RSS

Consommation de porc et troubles sexuels

20 Juin

no-pork-displayno-pork153
No pork on my fork (Pas de porc sur ma fourchette)

Une étude sur les effets des aliments interdits par l’Islam sur les hormones et le comportement humains, publiée par le Docteur Shahid Athar * sous le titre “Effects of Prohibited Foods on Human Hormones and Behaviour” apporte un éclairage scientifique sur la relation entre la consommation de porc et le dérèglement de la sexualité.

Le Coran – au même titre d’ailleurs que la Bible – interdit formellement la consommation de porc. Bien qu’il ne soit pas nécessaire aux croyants de trouver une justification scientifique aux prohibitions divines, il n’en demeure pas moins que les découvertes scientifiques ne peuvent qu’éclairer et raffermir leur foi.

On a souvent attribué l’interdiction du porc – animal le plus sale qui soit – à des raisons d’hygiène alimentaire (parasites, obésité, cholestérol, etc.). A juste titre, puisque la consommation de porc peut être à l’origine de plus de 70 types de maladies, quel que soit le produit consommé (côtes de porc, jambon, boudin, etc.). L’étude du Dr. Athar aborde la question sous l’angle de la médecine hormonale et comportementale.

Physiologiquement, les garçons et les filles diffèrent dans le comportement – agressif contre passif – jouant les uns avec des pistolets et les autres avec des poupées. Cette différence est due aux différences en hormones sexuelles, même avant la puberté. Ceci devient plus évident après que la pleine différentiation de sexe ait lieu. En fait en changeant le niveau d’hormone sexuelle d’un sexe donné, on peut changer non seulement le comportement sexuel mais l’agressivité d’un sexe particulier. Des mâles homosexuels ont été notés pour avoir moins d’hormone sexuelle masculine ; par ailleurs un agresseur sexuel masculin récidiviste peut être « guéri » par l’injection de progestérone (hormone femelle).

Il a été scientifiquement établi que l’effet de la testostérone affecte non seulement l’individu mais aussi sa progéniture. Les jeunes filles présentant une sécrétion excessive de testostérones à la puberté, montrent une attitude de garçon manqué avec une préférence pour les sports violents, préférant des garçons comme amis, et expriment peu d’intérêt pour les poupées et les soins de bébé !

En quoi la graisse de porc est elle différente des autres graisses animales ? Si une personne mange la graisse d’un animal herbivore, la graisse sera hydrolysée, absorbée, puis re-synthétisée et stockée en tant que graisse humaine. Par contre, la graisse de porc ne sera pas hydrolysée et sera stockée à l’état de graisse de porc dans le tissu adipeux humain.

Quel est le rapport entre le dépôt de la graisse de porc, et les hormones et le comportement humain ? Les hormones en circulation sont soit sous forme liée soit sous forme libre. La forme libre doit être fixée au récepteur dans le tissu adipeux avant de devenir active. L’obésité diminue le nombre de récepteurs. Par conséquent les hormones ne peuvent pas les utiliser. Si l’hormone est insuline, elle mène au diabète (type 2), et si c’est la testostérone, elle mène à une baisse de la fertilité et à l’aménorrhée (absence des règles ou menstruations). La quantité de graisse commande également la libération d’hormone. Par conséquent les règles sont retardées chez les filles sportives qui ont moins de graisse, et interviennent plus tôt chez les filles sédentaires qui ont un surpoids.

On peut postuler que chez les hommes qui ont un gisement de graisse de porc, il y a un dérèglement dans l’attache des hormones, avec des niveaux plus élevés de circulation des hormones actives. Il est possible que la promiscuité sexuelle et les pratiques sexuelles déviantes des sociétés consommatrices de porc soient dues à ce qu’elles mangent !

Plus de recherches sur la relation entre la consommation de porc et l’altération du comportement social et sexuel permettra certainement d’apporter un éclairage supplémentaire et de décrypter l’incompréhension que rencontrent en occident les valeurs islamiques de pudeur, de fidélité conjugale, de réprobation de l’homosexualité etc.

Dr. Shahid Athar is a physician in private practice of Endocrinology and on the volunteer clinical faculty of Indiana University School of Medicine, USA. He was born in India and did his medical education in Pakistan. He was co- founder and Chairman of Islamic Society of Greater Indianapolis (ISGI) and Interfaith Alliance of Indiana (IAI).

La moitié des merguez vendues en France contient du porc

stopSelon les résultats d’une enquête effectuée en 2007 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), 53% des merguez vendues en France contiendraient de la viande de porc.

Dans le cadre de l’enquête, 206 établissements produisant des merguez ont été contrôlés, et ce, dans 52 départements. Sur les 181 échantillons analysés, 96 contenaient de la viande de porc (53 %). Pour 20% d’entre eux, la quantité de viande de porc dans le produit s’élevait à plus de 6%.

Selon le code des usages de la charcuterie, la merguez doit contenir exclusivement de la viande de bœuf et/ou de mouton. De nombreux professionnels utiliseraient intentionnellement de la viande de porc dans les merguez qu’ils fabriquent, cette viande étant meilleur marché que le bœuf ou le mouton.

Le lait de soja perturbe la sexualité des enfants

Les aliments à base de soja contiennent des inhibiteurs de la trypsine, qui empêchent la digestion normale des protéines et ont une action sur la sécrétion du pancréas. Dans les essais sur animaux, les régimes contenant des teneurs élevées en facteurs inhibiteurs de la trypsine ont donné des sujets rachitiques, avec des troubles pancréatiques. Les aliments à base de soja augmentent le besoin corporel de vitamine D nécessaire à une bonne croissance et à la formation d’un squelette solide. L’acide phytique qui se trouve dans les aliments à base de soja diminue la digestibilité du zinc et du fer nécessaires à la santé et au développement du système nerveux. Le soja ne contient pas non plus de cholestérol, nécessaire lui aussi au développement du cerveau et du système nerveux. Les fortes doses de phyto-oestrogènes présents dans le soja ont été impliquées dans la tendance actuelle vers le développement prématuré des caractères sexuels des filles et les retards dans le développement sexuel des garçons [dont la virilité sera compromise].

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to Ma.gnoliaAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

 
17 Commentaires

Publié par le juin 20, 2009 dans halal

 

Étiquettes : ,

17 réponses à “Consommation de porc et troubles sexuels

  1. ribh

    mars 28, 2014 at 10:02

    @ Khadija :

    Voici une vidéo du Pr. Mohamed Elfaid qui est un chercheur et nutrithérapeute marocain qui détaille les effets nocifs sur l’être humain de la consommation de viande de porc. La vidéo est en arabe.

     
  2. khadidja

    mars 28, 2014 at 7:06

    je veux un appui scientifique qui prouve que la viande du porc est néfaste pour l’organisme de l’être humain
    merci

     
  3. Sheimah

    mai 5, 2013 at 8:53

    Salam alekom wa ramatu Allah wa barakatu,

    Cette article permet à toute personne douée de raison d’entendre ce message, et ensuite de faire ses propres recherches quant à ce propos tout simplement, à qui veut, consulter plusieurs centres de recherches scientifiques et tests, afin de vérifier, si il veut, et d’observer tout simplement cette précaution contre la consommation de la viande de porc.

    Au moins le professeur nous prévient de ce qu’il pense et je trouve cela très bien.

    Ensuite pour ce qui est de dire:

    L’injonction de Jésus « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru. », il faut savoir que les signes sur terre de l’existence de Dieu sont en grand nombre, il ne faut pas fermer les yeux mais observer, calmement la Création de Dieu L’unique… Tels les insectes (les abeilles, les fourmis…) les oiseaux, toutes ces magnifiques robes comme dessinées parfaitement, qu’il parait lucide que notre Seigneur nous a accordé Sa Grace immense et infinie.

    Donc, certes il suffit de s ‘instruire en lisant les Textes sacrés et en observant notre monde ‘naturel », la faune et la flore, et surtout les différences entre le monde animal et nous. Nous sommes tellement différents d’eux, Subhan Allah, ils sont soumis à la volonté divine, et dans leurs stratégies de combat et de vie, ce sont des armées avec de grandes connaissances. Qui peut renier que des Créatures si fragiles auraient une essence instinctive aussi développée comparés à nous sans que le Seigneur en soit le Maître ?

    Avez vous déjà remarqué que les sport de combat des humains, ressemblent étrangement aux stratégies de certains insectes ? Qui a pris des cours sur qui, vous pensez que c’est les insectes qui ont suivi les cours chez les hommes ?

    Que celui qui veut observer, observe, car il faut le voir pour le croire!!

    A ceux qui ne voient pas la beauté de la creation, et qui me dirais pff, ce ne sont que des insectes, ces gens ne s’intéressent pas à leurs environnement, il faut le faire..

    La Création de Dieu est explicite et tout se relie inch Allah..

    Sauf que l’homme est trop loin de la nature, et même l’oublie trop (en général), et la ville est le mauvais côté de cette vie, elle est même un enfer, qui s’implante sur la terre, enlevant toutes sources de vie naturelle, toutes faune et flore, enlevant l’énergie vitale de l’homme et de son équilibre… polluant tout par les voitures.

    Personnellement, je n’ai pas besoin de croire ou de voir des chiffres ou tests pour m’abstenir de vouloir manger de porc, et je ne souhaiterais pas en manger pour son apparence, je m’excuse, dans le sens:
    il me semble que cette animal transpire plus que d’autres et que les pores sont plus dilatées que d’autres animaux, de plus de son surpoid, donc il me semble, que les glandes sudoripares rejettent la transpiration en grande quantité, rapidement, mais ils n’y a pas assez de poils pour l’éliminer ( comme gouttoire), donc celle ci resterai sur la peau et les toxines peuvent peu-être être ré-ingérer par l’organisme, mais ceci, n’est que mon avis!!

    Qui serait en plus des autres faits qui démontre que le porc est nocif.. thenia… etc..

    En Biologie, on apprend que les poils servent à plusieurs choses, l’une à empêcher l’intrusion de choses nuisibles aux muqueuses, tels le nez, les oreilles, mais aussi à protéger je crois, toutefois,

    Il me semble que les glandes sudoripares évacue la sueur par les poils, (facile de vérifier),

    Donc si un gros animal ( et vu leurs truffes qui luisent et brillent très souvent dont les trous de nez sont énormes coulent) , montrant qu’il n’a pas de protection pour empêcher son nez de couler, comme par exemple un chien qui aura des poils autour de sa truffe, ici, on voit bien que c’est un animal dénué de poils correctement, dans le sens, ou cette animal est en surpoids quasi constant à l’age adulte ou très rapidement, et présente surement ces pores très dilatées, pas comme l’homme, qui même obèse, n’auraient pas de pores aussi dilatées (mais ceci est juste une hypothèse qui me semble correct inch Allah),

    Donc les toxines qui doivent être rejetés par les poils, restent sur la peau, selon moi et Allah e oualem.

    Il n’est pas tout le temps dans la boue, mais sachant que la transpiration excessive se fait en quelques secondes, une durée en quelques minutes est suffisant pour évacuer les toxines sur la peau, avec peu de poils pour les retirer de la peau en elles mêmes..le problème sera alors ici, les pores dilatés les re-ingère Allah e oulam, comme un crème, que l’on remet sur la peau.

    Personnellement, et cela est surement à approfondir par des professionnelles de santé, inch Allah, il est fort possible que cette animal ait des toxines qui sont à nouveau assimilées par l’organisme, peut être cela fait des toxines dans le sang qui sont dangereux ou malpropres à la consommation, et/ ou bien crée des choses néfastes dans leurs propres organismes qui nuirait pour une consommation de l’homme.

    Qu’ Allah nous en préserve en tout les sens de cette animal ..Subhan Allah!!

    N’y a t-il pas assez de belles espèces à consommer que de se poser des questions sur le faite de manger celui ci, n’y a t -il pas le choix !? Le poisson, les viandes délicieuses, agneau, mouton, poulet ou cailles..ou autres ?

    Baraka Allah o fikom

     
  4. ribh

    août 20, 2010 at 11:44

    @ Qidam :

    Je vous remercie pour votre participation.

    A défaut de vous avoir convaincu cet article pose en tout cas une problématique intéressante qui mérite d’être approfondie dans le contexte adéquat et avec la rigueur requise.

    P.S.: L’injonction de Jésus « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru » – de même que tous les appels à la croyance formulés par les prophètes – ne concerne évidemment que le monde spirituel, pas le monde matériel. Le Coran est une invitation ouverte à la réflexion, à l’observation et à l’analyse du monde matériel.

    Cordialement.

     
  5. quidam

    août 20, 2010 at 8:48

    ok. La technique, humaine, est toujours perfectible. Donc pas de censure. Donc pas de rancœur.

    Je ne suis pas croyant en Dieu. Mais je crois en l’amour et en bon nombre de valeur que diffusent les religions.

    Je continue de penser que RIEN dans cet article ne prouve « un dérèglement hormonal résultant de la consommation de porc » si ce n’est le titre et le nom de Shahid Athar. Et je ne crois déjà pas en un dieu, je vais encore moins croire en Shahid Athar. Et cette position réfute à la fois votre argument de bon sens comme celui de science.
    Ceux qui disait à Galilée que la Terre était plate étaient aussi d’éminents astrologues.

    Dans la Bible, Jésus dit à Saint Thomas « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru » (Jn 20, 24-25 ; 27-29). Je ne suis pas d’accord. C’est sûr que c’est plus facile d’être heureux de cette façon (on parle même d’imbéciles heureux). Mais aussi plus facile d’être manipulé.

    Bref, vous ne doutez déjà plus de cet article parce que vous n’avez pas besoin de preuves alors que je nie en bloc ce qu’il dit car il n’apporte aucune preuve.

    Chacun choisira son camp.

    Ravi d’avoir échangé.

     
  6. ribh

    août 20, 2010 at 2:12

    @ Qidam :

    Autant pour moi. Il y a eu un quiproquo. J’ai eu un doute (comme quoi tout le monde peut douter) devant votre réaction et j’ai vérifié si l’un de vos commentaires n’avait pas été écarté par le filtre anti-spam et il s’est avéré que c’était effectivement le cas. Le filtre anti-spam élimine automatiquement les commentaires qui comportent beaucoup de liens ce qui était le cas de votre commentaire en question.

    Votre commentaire a donc été publié.

    Sans rancoeur j’espère.

     
  7. ribh

    août 19, 2010 at 7:10

    @ Qidam :

    Aucun de vos commentaires n’a été censuré… je trouve donc votre dernier commentaire incohérent, et puisque vous insistez pour que je vous remette à votre place, je vais vous faire plaisir.

    Ma position en faveur de cet article est basée sur 3 piliers : la foi, le bon sens, la science.

    La foi : la consommation du porc est interdite dans la Bible (Ancien Testament) et dans le Coran. De plus Jésus paix sur lui n’a jamais mangé de porc.

    Le bon sens : l’article ci-dessus fait état d’un dérèglement hormonal résultant de la consommation de porc. Même un non croyant devrait donc s’abstenir d’en consommer au nom du principe de précaution.

    La science : l’auteur de l’étude précitée n’est pas un religieux fanatique mais un praticien en endocrinologie qui a travaillé dans de grands hôpitaux aux USA.

    Votre position est basée sur le doute. Le doute est un bon ingrédient scientifique qui permet d’approfondir une analyse, mais quand le doute est cerné par la foi, par le bon sens et par la science, il s’évapore.

     
  8. quidam

    août 19, 2010 at 4:36

    Je craignais que ça finisse par une censure.

    L’objectivité n’est pas innée et exige des efforts, au moins autant que la pratique d’un culte.
    J’aurais préféré que vous trouviez la force de me remettre à ma place.

    Tant pis pour vous. Tant pis pour vos lecteurs.

     
  9. quidam

    août 19, 2010 at 9:54

    J’ai trouvé une version anglaise ici : http://www.themodernreligion.com/health/food.html

    Shahid Athar : j’ai cherché des références scientifiques :

    ___
    le site http://www.islamfortoday.com/athar.htm
    dit qu’il est président de l’IMANA, ce que le site de l’IMANA dément. Son nom n’est même pas mentionné dans le site ni même l’historique de l’IMANA
    (http://www.imana.org/organization.html ; http://www.imana.org/history.html).

    ___
    Sur son site, tous articles scientifiques confondus (http://www.islam-usa.com/index.php?option=com_content&view=category&id=68&Itemid=137), je ne trouve que :

    – des références à 2 articles, introuvables sur le net, qui ont été publiés dans un magazine généraliste grand public (http://www.isna.net/Islamic-Horizons/pages/Islamic-Horizons.aspx)
    – 1 article dans son propre livre, sufismjournal(http://www.onlineislamicstore.com/b3124.html)
    – 1 article sans référence dans le journal Suffism (http://sufismjournal.org/psychology/psychologylonging.html)
    – 1 article sans autre référence sur le site quranandscience.com (http://www.quranandscience.com/legislative/185-medical-aspects-of-islamic-fasting.html)

    ___
    L’article “Effects of Prohibited Foods on Human Hormones and Behaviour” dont nous débattons n’est pas présent sur son propre site.

    ___
    Son site ne mentionne rien de sa vie scientifique (diplôme cursus, etc).
    ___
    Un article religieux sur le site http://www.parkridgecenter.org/Page1948.html le cite une fois encore comme président de l’IMANA

    ___
    D’accord il est docteur et professeur associé à l’IUSM. Mais je ne vois aucun article scientifique de sa part. Et il n’en site aucun.
    Il fait des conférences scientifiques uniquement sur l’éthique et sur l’islam.

    Mais encore une fois : quel que soit son titre, s’il n’appuie ses dires ni de preuves ni d’articles qui apportent des preuves, il n’est pas crédible.

     
  10. ribh

    août 19, 2010 at 1:17

    @ Qidam :

    Vous êtes le bienvenu. Je vous remercie d’évoquer mon intelligence mais le fait que vous jugiez nécessaire de m’expliquer que le porc n’est pas un ovin mais un porcin m’inquiète quant à l’évaluation que vous faites de mon QI.

    J’ai mentionné la crise de la vache folle pour vous expliquer qu’il est dangereux de manger la viande de bovins que l’homme a rendu omnivores (comme le porc) alors que Dieu les a créés herbivores.

    J’ai bien compris que vous souhaitez aborder la question sous l’angle de la rigueur scientifique, mais pour cela il faudrait procéder à une analyse critique de l’étude originale dans son contexte expérimental, ce que je n’ai pas la prétention de faire n’étant pas endocrinologue. L’article ci-dessus n’est que la traduction et le résumé journalistique d’une thèse en anglais, pour lequel le lien n’est d’ailleurs plus actif.

    Je vous signale toutefois à toutes fins utiles que le Dr. Shahid Athar est un éminent endocrinologue exerçant aux Etats Unis (une recherche sur Internet vous donnera une idée de ses références).

     
  11. quidam

    août 19, 2010 at 12:20

    Bonjour.

    Je reviens sur votre réponse précédente.
    « La crise de la vache folle a démontré le danger de se nourrir de bovins ayant consommé des farines animales à base d’ovins ». Tout à fait exact !
    Ce qui ne l’est pas c’est que le porc n’est pas un ovin, c’est un porcin. Les ovins, ce sont les moutons.

    Et si je comprends bien votre dernière réponse, vous reprochez aux porcs de ne pas être assez agressifs ??? Il ne « se battra pas » ! N’était-ce pas un défaut que vous reprochiez aux jeunes garçons ?

    Et je continue de refuser que vous appeliez « l’article ci-dessus » de « travaux de recherche ». Il ne ressemble en rien à un article scientifique. J’ai lu l’article de Shahid Athar : il n’y pas de chiffres, pas de protocole expérimental, pas de statistiques, pas d’expériences de références, pas de groupe témoin ni de définition de quelque dispositif expérimental que ce soit. Je suis désolé de le dire mais cet article n’a rien de scientifique : il s’appuie entièrement sur la confiance que l’on donne ou pas à quelqu’un qui a le titre de chercheur (ce que je ne réfute pas).

    C’est le reproche que je fais : vous souhaitez appuyer ce que la religion vous dit à partir de résultats scientifiques. Je suis d’accord avec vous. Cette démarche est noble et prouve votre bonne foi et votre volonté d’objectivité. Mais je veux juste attirer votre attention sur le fait que cet article n’est pas le bon dans ce but. Croyez que j’en suis le premier déçu car l’objet de ma recherche à la base était d’en savoir plus sur la consommation de la viande de porc : pour moi, RIEN ne prouve dans ce texte qu’il y a « un dérèglement hormonal chez les consommateurs de porc », à part l’unique parole de Shahid Athar.

    Si j’avais la chance ou l’honneur d’être professeur en astronomie et que je vous affirmais que la terre est plate, me croiriez-vous ?

    Seul un Dieu est digne d’être cru sur parole, pas un homme.
    A moins que Shahid Athar soit un représentant divin sur Terre… au quel cas le débat serait clos.

    Cordialement.

    N.B. : je ne vois pas où vous avez lu que je disais que « les hormones n’ont pas d’influence sur la sexualité… »
    C’est parce que je vous crois intelligent que je prends du temps pour attirer votre attention sur les défauts de cet article. Merci de ne pas me prendre pour un idiot avec votre invitation « à consulter un traité d’endocrinologie ».

     
  12. ribh

    août 17, 2010 at 7:27

    @ Qidam :

    Bonjour,

    Vous faîtes un long développement sur la monogamie, mais la question n’est pas là. Un bélier, un cerf, un chien, un ours ou un coq se battra pour avec un autre mâle pour s’accaparer une femelle ou pour protéger son droit de géniteur. Les combats de coqs ou de béliers sont bien connus dans ce contexte. En revanche le porc est démuni de cette jalousie et ne se battra pas pour faire valoir sa primauté de géniteur.

    Pour le reste, les travaux de recherche mentionnés dans l’article ci-dessus font état d’un dérèglement hormonal chez les consommateurs de porc. Cela devrait suffire à dissuader d’en consommer, confortant ainsi les interdictions contenues dans la Bible et dans le Coran.

    Ceci dit si vous estimez que les hormones n’ont pas d’influence sur la sexualité alors je vous invite à consulter un traité d’endocrinologie.

     
  13. quidam

    août 17, 2010 at 4:58

    Bonjour.

    « jouer avec un pistolet développe plus l’agressivité que jouer avec une poupée » : on parle d’un développement comportemental, une tendance à un certain comportement à venir, d’un phénomène acquis, avec lequel je suis plutôt d’accord (bien qu’en thérapie, par exemple, on peut voir des filles agressées malmener leur poupée de façon très violente et qui n’ont nullement besoin d’un pistolet pour s’exprimer)
    mais ce n’est pas ce qui était écrit dans le texte original mais bien :
    « Physiologiquement, les garçons et les filles diffèrent dans le comportement – agressif contre passif – jouant les uns avec des pistolets et les autres avec des poupées. » : on parle d’un état, d’une différence comme préexisatnte, d’un phénomène inné, confirmée par la suite du texte, qui explique » cette différence par la différence hormonale garçon/fille, qui agit donc dès la naissance (avant toute forme de jeu donc).

    je vous renvoie la question :

    essayer de me prouver statistiquement que « les populations qui consomment du porc sont plus libertines que celles qui l’interdisent et en particulier pourquoi la jalousie des « hommes » à l’égard de leurs compagnes y est plus réduite. »

    N.B. : vous ajoutez : « Comme par hasard le porc n’est pas un animal jaloux et partage de bonne grâce une femelle avec ses congénères. »
    La monogamie est rare dans le règne animale, ne serait-ce même qu’uniquement mammifère mais alors dans le règne animal entier ce n’est même pas discutable… (et ne parlons pas du monde du vivant dans son ensemble) Et, avec tout le respect que je vous dois, il faut toujours se souvenir pour être objectif qu’on se souvient plus facilement de ce qui nous satisfait (comme il est rassurant pour nous humains doués de moralité de savoir que telle ou telle espèce est aussi monogame !).
    Les études statistiques sont là pour nous ramener sur terre et faire des déductions strictes et répétables, en un mot scientifiques.

    wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Monogamie

    « La monogamie est rare chez les animaux.

    « Il n’y a d’animaux monogames que ceux qui ne font l’amour qu’une seule fois dans leur vie », affirmait Remy de Gourmont dans sa Physique de l’amour (1903).

    On estime de 3 à 10.5% le nombre de mammifères n’ayant qu’un seul partenaire social. Celle-ci autorisant en fait plusieurs partenaires sexuels. La monogamie vraie, c’est-à-dire assortie d’une fidélité sexuelle serait encore plus rare, on l’estime inférieure à 1% des espèces[2].

    La monogamie sociale serait d’abord une forme dérivée du conflit sexuel et de la guerre des sexes à partir de comportements d’accompagnement tels que le territoire ou le mate-guarding selon Thierry Lodé. La monogamie réelle répond ainsi à un contrôle de la sexualité des femelles par les mâles ou dans de rares cas, des mâles par les femelles. La sexualité exclusive n’existerait d’ailleurs pas dans la nature et la diversité des conduites sexuelles serait largement privilégiée par l’évolution biologique.

    Selon une étude publiée en 2006 par Frank Cézilly (professeur à l’université de Bourgogne et membre du laboratoire Biogéosciences-Dijon, CNRS), l’observation des animaux conduit à penser que la monogamie répond avant tout à des impératifs économiques. Les animaux choisissent souvent un nouveau partenaire l’année suivante et chez les oiseaux monogames, dans 10 % à 70 % des cas selon les espèces, le père biologique des poussins n’est pas celui qui occupe le nid[3]. »

    [1] Monogamie [http://dictionnaire.mediadico.com/traduction/dictionnaire.asp/definition/monogamie/2007] sur Média dico
    [2] Monogamie animale [http://www.universalis.fr/encyclopedie/SC00021/MONOGAMIE_ANIMALE.htm] sur Universalis.fr
    [3} Frank Cézilly, « La monogamie est-elle naturelle ? » [http://www.scienceshumaines.com/la-monogamie-est-elle-naturelle-_fr_21607.html] sur Sciences Humaines

    Et on peut consulter : http://www.passiondulivre.com/livre-22949-le-paradoxe-de-l-hippocampe-une-histoire-naturelle-de-la-monogamie.htm

    Cordialement.

     
  14. ribh

    août 16, 2010 at 1:41

    @ Qidam :

    Bonjour,

    Certaines de vos réserves sont pertinentes et une approche scientifique et expérimentale pourrait y apporter des réponses plus « fines » que celles évoquées ci-dessus.

    Cependant, je ne suis pas partisan de polémiquer pour polémiquer. Il y aura toujours quelqu’un pour prétendre que le soleil n’est pas assez brillant parce qu’il y a effectivement des tâches noires à la surface du soleil :
    http://www.journaldunet.com/science/espace/dossiers/06/portrait-soleil/7.shtml

    Prétendre que jouer avec un pistolet ne développe pas plus l’agressivité que jouer avec une poupée va à l’encontre de l’observation la plus banale.

    Pour en revenir à la graisse de porc, elle a des caractéristiques totalement différentes des graisses de boeuf et de mouton. Ces dernières sont assimilées par l’organisme humain tandis que la graisse de porc est stockée comme élément exogène.

    La saleté n’est pas liée au fait que le porc se vautre dans la boue, mais à l’alimentation du porc qui est est non seulement omnivore mais se nourrit de toute sorte de détritus. La crise de la vache folle a démontré le danger de se nourrir de bovins ayant consommé des farines animales à base d’ovins. Le porc contient par ailleurs énormément de parasites. Pour un musulman – et pour Jésus aussi – l’interdiction étant divine elle ne nécessite même pas de passer au laboratoire.

    « Il est possible que la promiscuité sexuelle et les pratiques sexuelles déviantes des sociétés consommatrices de porc soient dues à ce qu’elles mangent ! » Vous demandez une argumentation pour appuyer cette thèse. On peut aussi vous renvoyer la balle : essayez de nous expliquer scientifiquement pourquoi les populations qui consomment du porc sont plus libertines que celles qui l’interdisent et en particulier pourquoi la jalousie des « hommes » à l’égard de leurs compagnes y est plus réduite. Comme par hasard le porc n’est pas un animal jaloux et partage de bonne grâce une femelle avec ses congénères.

    Je vous concède néanmoins que la relation de cause à effet entre la pratique du sport par les jeunes filles et le retard de leurs règles doit être affinée. Je ne sais pas dans quelle mesure l’étude du Dr. Shahid Atha détaille cette question.

     
  15. quidam

    août 15, 2010 at 8:31

    Ah la la. Comment avoir l’air scientifique en faisant de la vulgarisation !

    Qu’est-ce que c’est que cette idée que les enfants sont agressifs parce qu’ils jouent avec des pistolets et pas les filles qui jouent à la poupée ! On peut caresser un pistolet et découper une poupée en morceau ! c’est la façon d’utiliser l’objet qui est agressif !

    Et je serais curieux de savoir quelle est la différence structurelle entre la vilaine graisse de porc que garde l’organisme humain dans ses tissus par rapport à la bonne graisse humaine d’origine végétale ! Y a t il aussi des réserves de graisse de bœuf ? de mouton ? de poulet ? de poisson ? Heureusement que le corps est plus constitué d’eau que de graisse(s?) !

    Et on ne peut pas guérir un agresseur sexuel : tout au plus diminue-t-on sa libido ou son excitation générale à l’aide d’inhibiteurs, uniquement pendant la durée de la prise de la substance.

    Et où avez-vous vu que le porc est un animal sale ?? Parce qu’il se vautre dans la boue et ne prend jamais de douche ? Sachez que la boue, pour ces animaux qui ne peuvent ni se lécher ni se gratter pour se laver, sert, en séchant dans les poils, de carapace temporaire contre la vermine, qu’elle emporte de plus en tombant petit à petit. C’est aussi le cas pour les gros animaux malhabiles comme l’hippopotame ou l’éléphant.
    Les animaux les plus porteurs de germes et de maladies sont ceux qui se nourrissent d’animaux morts, comme les mouches, etc. Le coran comme la bible interdisent-ils de manger des mouches ?

    De plus, il semble dans la littérature scientifique que ce soit plutôt les variations de sécrétion hormonale qui agissent sur le métabolisme des aliments, dont les graisses, que le contraire. Une femme ménopausée, donc aux dosages hormonaux particulièrement modifiés, n’a t-t-elle pas tendance à prendre du poids ? (NB : on pense toutefois que ce soit plutôt liée à la rétention d’eau dans le corps que de graisses)

    « Il est possible que la promiscuité sexuelle et les pratiques sexuelles déviantes des sociétés consommatrices de porc soient dues à ce qu’elles mangent ! » Alors là, c’est complètement gratuit ! Argumentez, argumentez !!

    Et alors l’affirmation que « les filles sportives qui ont moins de graisse ont des règles retardées » est tout sauf scientifique (tout autant que la suite de la phrase d’ailleurs): cette phrase associe un effet (règles retardées) à deux causes (la pratique d’un sport et la taux de graisse corporel) sans définir de lien entre elles ni de proportion d’effet de l’une plus que l’autre, ni de définition des multiples effets possibles de chacune de ces causes sur le retard effectif des règles !!!
    Alors là on est en plein n’importe quoi scientifique !!
    M. Shahid Athar, vous semblez exister et être réellement scientifique : prouvez-le nous au lieu d’abreuver les populations de données toutes faites qui vont dans le sens de ce qu’elles veulent (ou vous voulez) entendre.

    Comprenne qui pourra.

     
  16. ribh

    septembre 17, 2009 at 12:40

    Lévitique 11:7 « Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue et le pied fourchu, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. »

    Deutéronome 14:8 « Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts. »

     
  17. chaos

    septembre 16, 2009 at 7:34

    dans la bible lollll dans quel livre et quel verset ???

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s