RSS

Miftah Al Kheir le financement « alternatif » de Wafa Immobilier Maroc

07 Avr

wafa_immobilier_logo

Selon Noureddine Cherkani, PDG de Wafa Immobilier, les produits dits alternatifs  sont en train de prendre leur place timidement sur le marché marocain. « Pas un jour ne se passe sans qu’on ne reçoive une demande concernant ces crédits. Faut-il le rappeler, nous étions les premiers à lancer ces nouveaux produits».

Dans le cadre du financement « Miftah Al kheir » basé sur la Mourabaha, Wafa Immobilier achète pour le compte du client un bien immobilier construit à usage d’habitation principale ou professionnel, en vue de le lui  revendre moyennant une marge bénéficiaire convenue d’avance.

Caractéristiques et modalités du financement Miftah Al Kheir

– Finance jusqu’à 100 % de la valeur du bien (minimum de 70000 dirhams)
– Durée de remboursement  allant jusqu’à  25 ans
– Revenus minimumn : 4000 dhs net pour un couple et 3000 dhs net pour un emprunteur unique
– Age : min. 18 ans et max. 70 ans à la dernière échéance
– Taux d’endettement : 40% pour des revenus mensuels
– Ancienneté professionnelle  : 12 mois
– Paiement : mensualité constante

Lire aussi :

Maroc : la Mourabaha reste chère malgré les nouvelles dispositions de la Loi de finances 2009

Mise à jour du 16 novembre 2009

Grâce à la loi de Finances 2010, la Mourabaha ne sera plus sanctionnée par la TVA puisqu’elle ne supportera plus la TVA sur l’échéance totale mais uniquement sur le profit de la banque et au taux de 10% seulement contre 20% auparavant. Les produits alternatifs deviennent donc aussi compétitifs que le financement bancaire traditionnel, n’étant plus assimilés au leasing, mais au financement bancaire normal.

 
40 Commentaires

Publié par le avril 7, 2009 dans crédit-immobilier-islamique, Maroc

 

Étiquettes : , , ,

40 réponses à “Miftah Al Kheir le financement « alternatif » de Wafa Immobilier Maroc

  1. ribh

    janvier 11, 2013 at 9:41

    @ Abderrahmane :

    Wa alaykoum assalam, Allahomma yassir?

    Pour l’instant il n’y a pas encore au Maroc de financements islamiques pour les projets agricoles ou industriels.

    Il faudra encore attendre au moins un an, après l’adoption en cours de la nouvelle loi bancaire et la création des premières banques « participatives » (islamiques) au Maroc, pour espérer voir l’ouverture des premières banques islamiques et commencer à découvrir leurs offres de financement incha Allah.

     
  2. abderrahmane

    janvier 11, 2013 at 7:47

    assalamou alaykom : j’ai loué un terrain agricole. Mon but est de construire une écurie et de lancer un projet d’engraissement. Comment peut-on avoir un crédit, et sur quelles bases? Merci.

     
  3. ribh

    septembre 6, 2011 at 2:24

    Wa alikoum assalam,

    En principe la réglementation des changes ne permet pas d’acheter un bien en France avec un financement d’une banque marocaine.

     
  4. Anonyme

    septembre 3, 2011 at 6:24

    salam alikoum,
    peux-ton demander un prêt à une banque marocaine pour acheter un bien en France?

    merci pour vos réponses

     
  5. Lara

    août 19, 2010 at 11:02

    Essalam,

    Cela me fait rire de voir des gens qui veulent des prêts sur 20 ans mais gratuitement. Ma question est la suivante quand vous allez revendre votre bien, allez-vous le revendre au prix coûtant ou au prix du marché ? ou tenez-vous mordicus à récupérer votre profit sur votre  »INVESTISSEMENT ».

    La majorité des musulmans vise l’intérêt essentiellement comme haram. Mais il faudrait aussi parler de  »SPÉCULATION » qui est en train de faire exploser les prix : est-ce que ce n’est pas une forme d’usure d’acheter à 1 fois le montant et de revendre 3 fois le montant déboursé ? Nous le constatons pour l’immobilier au Maroc, à Dubai… Si le crédit est gratuit pourquoi acheter un seul bien… Quelle sera la limite ?

    L’islam est bâti sur la liberté d’acquisition. Tu as la valeur d’un bien, tu l’achètes, tu ne l’as pas tu restes tranquille. Si ce principe était appliqué, il n’y aurait pas autant d’inflation, de spéculation… Le principe était aussi d’avancer de l’argent, et non pas de donner du crédit gratuitement (commerce, caravane,..) pour devenir associé et avoir un pourcentage équivalent en apport du capital dans le profit.

    Si tous les principes de l’Islam sont quasi inexistants dans toutes nos façons de faire. Pourquoi vouloir l’appliquer uniquement aux Banques ?

     
  6. ribh

    avril 26, 2010 at 4:12

    @ Abdellah :

    Les banques marocaines ne proposent pas encore de financements de l’auto-construction conforme à la Charia. Les solutions existent mais elle ne sont pas encore proposées au Maroc.

     
  7. Abdellah

    avril 26, 2010 at 2:23

    J’ai un lot de terrain, j’ai une mensualité de 5300,00dh. J’ai besoin de construire ma prochaine maison mais le crédit « ribaoui » d’après le coran et le hadith est haram. ma question y a- t-il une solution pour financer la construction de ce lot ?

     
  8. ikbal

    février 14, 2010 at 11:59

    salamou aleikoum
    est ce qu’il y a des nouvelles à propos du crédit « mourabaha » a part la baisse du taux de la TVA ?
    Et svp je voudrais savoir quelles sont les agences que je peux contacter à casablanca. Merci d’avance.

     
  9. Nour-Eddine

    janvier 23, 2010 at 9:07

    Bonjour tout le monde, salamou aleikoum

    @ Erik

    Pour un crédit de 400000 dhs, échelonné sur 13 ans, il faudrait compter 4600 dhs par mois. Il vous reviendrait aux alentours des 700000 dhs.

    A +

     
  10. ribh

    janvier 23, 2010 at 6:40

    @ Erik :

    Bonjour,

    En principe, l’échéance mensuelle ne doit pas dépasser 40% de votre revenu et la durée maximale est de 25 ans… Sur cette base, vous pouvez faire le calcul de ce que vous pouvez obtenir comme financement. Pour le calcul des échéances, il faudra voir avec la banque.

     
  11. erik

    janvier 23, 2010 at 2:04

    Salut
    Je suis fonctionnaire. Mon salaire est 6000DH. Je voudrais acheter une maison à 550000DH produit HALAL. J’ai 49ans. Combien vais-je payer par mois et sur combien de mois ? Merci d’avance.

     
  12. Nour-Eddine

    janvier 22, 2010 at 9:45

    Salam,

    Pour l’instant, et sans franche garantie pour l’avenir, le crédit dit « halal » coûte les yeux de la tête. D’ailleurs, par moments, très honnêtement, je me demande bien ce qu’il a de « halal ». Car, lors de mon dernier passage à Wafa Immobilier, l’agent, d’entrée, a pris le soin de m’informer (sur un ton d’avertissement) que ce crédit me reviendra quelque peu cher, compte tenu du taux situé, m’a-t-il signifié, sans sourciller, à 8.5 pr cent – ajoutez à cela les autres frais notariaux d’achat et de revente de l’appartement, d’une taxe par ci et par là, etc.

    L’esprit du crédit réellement « halal », i. e. celui recommandé par Allahou wa rassoulouhou (ASWS), est de favoriser la sérénité du musulman, mais à la vue de ce que coûte ce crédit prétendument halal, il est bon à vous casser le moral et pour de bon.

    Ceci dit, dans ces conditions, je crois qu’il faudrait, néanmoins, raisonner en termes de moindre mal. Plutôt donc que d’aller piocher un crédit ribaoui, il est toujours bon de contracter un crédit « mourabaha ». Pour la tranquillité de l’esprit, car cela n’a pas de prix.

    Wa salamou aleikoum

     
  13. ribh

    janvier 22, 2010 at 8:52

    @ Erik :

    Pour l’instant il n’y a pas au Maroc d’offre de financement de l’auto-construction conforme à la Charia. C’est une lacune importante en matière de financements « halal ».

    En théorie, l’auto-construction d’un logement pourrait être financée par un contrat de type Istisnaâ. Le lancement de ce type de contrat au Maroc avait été annoncé début 2009 par Bank Al Maghrib et le Groupement professionnel des banques du Maroc : https://ribh.wordpress.com/2009/01/30/maroc-salam-istisnaa/

    En pratique, il faut voir le traitement fiscal réservé à ce type de financement pour en mesurer la compétitivité. Les banques marocaines ont encore peu communiqué sur ce produit.

    A titre d’exemple, en Algérie, la Banque Al Baraka propose ce financement pour l’auto-construction : http://www.albaraka-bank.com/istisna.htm . Le contrat d’Istisnaâ fait intervenir 3 parties : la banque, le maître d’ouvrage (le client) et l’entreprise de construction. La banque paie l’entreprise de construction pour le compte du client, et ce dernier rembourse la banque y compris une marge bénéficiaire, en bénéficiant de facilités de paiement étalées sur une durée convenue.

     
  14. erik

    janvier 22, 2010 at 12:42

    salam
    J’ai un lot. Je voudrais le construire. Le crédit « halal » pourrait-il me faire quelque chose?

     
  15. ribh

    janvier 19, 2010 at 6:13

    @ Nezha :

    Wa alaykoum assalam,

    Oui la banque peut financer l’achat de l’appartement à 100%, mais chaque dossier est un cas particulier et vous devrez donc vous renseigner directement auprès de la banque.

     
  16. nezha

    janvier 19, 2010 at 4:34

    salam alykoum,
    j’habite en France et je souhaiterais acheter un appartement au Maroc entre 500.000 dh et 600.000 dh, par contre je n’ai pas d’apport personnel, mon mari travaille il touche 1200 euro et moi au chômage 750 euro.
    la banque peut elle nous financer à cent pour cent?
    je voudrais svp avoir plus de renseignement sur le crédit halal ?
    merci de me répondre.

     
  17. ribh

    janvier 10, 2010 at 7:06

    Les dispositions de la circulaire des Impôts pour l’année 2010 relatives à la Mourabaha :

    https://ribh.wordpress.com/2010/01/09/circulaire-impots-mourabaha/

     
  18. chaimae

    janvier 10, 2010 at 2:14

    salam alaykoum
    Je veux acheter une maison avec ce type de crédit halal (Mourabaha) d’une valeur de 600.000dh quelle est la traite mensuelle ? et merci de me répondre.

     
  19. ribh

    janvier 3, 2010 at 6:46

    @ Abdellah :
    Salam. Voir le commentaire posté par M. Daoudi sur l’article ci-après :

    https://ribh.wordpress.com/2009/11/15/maroc-surtaxation-mourabaha/

     
  20. BBK

    janvier 2, 2010 at 8:30

    Est ce que les crédit alternatifs « Halal » sont conformes a la « Chariaa » ?

     
  21. Nour-Eddine

    janvier 2, 2010 at 10:55

    Salam,

    Est-ce que la marge de bénéfice de la banque est soumise à un quelconque taux (prélablement défini) ou reste une « affaire » à discuter avec la banque?

    Merci mes amis de me répondre.

     
  22. Abdellah

    décembre 31, 2009 at 3:10

    Salam,

    Je viens de lire un article qui dit que cette incitation concernant la baisse de TVA de 20 a 10% n’a pas ete adoptée dans la loi de finances 2010 votée.

    Est-ce vrai?
    http://www.lanouvelletribune.com/Produits_islamiques_Pas_d_8217_incitations_dans_la_Loi_de_Finances_2010.html

     
  23. ribh

    novembre 23, 2009 at 9:38

    @ Ikbal :

    Salam,

    Je vous conseille d’attendre début 2010 parce qu’avec la nouvelle loi de finances 2010 la Mourabaha sera beaucoup moins chère et incha Allah les banques vont probablement proposer de nouvelles offres plus intéressantes et faire de la publicité pour ces produits.

     
  24. Ikbal

    novembre 23, 2009 at 2:01

    Je veux acheter une maison avec ce type de crédit halal (Al Mourabaha). J’habite Casa. Je voudrais savoir quelles sont les agences que je peux contacter. Merci d’avance.

     
  25. Anonyme

    novembre 17, 2009 at 5:08

    Ok, mon ami, je repasserai chez Wafa bank, dès que j’ai un moment. Peut-être reverra-t-on à la baisse les frais du crédit « halal ». Je vous tiendrai au courant. Parole de Scout!

    Salamou aleikoum

     
  26. ribh

    novembre 17, 2009 at 12:14

    Mise à jour du 16 novembre 2009

    Grâce à la loi de Finances 2010, la Mourabaha ne sera plus sanctionnée par la TVA puisqu’elle ne supportera plus la TVA sur l’échéance totale mais uniquement sur le profit de la banque et au taux de 10% seulement contre 20% auparavant. Les produits alternatifs deviennent donc aussi compétitifs que le financement bancaire traditionnel, n’étant plus assimilés au leasing, mais au financement bancaire normal.

     
  27. Nour-Eddine

    octobre 30, 2009 at 4:43

    Salam,

    Je me suis renseigné dernièrement au sujet des crédits dits « halal », auprès notamment de Wafabank la seule à concéder ce type de services. Mais tenez-vous bien: un crédit d’à peu près 500000 dhs me coûterait, étant donné la durée de remboursement limitée à 13 ans, presque le double, vers 960000 dhs; alors que le même crédit contracté de manière hélas!classique (ribaoui wa liyadou billah) reviendrait peu près à 640000dhs. La différence est énorme. Pour autant, je ne contracterai pas ce dernier , par peur d’encourir la colère d’Allah. Donc, les amis si vous avez des tuyaux halals… J’ai vraiment envie d’avoir un chez moi, dans la limite toutefois du respect des principes de notre seigneur.

    Wa salamou aleikoum

    Nour-Eddine

     
  28. ribh

    octobre 30, 2009 at 4:13

    @ Abdelhaq :

    Wa alaykoum essalam,

    Merci de votre contribution. Il serait effectivement utile de savoir si des personnes ont bénéficié d’un financement Miftah El Kheir auprès d’Attijariwafa bank ou de Wafa Immobilier.

    Si quelqu’un a obtenu un financement Miftah El Kheir son témoignage est vivement souhaité. Merci d’avance.

     
  29. abdelhaq

    octobre 30, 2009 at 1:35

    El Salamo alaykoum.

    J’arrête pas d’entendre que de nombreux dossiers immobiliers déposés pour bénéficier du crédit mourabaha non pas été admis sous prétexte que ces produits ne sont introduits que pour attirer certains investisseurs du moyen-orient. J’aimerais bien qu’on me confirme que certaines personnes ont bel et bien bénéficié de ce produit.

    avant de finir j’aimerais bien vous remercier pour ce site. wa jazakoum allaho Aana khayran.

     
  30. ribh

    septembre 5, 2009 at 12:14

    @ Nour-Eddine:

    Salam,

    En 2008, un appartement d’une valeur de 500.000 Dirhams financé à 100% avec un crédit islamique, coûtait 4.217 DH par mois sur 25 ans. Tandis qu’avec un crédit conventionnel au taux d’intérêt de 5,07%, la traite mensuelle de l’emprunteur était de 3.094 DH. En raison de la fiscalité marocaine, le crédit « islamique » était donc plus cher de 36% !!!

    La Loi de Finances 2009 a introduits quelques aménagements qui réduisent en partie seulement cet écart. Ainsi, les droits d’enregistrement sur la Mourabaha ne sont plus perçus qu’une seule fois en dépit de la double transaction (achat, puis revente du bien immobilier). Malgré cela, les simulations dégagent toujours un écart moyen de 15% sur la mensualité en défaveur de la Mourabaha.

     
  31. Nour-Eddine

    septembre 4, 2009 at 6:35

    salam,

    Quelle est la marge de bénéfices de la banque, disons pour un appartement dont le prix de départ serait de 500.000 dirhams ? merci, mes amis. A+

     
  32. ribh

    août 25, 2009 at 8:07

    @ Arwa :

    Oui, c’est malheureux qu’il n’y ait pas de banque islamique au Maroc. Si les responsables prenaient conscience de la gravité du pêché que constitue riba (l’usure) et du châtiment correspondant ils ne dormiraient pas la nuit.

    Ceci dit, il y a bien sûr des gens qui prêtent de l’argent pour rendre service, sans contrepartie, mais à titre individuel. Ce ne peut pas être la raison d’exister d’une entreprise commerciale.

    Dieu à autorisé le commerce (halal) et interdit riba (haram). Il faut donc comprendre qu’une banque islamique est halal parce que son activité est commerciale et non purement financière. Le but d’une banque islamique est de gagner de l’argent halal et de permettre à ses clients de réaliser des opérations commerciales halal.

     
  33. arwa

    août 25, 2009 at 1:29

    merci pour votre explication. mais le grand problème c’est que au Maroc il n’y a pas de banques islamiques. et personne ne te donnera un crédit lillah

     
  34. ribh

    juillet 20, 2009 at 12:30

    @ Hassan :

    Salam,

    Non. Le Conseil des Oulémas du Maroc ne s’est pas prononcé sur ce produit ni sur aucun autre service bancaire « alternatif ». Et il est possible qu’il ne le fasse pas pour la simple raison que s’il se prononce, cela indiquera automatiquement que les produits bancaires conventionnels sont haram, ce qui risque d’avoir des conséquences catastrophiques sur le secteur bancaire. Voir l’article suivant publié en 2007 :

    « Produits bancaires islamiques au Maroc : que changera la non-fatwa des oulémas ? »

    https://ribh.wordpress.com/2007/10/30/produits-bancaires-islamiques-au-maroc-que-changera-la-non-fatwa-des-oulemas/

    Il reste que les produits d’Ijara et de Mourabaha sont reconnus halal par l’ensemble des conseils internationaux du fiqh et des Sharia Boards des banques islamiques.

     
  35. hassan

    juillet 20, 2009 at 11:54

    bonjour,
    ma question est la suivante:
    est ce que « Miftah Al Kheir  » est déclaré « halal » par le conseil des 3olama du Maroc?
    si oui, est ce qu’il y a une publication officielle qui le prouve?

     
  36. ribh

    juillet 19, 2009 at 2:58

    @ timgratine :

    Wa alaykoum assalam,

    Merci d’avoir posté les avis de nos respectés savants Muhammad ibn Salih Al-‘Uthaymin et Muhammad Nasir Din Al-Albani que j’ai déjà eu l’occasion de lire.

    Je ne suis pas qualifié pour émettre ou rejeter des fatwas, mais je ferais quand même les remarques suivantes :

    L’argument d’Al-‘Uthaymin selon lequel le commerçant n’a acheté le bien que pour gagner sur l’acheteur et pas pour lui rendre service n’est pas convaincant. Les banques islamiques ne sont pas des oeuvres de bienfaisance, ce sont des établissements commerciaux, et leur objectif officiel est bien de gagner de l’argent dans les limites imposées par la charia. Si tu commande un meuble à un menuisier selon un modèle que tu lui fournis on peut aussi dire que ce menuisier n’avait pas besoin de fabriquer ce meuble et qu’il ne le fait que pour gagner un profit.

    Concernant l’argumentaire d’Al-Albani, les financements islamiques ne comportent pas d’intérêts mais ne sont pas gratuits, sinon ces banques n’auraient aucune raison d’exercer leur activité.

    Il n’y a pratiquement pas de sujet sur lequel on ne trouve pas plusieurs écoles de pensées et des divergences d’opinion entre les savants. Chaque chose doit être placée dans son contexte et les actes ne valent effectivement que par leurs intentions.

    Les banques islamiques ont toutes des Sharia Boards composés de savants et d’experts musulmans qui valident les services de ces banques, sous leur propre responsabilité envers Dieu.

    Ma position c’est que chacun essaie de se faire son opinion en examinant les divers avis et en tenant compte de ce que lui dicte sa conscience.

    Wa ma tawfiqouna illa billah.

     
  37. tigmratine

    juillet 19, 2009 at 12:32

    salamaylikoum, je suis tout a fait d’accord avec toi ribh c’est ce que j’ai tenté d’expliquer le produit devient halal si la banque l’achète avant mais si c’est le client qui trouve cette maison et va voir la banque pour qu’elle lui achète moyennant une marge bénéficiaire alors cela n’est plus du domaine du halal, lire l’article suivant voila la réponse d’un savant sur la question

    Les banques islamiques

    Nombreux sont ceux qui ont entendu parler d’une « banque islamique », d’une banque qui respecterait les interdits d’Allah, plus précisément la pratique de l’usure… La vérité est toute autre, et ces gens utilisent l’ignorance des musulmans, la faiblesse de leur foi et leur amour des biens de ce monde pour les pousser à tomber dans le haram. Ces « banques islamiques » sont connues depuis longtemps dans les pays musulmans, et les savants de la sunna ont montré que leurs pratiques étaient basées sur riba (l’usure) et qu’il n’était par permis de faire appel à leurs services. Les fatawas sont très nombreuses, nous en citerons deux qui sont suffisantes pour toute personne recherchant sincèrement l’agrément d’Allah.

    Voilà ce que nous dit le grand savant, le faqih, Muhammad ibn Salih Al-‘Uthaymin :

    Question : Un homme veut acheter une ferme qui est à côté de chez lui, c’est pourquoi il est allé voir une banque et leur a demandé qu’ils l’achètent pour lui. Ils lui ont dit : nous allons envoyé avec toi un expert qui va l’estimer, puis nous te la vendrons, cela est-il permis ?

    Réponse : Cela est interdit, c’est-à-dire qu’une personne voit une marchandise puis qu’il aille voir un commerçant (ou une banque) et lui demande de l’acheter pour lui, le commerçant l’achète et lui revend à crédit (il paie tous les mois) plus cher que son prix initial. C’est de l’usure (riba), mais c’est une forme de riba dans laquelle il y a une tromperie envers Allah, et une ruse vis-à-vis des versets d’Allah. Ce commerçant n’a pas dit (clairement) : son prix actuel est de 100 000 (euros), reviens dans un an et donne-moi 120 000 (ce qui est clairement riba). Au contraire, il l’a acheté sans l’avoir voulu, ce commerçant ne voulait pas cette marchandise. Il ne l’a acheté que pour gagner sur cet acheteur et pas pour lui rendre service, seulement dans le but de gagner cette part d’intérêt qu’il lui prend. C’est riba (de l’usure), mais avec une tromperie et cela le rend encore plus détestable et ne fait qu’ajouter au péché. Cette forme de riba cachée est pire que le riba déclaré, car elle implique deux (autres) maux :

    1. Le méfait de riba en lui-même ;

    2. Et la tromperie, envers qui ? Envers Allah, le Seigneur de l’univers, qui sait ce que contiennent les cœurs, et le messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) a montré la vérité lorsqu’il dit : « Les actions ne valent que par leurs intentions, et chaque homme n’a de récompense que ce qu’il a voulu ». Si vraiment ce commerçant (la banque) te voulait du bien, il t’aurait dit : prends cet argent comme un prêt sans intérêts. Si cette marchandise appartient dès le départ à ce commerçant que sa valeur soit de 1000 (euros) et que toi tu lui achètes 1100 ou 1200, cela est permis. Mais sous la forme qui a été présentée dans la question, par Allah cela est haram et n’est pas permis ! Je vous pose une question : quelle ruse est plus proche du haram, celle-ci ou celle des juifs auxquels Allah a interdit de pêcher le samedi, puis Allah les a éprouvés en ne faisant venir le poisson que le samedi (et aucun autre jour de la semaine). Le temps leur a semblé long et il sont cherché une ruse : ils plaçaient les filets le vendredi, le poisson venait le samedi et se trouvait pris dans les filets, et dimanche ils venaient récupérer le poisson en disant : nous n’avons pas pêché samedi. Comment est-ce qu’Allah les a châtiés ? Il leur dit : « Soyez des singes abjects », et ils ont été transformés en singes, et le secours est auprès d’Allah.

    Deuxièmement : Allah leur a interdit les graisses (des bêtes), ils dirent : nous ne les mangeons pas, ils les ont fait fondre et transformés en graisse qu’ils ont vendu et dont ils ont mangé de l’usufruit (du profit). Le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) dit : « qu’Allah fasse périr les juifs, lorsque Allah leur a interdit la graisse de la bête morte, ils l’ont fait fondre puis ils l’ont vendu et ont mangé de son profit » (Al-Bukhari et Muslim). Si tu compares cette ruse des juifs avec celle citée dans la question, tu verras que cette dernière et plus proche du haram que la ruse des juifs. Mais le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit vrai lorsqu’il dit : « vous suivrez les traces de ceux qui sont venus avant vous » (Al-Bukhari et Muslim), cela ne veut pas dire nécessairement que nous renieront la foi comme ils l’ont renié, car en prenant une partie de leur comportement nous suivons une part de leur voie : comme la jalousie, le fait de cacher la vérité, car ils ont caché ce qu’Allah a révélé, en changeant le sens des mots en interprétant le Qur’an ou la sunna d’une manière qu’Allah et Son prophète n’ont pas voulue, cela fait partie du comportement des juifs. Et Sa parole : « vous suivrez les traces de ceux qui sont venus avant vous » ne signifie pas que nous renieront comme ils ont renié, mais seulement que nous prendrons une part de leur comportement. Ainsi on trouve dans cette communauté la jalousie, la ruse, la tricherie, le changement du sens des mots, le fait de cacher la vérité. C’est pourquoi mon frère, tu dois t’écarter du comportement des mécréants afin d’être sauvé et d’être véritablement soumis à Allah. En résumé, cette pratique est haram, pour celui qui donne et celui qui reçoit, car pour riba celui qui mange (la banque) et celui qui le nourrit (l’emprunteur) sont égaux, d’après la parole de jabir ibn ‘Abdillah qui dit : « Le messager d’Allah a maudit celui qui mange de riba, celui qui lui donne à manger, celui qui écrit (le contrat) et celui qui y assiste », il dit : « Ils sont égaux » (Rapporté par Muslim).

    Liqa’at al-bab al-maftuh (n°51, 1/375)

    Voilà ce que nous dit le grand savant, le muhaddith, Muhammad Nasir Din Al-Albani (Ecouter le shaikh) :

    Question : Un homme veut faire un prêt auprès d’une banque islamique pour construire (acheter) une maison. La banque l’achète pour lui à condition qu’il paie un peu plus cher, et il nomme cela « le gain » (ribh).

    Réponse : Cette pratique n’est pas propre aux banques dites islamiques, et même d’autres banques peuvent pratiquer cela, et cette pratique n’est rien d’autre qu’une pratique usuraire. Cela n’est pas permis, premièrement car il la nomme par un nom autre que le sien, ils appellent cela un prêt sans intérêts, mais ce n’est pas un prêt sans intérêts. Le prêt sans intérêts consisterait à ce qu’ils l’achètent 10 000 dinars et te prennent 10 000 dinars. Il y a une vérité islamique que je voudrais vous rappeler, c’est une réalité très importante et très belle, mais la plupart des gens ne savent pas. Celui qui prête vraiment sans intérêts 10 000 dinars au musulman et qui renonce à récupérer son bien à la fin de la période convenue, celui-là a en vérité renoncé à 10 000 auxquels s’ajoutent 5000. Et ces 5000 sont garantis auprès du Seigneur de l’univers, pas à la banque, car il est rapporté dans le hadith authentique que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « le prêt (sans intérêts) de 2 dirham est comme l’aumône d’un dirham ». Si tu prêtes à un musulman 200 dinars, c’est comme si tu avais donné en aumône de ta poche pour la Face d’Allah, 100 dinars. Donc celui qui te prête 10 000 dinars pour Allah et que tu lui rends, on lui écrit auprès d’Allah 5000, en récompense de ce prêt sans intérêts. Et de nos jours, les gens ne sont pas conscients de cela, et le vrai gain est celui-ci. Peut être connaissez-vous l’histoire de ce compagnon qui a offert un de ses champs et pour qui le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Il a gagné la vente, il a gagné la vente », pourquoi a-t-il dit cela ? Car il l’a donné pour Allah sans (attendre) d’argent, c’est cela le vrai profit. Il est vrai que de nos jours, le commerçant musulman gagne beaucoup d’argent, mais en premier lieu il perd en commettant des choses haram, et deuxièmement il perd la récompense qu’on lui aurait multipliée s’il avait fit un prêt sans intérêts aux musulmans. Si quelqu’un veut acheter une voiture et que son prix soit de 10 000 (euros) comptant et 10 500 (euros) à crédit (taqsit, c’est-à-dire le paiement échelonné). Si le vendeur vend (au même prix) en paiement échelonné, il aura gagné auprès d’Allah 5000… donc il n’est pas permis de traiter avec la banque islamique de cette façon ».

     
  38. ribh

    juillet 18, 2009 at 2:45

    @ timgratine :

    Wa alaykoum assalam,

    Tu as raison en ce qui concerne le hadith selon lequel un crédit n’est halal que si la somme remboursée est égale au montant emprunté.

    Cependant les banques qui proposent des solutions « islamiques » ne parlent pas de crédit immobilier mais de financement immobilier. La différence est énorme et n’est pas un simple jeu de mot. Les contrats de type mourabaha ou d’ijara utilisés pour financer l’acquisition d’un bien immobilier ont été validés par les principaux Conseils internationaux de oulémas (majaliss al fiqh).

    Quant à la question de savoir si c’est le client ou la banque qui trouve le bien à financer c’est une question accessoire à la condition toutefois que la banque devienne effectivement propriétaire du bien avant de le revendre au client.

    Et Dieu sait mieux.

     
  39. tigmratine

    juillet 18, 2009 at 1:37

    salamaylikoum
    je ne peut pas m’empêcher de rire devant un crédit soit disant halal ; l’envoyé d’Allah psl a dit : « à la fin des temps on verra les gens changer le nom des choses comme l’intérêt qui sera appelé commerce ».
    pour qu’un crédit soit halal il faut payer par exemple 10000 euro un crédit de 10000 euro et pas un euro de plus alors que là l’intérêt a été masqué par une soi disant marge bénéficiaire tout simplement.
    par contre si une banque achète des lots de maisons et les revends plus cher il n’y a aucun mal, il y a intérêt que si tu trouve toi même ton bien immobilier et si la banque l’achète a ta place pour en tirer profit.

     
  40. ali

    juillet 12, 2009 at 2:28

    salut! Mon crédit de consommation et de 200000 dhs dernièrement j’ai l’idée d’acheter une maison par crédit immobilier, mais ce crédit de consommation que j’ai pris ne m’encourage plus. est ce que wafa immobilier peut me résoudre ce problème ? c a d acheter mon crédit de consommation puis couvrir le montant destiné a la maison comme crédit immobilier.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s