RSS

La Mourabaha permettra à des dizaines de milliers de marocains d’accéder au logement

23 Nov

  • Le gouvernement marocain donne un coup de pouce aux produits bancaires islamiques.
  • Dès 2010, le financement immobilier Mourabaha ne sera plus sanctionné par la TVA.

Les produits bancaires halal reviennent au-devant de la scène bancaire marocaine. Cela fait plus de deux ans qu’ils ont reçu le feu vert de la banque centrale, mais ces produits trop taxés coûtaient plus cher et avaient du mal à trouver preneur. A partir du premier janvier 2010 la TVA sera appliquée uniquement sur la marge de la banque – et non sur la totalité de l’échéance – et au taux de 10% seulement contre 20% auparavant.

L’un des principaux types de financement autorisé par Bank Al Maghrib, la Mourabaha est un contrat par lequel un établissement de crédit acquiert, à la demande d’un client, un bien meuble ou immeuble qu’il lui revendra avec une marge bénéficiaire. Le règlement par le client donneur d’ordre se fait par des versements sur une période convenue d’avance.

Surtaxé, ce financement immobilier restait trop cher par rapport au crédit classique. Grâce à la loi de Finances 2010, cette formule ne sera plus sanctionnée par la TVA puisqu’elle ne supportera plus la TVA sur l’échéance totale, mais uniquement sur le profit de la banque et au taux de 10% seulement contre 20% auparavant.

Pour Lahcen Daoudi, membre de la commission parlementaire des finances et du développement économique, qui milite depuis vingt ans au sein de l’Association des études et recherches en économie islamique qu’il a fondée, cette mesure est la bienvenue, même si elle a beaucoup tardé : « Beaucoup de familles auraient pu avoir un logement et sortir de la pauvreté grâce à ce produit. Pendant longtemps on a traité ces produits de manière idéologique et non comme des outils de financement comme les autres. » Il estime qu’aujourd’hui des dizaines de milliers de citoyens, qui refusent le taux d’intérêt des banques, vont recourir à ce mode de financement pour se procurer une voiture ou une maison. Pour que les financements islamiques remportent le succès escompté, Lahcen Daoudi invite les banques à ne pas être trop gourmandes au niveau de leur marge bénéficiaire.

En plus du coût jugé trop élevé, les équipes d’Attijariwafa bank qui travaillaient sur les produits islamiques étaient parvenues à la conviction qu’il y a aussi un problème de distribution : les produits alternatifs ne peuvent pas marcher tant qu’ils seront distribués dans les agences bancaires classiques. D’où l’idée qui commence à germer d’un réseau de points de vente exclusivement dédiés aux produits islamiques.

Avec cette baisse de la TVA, le gouvernement donne un coup de pouce à la Mourabaha, et partant au marché immobilier marocain. Des analystes voient derrière cette baisse de la TVA une volonté de relancer un secteur qui a connu une année 2009 difficile en ouvrant le marché à des citoyens réfractaires aux crédits immobiliers traditionnels.

Une chose est sûre, ces mesures vont promouvoir les produits financiers islamiques et répondre à une demande bien réelle. Pour Belkacem Boutayeb, expert consultant en finances et banques islamiques, outre l’attrait de ces produits lié aux sensibilités culturelles et cultuelles des populations, les banques marocaines – par ailleurs très performantes et se positionnant superbement au Maghreb et sur le continent africain – peuvent parfaitement jouer leur rôle de relais commercial pour ces produits financiers islamiques, si l’Etat marocain décide des formules d’incitation et d’encouragement en faveur de ces nouvelles opportunités de financement.

Source : Aujourd’hui le Maroc et La Vie Eco. Syndication : RIBH

Lire aussi :
Finance Islamique : le Maroc s’attaque enfin à la surtaxation de la Mourabaha


 
41 Commentaires

Publié par le novembre 23, 2009 dans Maroc

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

41 réponses à “La Mourabaha permettra à des dizaines de milliers de marocains d’accéder au logement

  1. Mous

    janvier 12, 2012 at 3:34

    Louange à Allah, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allah a envoyé en qualité de miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au jour de la résurrection. Ceci dit :

    Les noms et les appellations attribués aux banques ne correspondent pas forcément à ce qu’ils qualifient ; car, ce qui importe c’est l’essence du nom et non pas le nom lui-même.

    Actuellement, les banques islamiques ne diffèrent point, dans leurs fonds, des banques d’usure. Essayant d’employer la ruse à l’égard de la charia. Ces banques islamiques utilisent ce qu’on appelle la vente El-Mourâbaha (à profit)[1], qui est en réalité un prêt usuraire caché sous le nom de « vente », de façon que la banque procède à l’achat d’une marchandise dont elle n’a ni la possession ni le besoin, à l’intention du commerçant. Le profit de la banque dans cette affaire consiste uniquement à réaliser un taux de gain ; de cette façon, elle aura pour but de conclure avec le commerçant une vente qui n’existe pas en réalité et qui n’est qu’un acte imaginaire dont le prêt usuraire, jugé illicite selon les textes d’avertissement Wa`îd, est couvert sous le nom de « vente ». Il est cité dans le hadith : »Ma nation connaîtra une ère où elle fera de l’usure une chose licite par l’intermédiaire de la vente »[2].

    Sur ce, s’il advient que la banque El-Baraka procède vraiment à cette transaction usuraire, alors il ne sera en aucune façon permis d’orienter les gens vers elle, que l’usure soit apparente dans la transaction ou cachée et que nous soyons au courant que celui qui pose la question recourra à d’autres banques ou non, vu la grave interdiction qu’inclut cette transaction, qu’est la guerre menée par Allah et Son Messager. Aussi, le fait d’orienter autrui vers les mauvaises œuvres et la désobéissance est, certes, une entraide dans le péché et la transgression.

    En cas d’une personne contrainte et qui n’a point de solution que la voie des banques, alors celle-ci doit être informée du jugement relatif à l’urgence ou à l’extrême besoin, tout en la laissant juger elle-même son cas d’urgence ou de besoin selon sa foi.

    Le savoir parfait appartient à Allah, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes soit Loué, et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au jour de la résurrection.

    Alger, le 23 Djoumâda El-‘Oûlâ 1427 H,

    correspondant au 19 juin 2006 G.

    ——————————————————————————–

    [1] La vente El-Mourâbaha selon les banques :

    Les banques qualifient la vente El-Mourâbaha (à profit) de : « vente El-Mourâbaha de l’acheteur » ou « promesse d’achat » ou « achat sur promesse » ou « promesse à profit ».

    On peut la définir ainsi : « Demande d’achat que présente l’acheteur à la banque pour obtenir une marchandise donnée. La banque accepte et les deux parties se promettent réciproquement ; l’une d’acheter et l’autre de vendre à un prix et un profit préalablement définis. » [Voir : « Bay` El-Mourâbaha (la Vente à Profit) » de Ahmed Moulhim (79) et Bay` El-Mourâbaha Kamâ Toudjrîhi El-Bounoûk El-Islamiyya (La Vente à Profit et la Manière dont se fait par les Banques Islamiques) de El-Achqar (06)].

    Sa forme : « La personne voulant acheter une marchandise se présente à la banque, car elle ne possède pas l’argent suffisant pour l’acheter au comptant. Comme le vendeur ne la lui vend pas à terme ; soit parce qu’il ne pratique pas les transactions à terme, ou ne connaît pas l’acheteur ou il a besoin de l’argent au comptant, la banque l’achète à l’argent comptant et la vend à son acheteur à terme mais à un prix plus élevé. Ceci se fait en deux étapes : l’étape de la promesse sur le profit et la conclusion de l’acte de profit. Cette promesse est obligatoire pour les deux parties (la banque et l’acheteur) pour certaines banques islamiques et non obligatoire pour d’autres. » [Voir : Bay` El-Mourâbaha Li El-Âmir Bi Ech-Chirâ’ Fi El-Massârif El-Islâmiyya (La Vente à Profit pour l’Acheteur selon les Banques Islamiques)].

    Donc, la vente bancaire El-Mourâbaha est fondée sur ce qui suit : promesse puis achat puis vente. Cette opération bancaire se fait comme suit :

    -l’acheteur présente une demande à la banque pour avoir une marchandise donnée.

    -la banque accepte de lui acheter ladite marchandise.

    -l’acheteur promet d’acheter ladite marchandise de la banque.

    -la banque promet de vendre ladite marchandise à l’acheteur. La promesse pourrait être obligatoire pour la majorité des banques.

    -la banque achète ladite marchandise.

    -la banque vend ladite marchandise à l’acheteur à terme et à profit plus élevé préalablement convenu par les deux parties.
    [2] Rapporté par El-Khattâbi dans « Gharîb El-Hadîth » (1/42), par l’intermédiaire d’El-Awzâ`i. Le hadith est jugé Marfoû` (Propos, acte ou approbation attribué au Prophète). Ibn El-Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit dans « Ighâthat El-Lahfâne » (1/520) : « Cela, même si le hadith est jugé « Moursel », il sert toujours comme appui, et ce à l’avis unanime ; il a aussi ce qui lui témoigne de la part d’autres hadiths dont la chaîne de transmission est jugée « liée », qui sont les hadiths qui prouvent que la vente d’El-`Aïna est jugée illicite », on trouve aussi qu’il a mentionné les mêmes propos dans « I`lâm El-Mouwaqqi`îne » (3/144) et dans « Tahdhîb Es-Sounane ». Es-Sakhâwi dans « El-Adjwiba El-Mardiyya » (1/214) a dit : « Le hadith est jugé « Moursel » ; de même qu’il est valide, et il y a ce qu’il lui témoigne dans l’ensemble des hadiths dont la chaîne de transmission est jugée « liée ». El-Albani dans « Ghâyat El-Marâm » (25), après avoir jugé que le hadith est faible, a dit : « Je dis ceci pour démontrer l’état de sa chaîne de transmission, et afin que le croyant n’attribue pas au Prophète ce qu’il n’a pas dit, sinon le sens du hadith est réellement vécu aujourd’hui, comme c’est connu chez les gens de la science et du savoir, cela ne nous procure point le droit de certifier que le hadith est l’un des propos du Prophète .

     
  2. ribh

    novembre 9, 2010 at 9:31

    Parmi les amendements envisagés pour les financements alternatifs (islamiques), la loi de finances 2011 pourrait traiter le problème des droits de conservation liés à la double immatriculation (lors de l’achat et de la revente) et opter pour une seule opération, comme cela a été fait pour l’enregistrement.

     
  3. ribh

    août 19, 2010 at 1:33

    @ Abdellah :

    Wa alaykoum assalam. Taqabbala Allahou minkoum saliha al a3mal.

    En principe la banque devrait tenir compte de l’avance que vous avez effectuée et n’établir le dossier de financement que pour le reliquat (70%). Vous devriez vérifier avec votre banque que c’est bien le cas.

     
  4. Abdellah

    août 18, 2010 at 7:59

    Salam TT le monde et ramadan mobarak said

    J’ai opté pour un crédit mourabaha, mais malheureusement j’ai une contrainte avec la formule de financement du bien adoptée par le promoteur : ce dernier oblige le client d’avancer des sommes d’argent répartie sur des échéances.

    Sachant que le prix du bien est X, sur 1 année (le temps que le bien soit achevé) une somme de 0,3X devra être versée au promoteur, la problématique est la suivante :

    Pour un crédit mourabaha la banque émettra un chèque de la somme totale du bien (X dans ce cas) au nom du notaire sans tenir compte de la somme avancée au promoteur (30%*X). Il est bien évident que cette avance sera déduite du montant total par le notaire en faveur du client, pourtant le problème c’est que les traites calculées par la banque seront à base d’un crédit à une somme X et non pas (X – 30%*X) comme si le client n’a rien avancé.

    Comment je peux faire pour, à la fois, satisfaire l’obligation du promoteur, et tenir compte de la somme avancée par l’établissement bancaire dans le calcul des traites?

    Merci

     
  5. Daoudi

    juin 24, 2010 at 10:26

    Ce qui reste à régler est la double taxation au niveau de la conservation financière, soit 2 fois 1% au lieu d’une seule fois. Mais cela ne doit pas être un obstacle quand il s’agit du halal

     
  6. ribh

    mars 13, 2010 at 12:58

    Selon le quotidien « Le Soir » du 11 mars 2010, la non commercialisation de la Mourabaha nouvelle version par les banques marocaines est dû au retard de Bank Al Maghrib pour publier la circulaire nécessaire à la mise en œuvre des procédures relatives aux produits alternatifs.

    D’autres part, la plupart des banques ne disposeraient pas encore d’un logiciel leur permettant de traiter ce genre d’opération.

    Les clients intéressés par la Mourabaha devront s’armer de patience.

    Inna Allah ma3a assabirine.

     
  7. driss

    mars 3, 2010 at 9:09

    SVP les gens qui ont eu l’occasion de prendre un crédit de type mourabaha, pourriez vous nous donner l’adresse de votre agence. merci

     
  8. ribh

    février 27, 2010 at 10:52

    @ Nour-Eddine :

    Wa alaykoum assalam,

    N’étant pas outillé pour procéder à ces calculs je préfère ne pas m’aventurer à vous donner des chiffres erronés.

    Merci de votre compréhension et de votre fidélité à ce site.

     
  9. Nour-Eddine

    février 27, 2010 at 6:53

    Salamou aleikoum,

    Merci infiniment Ribh pour vos explicatiosns. J’ai encore, si vous me le permettez, une petite question qui me taraude l’esprit. J’ai fait une simulation d’un crédit mourabaha pour l’équivalent d’à peu près 510000 dhs. D’après mes calculs je devrais payer, pour une durée de 15 ans, 4737dh + 186dh (correspondant à la taxe appliquée à la marge bénéficiaire de la banque) soit au total: 4923dh. De quel ordre seront les déductions du côté de l’IGR. Et quelle traite mensuelle, je serai amené à payer (compte tenu de ces déductions)

    Merci infiniment et à bientôt

     
  10. ribh

    février 16, 2010 at 2:01

    @ Nour-Eddine :

    Salam,

    La TVA de 10% ne s’applique qu’à la marge de la banque pas à la totalité de l’échéance et en principe elle devrait déjà être intégrée dans le calcul de l’échéance fournie par le simulateur de crédit.

     
  11. ribh

    février 12, 2010 at 9:09

    @ El Abkari :

    Wa alaykoum assalam,

    Merci pour d’avoir exposé votre expérience.

    La circulaire des impôts pour l’année 2010 relative à la Mourabaha établi clairement la déductibilité de la marge bancaire du revenu imposable à l’IR : https://ribh.wordpress.com/2010/01/09/circulaire-impots-mourabaha/

    Cette déduction devra être effectuée directement par l’employeur sur votre salaire, sous-réserve de respecter les formalités prévues par la circulaire.

    Concernant la révision du montant des échéances pour ceux qui ont contracté un financement Mourabaha avant 2010, il faudrait connaître la position des Impôts à ce sujet. Il convient de préciser en effet que dans le régime en vigueur avant 2010, les banques étaient contraintes de payer intégralement la TVA au début du contrat, avant même de percevoir le bénéfice sur lequel il est prélevé. La circulaire 2010 autorise les banques à étaler l’imposition de leur marge bénéficiaire sur toute la durée du financement.

     
  12. Nour-Eddine

    février 12, 2010 at 8:58

    Salam Mustapha,

    Pour avoir une idée relativement précise sur le coût du crédit Mourabaha rendez-vous ici:

    http://www.wafaimmobilier.com

    Rubrique : calculer votre prêt

    il suffit alors de remplir la durée en termes d’années, le taux étant fixé (m’a-t-on dit) à 6,85 et assortir chaque traite, obtenue au terme du premier calcul, de 10 pour cent. Et le tour est joué.

     
  13. El Abkari

    février 12, 2010 at 1:57

    Assalamo alaykoum,

    Je surfe aujourd’hui pour avoir des nouvelles à propos des nouveautés pour le crédit Mourabaha en 2010. Je vous informe que j’ai été parmi les premiers au Maroc ayant opté , en février 2008, pour la Mourabaha bien que ça me coute très cher : double fiscalité, maison achetée à 460000 Dh avec une mensualité de 6557 DH sur 10 ans (soit un montant global de 786840 Dh ????) mais je me suis dis : ça mérite puisque je ne veux pas être impliqué dans l’usure et les intérêts.
    En fait, je cherche une réponse à 2 questions :
    – J’ai demandé à ma banque des renseignements sur la Restitution de l’IGR, après plusieurs mois de non réponse on me répond que cette restitution ne s’applique pas à la Mourabaha. Est-ce vrai? Est-ce que la loi de finances 2010 répond à cette question?
    – Selon la nouvelle loi , est-ce que ma traite sera revue à la baisse bien que j’ai contracté le crédit il y a 2 ans ?
    je m’excuse pour mes questions, mais je vous avoue qu’il y a toujours chez beaucoup de monde des incompréhensions concernant ces crédits aussi bien chez la population générale que chez les banquiers

    Merci pour tous

     
  14. Nour-Eddine

    février 8, 2010 at 10:41

    Salam,

    Pour l’instant, sans pour autant préjuger favorablement de l’avenir, le crédit Mourabaha reste excessivement cher. Pour 420000, il faudrait compter presque le double. Le calcul, pour ceux que cela intéresse est le suivant: le taux est 6.85 + traites mensuelles taxées, chacune, à 10 pour cent. Alors que le même prêt me reviendrait personnellement, en tant qu’enseignant, compte tenu de la convention fond Mohamed VI passée avec les banques, à … pas grand-chose. Je ne pense pas, dans les conditions actuelles, m’orienter vers le crédit Mourabaha.

    Il y a par ailleurs une autre variable qu’il faut avoir en vue: la plupart des promoteurs immobiliers (samsaras, en fait) demandent une avance, suivez mon regard……

     
  15. Daoudi

    janvier 30, 2010 at 1:24

    Bientôt vers la mi-avril Achaabi va lancer des produits alternatifs pour investisseurs!

     
  16. ribh

    janvier 28, 2010 at 5:17

    Assalaf achaabi et Wafasalaf ce serait pour une auto ou bien de consommation. Pour l’immobilier c’est plutôt Wafa Immobilier ou la BP.

     
  17. Daoudi

    janvier 28, 2010 at 12:14

    Pour Mustapha
    Le calcul se fait par logiciel au niveau des banques. Il faut t’adresser à Assalaf achaabi ou wafasalaf

     
  18. mustapha

    janvier 27, 2010 at 11:17

    Merci ribh pour votre réponse.
    Je peux savoir par estimation la mensualité de remboursement d’un prêt de 400000 dh pour une durée de 20 ans avec la nouvelle loi?
    Merci.

     
  19. ribh

    janvier 26, 2010 at 9:16

    @ Mustapha :

    Salam,

    La circulaire des impôts concernant la Loi de finances 2010 vient d’être signée par le Directeur des Impôts le 22 janvier 2010.

    https://ribh.wordpress.com/2010/01/09/circulaire-impots-mourabaha/

    Les banques sont obligées de l’appliquer et les échéances de la Mourabaha vont connaître une baisse importante… un peu de patience, le temps que l’information circule à travers les réseaux des banques.

     
  20. mustapha

    janvier 26, 2010 at 5:36

    Je suis passé aujourd’hui à Wafa Immobilier pour avoir des renseignements concernant un financement Mourabaha pour un montant de 640000 (avance 240000 et un reste à payer de 400000).
    Le banquier m’a affirmé que Wafa Immobilier n’a reçu pour l’instant aucun communiqué concernant le produit Mourabaha (loi 2010).
    le remboursement de ce prêt avec l’ancienne Mourabaha (loi 2009) serait comme suit : 20% de l’avance sera versé à l’Etat soit 48000 (c’est comme si je n’ai avancé que 192000). Pour 20 ans la mensualité sera de 4129 dh, avec une assurance de 14721,3 dh.
    C’est quoi la différence que va apporter l’application de la loi de 2010? Est il obligatoire pour les banques d’appliquer la loi 2010 pour une acquisition d’un logement par Mourabaha?
    Merci pour vos éclaircissements.

     
  21. aziz

    janvier 22, 2010 at 6:15

    salam ;
    c’est bien d’entendre ça dans notre pays islamique.
    nous aimerions bien que quelqu’un nous donne une simulation du nouveau produit mourabaha pour le comparer avec les crédits classiques.
    et merci à tous les internautes pour leur explications.

     
  22. ribh

    janvier 10, 2010 at 7:05

    Les dispositions de la circulaire des Impôts pour l’année 2010 relatives à la Mourabaha :

    https://ribh.wordpress.com/2010/01/09/circulaire-impots-mourabaha/

     
  23. Anouar

    janvier 7, 2010 at 4:26

    Merci à tous pour ces précieuses informations,

    J’attends impatiemment votre post Hasna!

     
  24. ribh

    janvier 6, 2010 at 3:31

    POUR RECAPITULER :

    Les services des Impôts assimilerons FISCALEMENT la marge bancaire sur le financement par Mourabaha à des intérêts : la Mourabaha ne supportera donc plus la TVA sur l’échéance totale mais uniquement sur le profit de la banque et au taux de 10% seulement contre 20% auparavant.

    D’autre part, dans le cas de l’acquisition d’un logement à usage d’habitation principale financé par Mourabaha, l’acquéreur pourra déduire la marge bancaire du revenu global imposable (RGI) dans la limite de 10 % dudit revenu. En effet, l’assimilation d’un point de vue fiscal de la marge bancaire sur Mourabaha à des intérêts permet au financement immobilier par Mourabaha de bénéficier des mesures de soutien à l’accès à la propriété, considéré comme facteur de stabilité sociale, instaurées par l’article 9-II de la loi n° 17-89 instituant l’Impôt général sur le revenu (IGR), qui stipule que le montant des intérêts normaux sur les prêts accordés par les institutions spécialisées ou les établissements de crédit, en vue de l’acquisition ou de la construction de logement à usage d’habitation principale, sont déductibles du revenu global imposable (RGI) dans la limite de 10 % dudit revenu.

     
  25. Daoudi

    janvier 5, 2010 at 1:39

    Les 10% pour la mourabaha seulement. Au niveau des avantages accordés pour l’achat d’un logement à crédit, la loi de finances de 2010 a accordé les mêmes avantages à l’achat par mourabaha

     
  26. Nour-Eddine

    janvier 4, 2010 at 7:29

    Merci Si Daoudi pour vos explications.

    Baraka Allahou Fik

     
  27. la hawla wa la kouata illa billah

    janvier 4, 2010 at 7:28

    Beaucoup de gens dans mon entourage sont décédés et ont laissé leurs familles dans des appartements en location parce qu’ils refusaient le crédit bancaire avec intérêts. Avec des pensions maigres beaucoup n’ont pu se permettre de payer le même loyer. Le dire, l’entendre et le vivre n’est pas la même chose. Il est grand temps que le système bancaire marocain fasse plus pour développer le financement halal.

     
  28. abdelhaqb

    janvier 4, 2010 at 1:55

    Salamo Alaykoum,

    Je commence à me perdre un peut là !! En 2010 la TVA sera 10% ou restera 20%? Et puis est ce qu’il aura une diminution de la retenue de l’IR pour le produit mourabaha comme c’est le cas pour un crédit normal ?

    wa jazakoum allah 3ana khayeran.

     
  29. Daoudi

    janvier 3, 2010 at 12:38

    La réponse des services des impôts retient le taux de 10%. Donc aucun problème, allez vers la mourabaha à 10%!

     
  30. Nour-Eddine

    janvier 2, 2010 at 11:09

    Salam,

    Est-ce qu’il y aurait possibilité d’avoir une idée sur les marges de bénéfice des banques concédant de type de service (mourabaha). Plus franchement, est-ce qu’il y a des garde-fous (juridiques ou autres) pour freiner l’élan des banques trop gourmandes?

    Merci d’avance de vos réponses éclairantes.

     
  31. ribh

    décembre 30, 2009 at 7:20

    La version finale de la Loi de Finances 2010 contient un amendement relatif au financement immobilier par Mourabaha et porte sur la possibilité donnée aux personnes physiques qui ont choisi cette forme de financement, de déduire les marges équivalentes aux intérêts de leur IR (impôt sur le revenu), comme pour les crédits immobiliers.

    Bank Al-Maghrib aurait adressé une demande de clarification à la Direction des Impôts portant sur le problème de la base de l’application de la TVA pour les produits alternatifs. Selon les faits qualifiés par cette dernière, les textes en vigueur en matière de TVA devrait être appliqués. Ce qui veut dire que si le Fisc reconnaît que la marge est aux produits alternatifs ce que l’intérêt est aux crédits classiques, alors elle constituera la base d’application certes de la TVA, mais, en plus, le taux de cette dernière s’alignera sur celui des intérêts, soit 10%.

    Source : La Nouvelle Tribune
    http://www.lanouvelletribune.com/Produits_islamiques_Pas_d_8217_incitations_dans_la_Loi_de_Finances_2010.html

     
  32. Daoudi

    décembre 14, 2009 at 8:33

    Il faut rappeler que la transformation d’un crédit en mourabaha peut coûter cher si la banque vous compte une marge bénéficiaire qui dépasse le reste des intérêts à payer, sachant que la banque se fait d’abord rembourser l’essentiel des intérêts en premier puis le remboursement du principal (l’emprunt) ensuite.
    Demandez donc la part des intérêts qui reste à payer et comparez la à la nouvelle marge demandée.

     
  33. Daoudi

    décembre 14, 2009 at 12:53

    Oui, en principe, il est possible de transformer son crédit en mourabaha; tout dépend des conditions de la banque

     
  34. abdel

    décembre 10, 2009 at 1:34

    le riba me freine comme beaucoup de marocains. enfin les autorités commencent à comprendre cela!!! c’est un bon début.

     
  35. kamal

    décembre 10, 2009 at 12:15

    est ce qu’il sera possible de transformer son crédit classique en crédit mourabaha ? Merci.

     
  36. ribh

    décembre 4, 2009 at 7:17

    @ Boubkeur :

    Concernant la Mourabaha c’est une très bonne nouvelle : après la suppression du double droit d’enregistrement en 2009 et la réduction de la TVA en 2010 le marché des financements islamiques au Maroc est enfin déverrouillé, même s’il y aura toujours des améliorations à apporter.

     
  37. Boubkeur

    décembre 4, 2009 at 12:20

    Salam

    Reste à voir les marges qui seront appliquées pour que ces produits restent compétitifs.

    Ailleurs, certaines banques ont tendance pour l’immobilier à faire de la mousharaka moutanaqissa (car plus de flexibilité avec le prix), plutôt que Mourabaha (car prix fixe et non modifiable sur toute la durée du financement qui est très longue, donc produit moins souple).

    Ceci dit c’est un début… Il faut bien commencer par quelque chose :))

    Salam

     
  38. ribh

    décembre 1, 2009 at 8:39

    @ Nabil :

    Salam,

    Les MRE ont accès à tous les financements disponibles pour les marocains résidents au Maroc.

     
  39. Nabil

    novembre 28, 2009 at 12:02

    Question : Quelqu’un sait-il si en tant que MRE j’aurai accès à cette alternative?

    Merci d’avance

     
  40. ribh

    novembre 24, 2009 at 10:16

    @ Al-Kanz :

    Wa alaykum assalam,

    Incha Allah, ça viendra… beaucoup de bonnes volontés et de compétences y travaillent.

     
  41. Al-Kanz

    novembre 24, 2009 at 8:19

    as-salâmu ‘alaykum

    On pourrait changer le titre en remplaçant « Marocains » par « Français ».

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s