak. «Bien que nous considérions généralement comme positive la présence d’une catégorie de passif qui préserve les intérêts des principaux créditeurs, l’effet pourrait aussi être négatif, comme ce fut le cas lors de la mise en place en Europe de la Directive 2014/59/UE établissant un cadre pour le redressement et la résolution des établissements de crédit et des entreprises d’investissement dite BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive).

Sur la base des éléments repris par le rapport, Standard a Poor’s n’envisage pas encore de tenir compte de ces évolutions pour l’attribution de sa notation. Seul un comité de notation (rating committee) pourrait prendre une décision en ce sens.

Standard & Poor’s – Traduction : RIBH

Rapport Télécharger le rapport

Source : Le Journal de la Finance Islamique

© RIBH. Reproduction de l’article autorisée sous réserve de conserver les liens et la signature ci-dessus.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 1, 2016 dans Notation

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s