RSS

La finance islamique fait école à Strasbourg

28 Fév

A l’Ecole de management de Strasbourg, un cycle ouvert en janvier 2009 enseigne la gestion d’actifs selon les préceptes de la charia. Un diplôme sésame pour des marchés très prisés.

«Vous ne léserez personne et vous ne serez point lésés.» Quand Mohamed Boudjellal cite le verset 279 de la deuxième sourate du Coran, c’est pour vanter les mérites de la finance islamique. Celle-ci «relève de l’investissement éthique, dans la mesure où elle respecte les préceptes de l’islam en matière de placement des fonds», explique-t-il à un auditoire attentif, avant de revenir au texte sacré : «Certes, ce Coran guide vers ce qu’il y a de plus droit» (sourate 17, verset 9). Le prêche d’un imam à la mosquée ? L’enseignement d’un théologien à l’école coranique ? Pas du tout. Professeur d’économie à l’université de Msila, en Algérie, Mohamed Boudjellal est invité par l’Ecole de management de Strasbourg, qui lançait, le 21 janvier 2009, son nouveau diplôme de finance. Une formation bac + 5 pas tout à fait comme les autres : il s’agit d’inculquer à trois douzaines de jeunes banquiers, avocats et fiscalistes, ce que prescrit la charia en matière de financement de projets ou de gestion d’actifs. Du jamais vu en France…

Pour Michel Kalika, son directeur, qui avoue n’entretenir aucune familiarité avec l’islam, sa motivation est business avant tout : «Former des professionnels qualifiés en fonction des nouveaux débouchés, c’est mon job.» L’école a réagi au quart de tour aux recommandations de la ministre Christine Lagarde, qui veut «adapter notre environnement juridique à la finance islamique». En pleine crise, impossible de dédaigner ces quelque 700 milliards de fonds halal investis à Dubai, Kuala Lumpur, Abou Dhabi et Londres. «J’ai créé ce cycle parce qu’il répond à une demande. Les praticiens de la finance ne veulent pas passer à côté d’un marché prometteur, celui des fonds d’investissement asiatiques ou des riches particuliers du Golfe», explique Michel Kalika.

«La France a besoin d’experts en finance islamique. Les perspectives de développement sont énormes», confirme Valéry Foussé. Très vieille France avec sa cravate rose et sa mèche aristocratique, cet associé chez KPMG expose devant un amphi studieux les spécificités fiscales des soukouk, ces émissions obligataires conformes aux préceptes du Coran, avant de passer aux subtilités du takaful, l’assurance islamique, le tout dans un environnement évidemment sharia compliant, c’est-à-dire adapté à la charia.

Réconcilier argent et morale

Surréaliste ? Non, à la pointe de la modernité. Parce qu’elle interdit théoriquement la spéculation (lire encadré), la finance islamique émerge comme un havre dans un monde en faillite. Un paradis sans titrisation. Preuve inespérée, après l’effondrement de Lehman et le scandale Madoff, que l’argent et la morale ne font pas forcément mauvais ménage. Oubliées, les polémiques sur le port du voile : nouvelle «filière de niche» en plein essor dans un secteur financier déboussolé, la charia apparaît désormais comme un plus sur un CV !

C’est l’avis de Philippe Muller, avocat de 25 ans, étudiant du cycle. Ce jeune homme blond aux yeux bleus, originaire de Moselle, va apprendre, en quatre cents heures de cours sur onze mois, les arcanes de la mourabaha et autres moussawama, bay mouajjal, salam, istina et ijara, ces montages spécifiques qui permettent d’éviter le ribâ, le prêt à intérêt proscrit par le Coran. Pourtant, Philippe ne s’est jamais passionné pour le monde arabo-musulman. L’islam, ce n’est pas son truc. Cette formation va simplement booster sa carrière. Son employeur, le cabinet luxembourgeois Wildgen, a payé 3 000 euros pour l’inscrire, «parce qu’on a des clients du Moyen-Orient qui souhaitent diversifier leurs investissements».

Mais, dans l’amphi, il est en minorité. Français, Belges, Suisses, Luxembourgeois, Tunisiens ou Marocains, ses 35 camarades de promo sont surtout issus de la communauté musulmane. Qu’ils affichent une barbe discrète ou un crâne rasé à la Zidane, qu’elles arborent un voile ou une crinière bouclée, ces jeunes executives nourrissent l’espoir de concilier, enfin, convictions et ambitions. «C’est un choix de carrière, explique Mounib Derbali, 28 ans, analyste d’un fonds d’investissement de BNP Paribas, au Luxembourg. Et puis, je suis de confession musulmane.» Jeune loup mais croyant. Comme Sonia Bellamine, élégante avocate en tailleur-pantalon, née d’une mère algérienne et d’un père tunisien : cette formation, «ça me parle», lâche-t-elle. «C’est l’occasion de véhiculer une autre image de l’islam, glisse fièrement sa collègue Farida Saada. La télé ne montre que des voyous ou des terroristes !»

Abdelrazzak Belabes, chercheur venu pour l’occasion de l’université de Djedda, en Arabie saoudite, fait un tabac en évoquant une «coexistence harmonieuse entre les valeurs de la religion et celles de l’entreprise». Et, quand ce frêle érudit à barbe rousse développe son «modèle principiel» fondé sur l’interdiction de l’intérêt (ribâ) et sur l’aumône obligatoire (zakat), le public adore : «Il donne du sens, c’est brillant !» s’enthousiasme Hamza Bouaziz, un économiste de 30 ans qui arbore un bouc branché de musulman cool. Mais la tension monte quand Laurent Weill, professeur de finance à Strasbourg, emprunte à l’orientaliste anglo-américain Bernard Lewis ses analyses (controversées) sur le «déclin de l’islam» : «Ces arguments sont très faibles, s’emporte Hamza. L’islam n’est pas en cause.» Un choc des civilisations, inhabituel en cours de finance.

Ce que le Coran proscrit, et ce qu’il autorise

Dieu a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt» Le verset 275 de la deuxième sourate du Coran pose le principe majeur de la finance islamique : la prohibition du prêt à intérêt (ribâ), celle de la spéculation (gharar) et du jeu (maysir). Quelles sont les alternatives ? La moudaraba, qui permet à un promoteur d’associer les apporteurs de fonds aux bénéfices… et aux pertes de son projet. Avec la mourabaha, un contrat très utilisé pour les financements immobiliers, une banque achète un bien qu’elle revend aussitôt à celui qui désire l’acquérir – il paiera en différé un prix plus élevé.

La mousharaka est une participation au capital : les partenaires apportent des fonds, mais seul l’un d’eux gère le projet. La banque (partenaire) peut ainsi apporter l’essentiel des fonds et prendre des bénéfices.

L’ijara, enfin, correspond au crédit-bail, et est compatible avec la charia.

Eve Charrin, Challenges 05/02/2009 – Syndication : RIBH

Lire aussi : Formation continue en Finance Islamique : bilan positif pour le DU de l’EM Strasbourg

agenda-finance-islamique

 
27 Commentaires

Publié par le février 28, 2009 dans Formation, Formations, France

 

Étiquettes : , ,

27 réponses à “La finance islamique fait école à Strasbourg

  1. TOURE Cheick Ismael

    décembre 4, 2013 at 4:28

    Je suis un jeune cadre financier au Burkina et je recherche depuis plusieurs mois une formation à distance en master option Finance Islamique avec la possibilité de Bourses à taux plein ou partiel.
    Ce serait vraiment une bonne opportunité pour nous. Car je reste convaincu que c’est cette finance qui fera la différence dans le système financier mondial dans un court terme.

     
  2. ribh

    septembre 5, 2012 at 11:14

    @ Ryma :

    Salam,

    Pour l’instant l’EMS ne propose pas de formation à distance pour le master en finance islamique.

    Voir l’article :

    https://ribh.wordpress.com/2012/04/09/formation-continue-en-finance-islamique-bilan-positif-pour-le-du-de-lem-strasbourg/

     
  3. ryma

    septembre 5, 2012 at 9:01

    bonsoir je voudrais savoir s’il était possible de préparer un master en finance islamique à distance. merci de me renseigner s’il vous plait c’est urgent

     
  4. ben maaoui

    novembre 17, 2011 at 8:31

    je suis titulaire d un diplôme bac+2 en marketing a la fseg depuis 1985 une grande expérience durant 26ans dans les domaines transport international – commerce international – secteur de la pièces détachées autos. je cherche une formation a distance pour un master en finance islamique

     
  5. faten

    juin 11, 2011 at 11:30

    salam
    Je suis titulaire d’une maîtrise en Finance et d’un Master en Dynamique Economique et Financière à la FSEG Sfax (Tunisie). Actuellement je suis entrain de mener un sujet sur la Finance Islamique dans le cadre d’un mastère recherche, alors que faire pour bénéficier de cette formation en finance islamique? Y a-t-il possibilité d’une formation à distance ?

     
  6. rahma

    mars 15, 2011 at 1:09

    Bonjour
    J’ai une licence en finance et je suis résidente en Tunisie. Je souhaite savoir si vous avez une formation à distance pour la finance islamique.
    Merci.

     
  7. ribh

    décembre 16, 2010 at 12:43

    Finance islamique : une nouvelle discipline à l’université

    Encore méconnue du grand public, la finance islamique a trouvé un écho en France auprès de quelques universitaires, notamment à Strasbourg, où le DU de finance islamique vient d’y fêter son 2e anniversaire. Explications d’Ibrahim Cekici, responsable du cursus.

    500 milliards, voire 700 milliards de dollars. Tel serait le volume d’échanges effectué selon les lois de la finance islamique dans le monde. L’industrie bancaire et financière islamique est donc en plein essor, et « affiche un taux de croissance annuel de 15 à 25 % », souligne Ibrahim Cekici, à l’origine de la création du DU (diplôme d’université) proposé par l’université de Strasbourg depuis 2 ans. « Le droit a du retard par rapport à la pratique », ajoute-t-il.

    Avec quel succès auprès des étudiants ? De formation initiale au départ, le DU de Strasbourg mute en formation continue, signe peut-être que la greffe a un peu de mal à prendre. L’insertion professionnelle n’y est sans doute pas étrangère. « Il n’y a pas de banque islamique en France, regrette Ibrahim Cekici, mais la place financière de Paris compte des cabinets d’avocats et des régulateurs, comme l’AMF (Autorité des marchés financiers), qui traitent de cela. Les grandes banques comme la BNP, la Société Générale, le Crédit Agricole ou encore la Banque Populaire ont développé des filiales à l’étranger ou signé des partenariats, au Qatar par exemple, mais elles ne veulent pas en parler par peur du rejet. »

    En 2009, l’université Paris 9-Dauphine a emboîté le pas de celle de Strasbourg en créant, elle aussi en formation continue, un DU principes et pratique de la finance islamique. Un développement à pas comptés donc.

    Un développement mesuré. La raison ? Pour Ibrahim Cekici, « on le doit à un obstacle psychologique, à une vision différente du vivre ensemble ». D’autres, juridiques, de compatibilité, sont en passe d’être levés par le ministère de l’Economie, avec la publication d’instructions particulières pour le développement des produits bancaires islamiques. Pour preuve de l’intérêt porté par Bercy à ce sujet, le 4e Forum français de la finance islamique s’est tenu à Bercy le 28 octobre 2010. Un sujet dont on reparlera.

    Source : ONISEP 13 décembre 2010

     
  8. chaib

    novembre 14, 2010 at 7:35

    bonjour,
    je souhaite poursuivre des études en finance islamique. titulaire d’un d.e.s algérien en finance et comptabilité, avec 30 ans d’expérience ayant occupé le poste de chef département comptabilité et finance, actuellement en retraite à 50 ans mais travaillant dans un cabinet de commissariat aux comptes en qualité de manager assistant… puis je poursuivre des études à distance ? veuillez m’orienter afin de continuer mes études. merci

     
  9. Riad

    novembre 6, 2010 at 6:57

    Bonjour,

    Je travaille, au Maroc, au sein d’une banque classique depuis 7 ans. J’ai une formation Bac+4 en Marketing et un Master en Audit et Contrôle de Gestion de l’ESG Paris. J’ai fait beaucoup de recherches sur la finance islamique, et je souhaite m’inscrire pour la préparation d’un Doctorat en cette filière. Mes questions sont :
    – Y ‘a t-il des bourses d’études pour cette filière ?
    – A qui s’adresser pour plus d’informations sur ce sujet ?

    Merci

     
  10. Coura BASSE

    septembre 2, 2010 at 11:04

    Diao Seydou
    Bakayoko Ladji
    Ndèye Adama Coly

    Le Groupe Sup de Co Dakar, à travers son département Executive Center, lance un nouveau Master en Finance Islamique (FI) pour l’année 2010-2011, pour ceux qui sont intéressés se rapprocher de la direction.

    Pour plus d’informations :

    Executive Center

    6 rue Joris X Faidherbe – Dakar
    Tel : 33 889 54 54
    Email : supdeco@supdeco.sn
    http://www.supdeco.sn

     
  11. ribh

    février 19, 2010 at 11:15

    @ Ndèye Adama Coly :

    Wa alaykoum assalam wa rahmatou Allah wa barakatouh,

    En ce qui concerne RIBH vous avez accès à la section « Documents » ci-dessus.

     
  12. Ndèye Adama Coly

    février 19, 2010 at 2:30

    Assalamou aleykoum warahmatouLLAH
    Je suis étudiante 3ème année de licence en gestion des entreprises à l’université de Ziguinchor/Sénégal. pour terminer mon cycle de licence, je dois écrire un mémoire et je veux le faire sur la finance islamique. et j’aimerais bien que vous m’aidiez si je peux avoir des documents auprès de vous.

     
  13. tchikou

    février 13, 2010 at 7:03

    C’est une joie de lire ces propos mais ce que je n’arrive pas à comprendre c’est pourquoi des pays musulmans n’optent pas pour ce genre de financement.
    (votre frère est un ex banquier qui a démissionné a cause de la pratique de l’usure).

     
  14. ribh

    janvier 27, 2010 at 6:27

    @ Tbini :

    Pour plus de renseignements :

    http://www.em-strasbourg.eu/docs/plaquettes/du_fi.pdf

     
  15. tbini

    janvier 27, 2010 at 2:15

    je réside en Tunisie je vais obtenir un diplôme de licence en finance cette année. que dois-je faire pour m’inscrire en mastere de recherche finance islamique a l’école de management de Strasbourg ?
    quelles sont les conditions nécessaires pour m’accepter??? Et surtout les frais d ‘inscription ???
    Merci

     
  16. ribh

    décembre 30, 2009 at 6:31

     
  17. chabane

    décembre 29, 2009 at 10:24

    bonjour, j’ai une maitrise en banque et finances. Assistant Comptable à l’Université des Comores. je souhaiterais avoir des information trés précises sur l’Université de Strasbourg particulièrement sur le domaine de la finance islamique pour que je puisse m’inscrire en master 2 sur ce domaine
    merci

     
  18. ribh

    septembre 9, 2009 at 12:34

    @ Mouhamadou:

    Salam,

    Il vaut mieux contacter directement l’EMS pour vous renseigner.

     
  19. Mouhamadou

    septembre 8, 2009 at 11:34

    Je suis sénégalais travaillant dans une une banque de la place.

    je souhaiterais suivre une formation à distance en finance Islamique. Merci de me renseigner.

     
  20. Ouertani

    septembre 5, 2009 at 9:07

    Bonjour,
    Je suis titulaire d’une maîtrise en Finance et d’un Master en Dynamique Economique et Financière à la FSEG Sfax (Tunisie). Actuellement je suis entrain de mener un sujet sur la Finance Islamique dans le cadre d’un Doctorat recherche, alors que faire pour bénéficier d’une bourse d’étude. Est-il possible de faire cette formation à distance?

     
  21. OUERTANI

    septembre 5, 2009 at 9:05

    Bonjour,
    Je suis titulaire d’une maîtrise en Finance et d’un Master en Dynamique Economique et Financière à la FSEG Sfax (Tunisie). Actuellement je suis entrain de mener un sujet sur la Finance Islamique dans le cadre d’un Doctorat recherche, alors que faire pour bénéficier de cette formation en finance islamique? Y a-t-il possibilité d’une formation à distance ? Enfin, j’aimerais bien savoir s’il y a des bourses d’étude pour cette formation, si oui, où je pourrais l’avoir ?

     
  22. Bakayoko Ladji

    août 27, 2009 at 1:53

    Bonjour,

    Je suis titulaire d’un Master en Banque et Finance, option marchés financiers et finance d’entreprise, au CESAG de Dakar, un projet de la Banque de France, de la BCEAO et de la BEAC. Le programme est bilingue.

    Je suis actuellement en Côte d’Ivoire ;alors que faire pour bénéficier de cette formation en finance islamique?

     
  23. chaib

    juillet 12, 2009 at 9:28

    bonjour

    titulaire d un d.e.s en comptabilité et préparant un d.e.s en management avec 28 ans d expérience en gestion, comptabilité et finance management. j’ai occuppé des postes de responsabilité ex. chef département finance et comptabilité entreprise nationale. participé à des travaux en cabinets.

    actuellement en retraite a 50 ans je souhaite poursuivre des études en finance islamique. je trouve que c’est intéressant ces études mon projet est de devenir enseignant en cette matière. merci d’y avoir pensé : alors que faire pour ces études à distance ?

    merci

     
  24. ribh

    avril 21, 2009 at 2:32

    L’EMS prévoit de proposer ce diplôme en formation à distance dès la rentrée prochaine. Voir l’article ci-dessous :

    https://ribh.wordpress.com/2009/04/21/reims-management-school-lance-un-cours-en-finance-islamique/

     
  25. Malika Touré

    mars 22, 2009 at 9:04

    As salamou aleykoum
    je suis étudiante en licence (finance) et je finis cette année incha Allah. les études en finance islamique m’intéressent énormément et j’aimerais savoir comme ceux qui m’ont précédé, si il y a des possibilités de bourses et si on peut suivre la formation à distance.
    salamou aleykoum

     
  26. Leila

    mars 20, 2009 at 8:52

    assalamo3alikom , ça m´intéresse bcp merci pour les informations.
    je me demande s´il y a une possibilité d’étudier à distance via internet, et j´ai la même question précédente sur la bourse.

     
  27. Diao Seydou

    mars 16, 2009 at 4:06

    salamou alekoum
    je suis en licence de finance au centre supérieur africain de gestion (cesag) à Dakar et inchallah je veux me spécialiser en Finance islamique. j’ai même déjà pris contact avec l’université de Strasbourg. j’aimerais savoir où je pourrais avoir des bourses d’étude pour cette formation.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s