RSS

La finance islamique dévoile ses charmes

10 Mar
qiib-atm200_282newPas d’exposition aux produits toxiques du type subprime, voilà ce qui a sauvé la finance islamique. Aucune chance en effet qu’elle succombe à la tentative de ces actifs : cette finance est régie par un ensemble de règles religieuses qui interdisent, entre autres, la spéculation et les taux d’intérêt.

Heureusement pour l’Occident : « La loi islamique ne requiert pas que le vendeur d’un produit soit musulman, ni que ses autres services soient islamiques. » En bref, la finance islamique est également ouverte aux non-musulmans. Nabeel Shoaib, directeur de HSBC Amanah, tord ainsi le cou aux idées reçues, dans le magazine The Banker.

La finance islamique existe pour toutes les activités bancaires, de la banque de détail à l’assurance, en passant par l’investissement.

La différence avec notre finance occidentale classique : son respect des règles de la charia. Comment ? Par une série d’obligations et de devoirs :

  • interdiction de percevoir des intérêts du simple fait de l’écoulement du temps ;
  • interdiction de financer ou d’investir dans des secteurs aux activités prohibées : armes, alcool, pornographie, porc ;
  • interdiction de prendre un risque élevé, soit en souscrivant à des contrats risqués, soit en se livrant à une activité de pari, donc de spéculation ;
  • obligation d’adosser toute activité à un actif réel ;
  • obligation de partager les pertes et les profits entre les parties impliquées.

« Contrairement à la finance classique, qui peut largement reposer sur des prêts monétaires, la finance islamique promeut le commerce d’actifs concrets et le partage des risques et des pertes, encourage l’entrepreneuriat, décourage les comportements spéculatifs et insiste sur l’inviolabilité des contrats », explique Usman Hayat dans le Financial Times. De plus, la finance islamique n’investit pas dans des entreprises dont l’endettement dépasse 33%, ce qui la préserve de certaines mauvaises surprises.

La bonne gouvernance, des bilans solides, un faible endettement – sans compter des conceptions éthiques –, voilà les critères de choix des banques islamiques quand elles sélectionnent des entreprises sur lesquelles miser. Certes, la chute du pétrole et la crise internationale du crédit pourraient causer quelques soucis de liquidités à ces établissements. D’une manière générale, leurs perspectives de croissance restent cependant exceptionnelles.

« Avec approximativement 1,5 milliard de musulmans dans le monde, il y a un énorme potentiel de croissance pour les produits financiers basés sur des critères religieux. L’investissement charia compatible est l’un des nouveaux domaines de la finance globale à la plus forte croissance », estime Imogen Dillon Hatcher, directrice du Groupe FTSE pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Il est possible de profiter du succès de la finance islamique, notamment grâce à l’un des cinq cents fonds islamiques existants. Ils ont une stricte manière de choisir les entreprises qui les composent. Les gérants sélectionnent celles dont les activités ne sont pas en contradiction avec la charia, puis ils éliminent celles qui sont trop endettées ou aux principes de gouvernance douteux. Si une entreprise s’écarte ensuite des principes religieux, une partie des dividendes est reversée à des oeuvres de charité.

Quant à ceux que seule la présence d’un établissement bancaire dans leur quartier rassure, sachez que les banques islamiques devraient arriver en France en 2009.

Par Ingrid Labuzan, MoneyWeek, 10 mars 2009

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to Ma.gnoliaAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 10, 2009 dans International

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s