RSS

Finance Islamique : les enseignements de l’expérience de la Malaisie pour le Maroc

31 Mar

fnh_mars2013

L’introduction de la finance islamique a généralement connu une introduction progressive. La politique du pays qui l’adopte détermine la rapidité de son déploiement, à l’image de la Malaisie, qui a su utiliser à bon escient les incitations fiscales et l’attraction de compétences internationales. Quel que soit le modèle qui sera choisi pour le développement de la finance islamique au Maroc, au final c’est la force des opérateurs présents sur le marché qui l’emportera.

L’importance du Sharia Board dans l’infrastructure de la Finance Islamique

Aucune banque ne peut être qualifiée d’islamique si elle ne possède pas de Sharia board. De même pour ce qui est de l’ensemble du système financier. Ce point est indispensable. Les organismes qui existent actuellement sur le marché marocain ne se réclament pas de la finance islamique, d’une part en raison de failles au niveau de leurs contrats, mais aussi parce qu’ils n’ont simplement pas de Sharia board.

Bank Al-Maghrib a ouvert des pourparlers avec un ensemble de savants islamiques pour la création d’un Sharia Board afin de superviser l’industrie de la finance islamique au Maroc. Ce Conseil sera constitué d’universitaires et d’experts financiers. Ceux-ci auront pour mission de se prononcer sur la conformité des instruments et des services aux principes de la charia.

La création d’un Sharia Board central permettra d’uniformiser et de standardiser les normes juridiques et réglementaires afin d’éviter que les différents établissements bancaires n’émettent des jugements contradictoires.

La nouvelle loi bancaire prévoit que le Conseil national des oulémas mette en place «lajnat al charia lil malia» (commission de la Sharia de la finance). Elle sera constituée de personnalités issues du Conseil des oulémas et présidée par le Roi. Mais il faut relever que le secrétariat général reviendra à la Banque centrale, ce qui est très important. Fiqh al mou’amalat est l’une des branches les plus complexes du Fiqh. Dans sa version contemporaine, il est encore plus complexe, donc il faut s’assurer des compétences minimales dont disposent les experts qui vont se prononcer à travers des fatawa sur les produits.

Les enseignements de l’expérience de la Malaisie pour le Maroc

Outre la création d’un Sharia Board central dont la création est déjà prévue par la nouvelle loi bancaire, le Maroc peut s’inspirer de l’expérience de la Malaisie en intégrant les éléments suivants dans sa réglementation :

  • La description détaillée des produits bancaires islamiques qui peuvent être offerts conjointement avec les exigences réglementaires.
  • Les lignes directrices d’une présentation spécifique des états financiers des filières islamiques.
  • Les lignes directrices sur la capitalisation et la gestion des ressources humaines, ainsi que le transfert croisé des compétences.
  • Les lignes directrices sur la robustesse du système informatique et de la ségrégation spécifiquement des filiales bancaires islamiques.
  • Un cadre robuste de risk management pour les banques islamiques (à la fois pour les filiales islamiques et pour les maisons mères);
  • Des procédures de bonne gouvernance des banques islamiques comprenant les exigences bancaires actuelles.

Synthèse : RIBH

Finance News Hebdo : Dossier Finance islamique

Article lié : Le mythe malaisien

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 31, 2013 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s