RSS

Finance islamique à la française : entre laïcité et licité

02 Jan
Banque de France

Banque de France

Finance islamique à la française entre confusions et illusions
Extrait d’un article de M. Zerouali Mostefa publié sur Islam Pluriel

Les déclarations de la ministre française des finances, Madame Christine Lagarde au sujet des pratiques financières adossées à l’éthique islamique auront certainement marqué les esprits de beaucoup d’observateurs à travers le monde et de toute la communauté musulmane de France pour longtemps.

Elle reconnaît à cette finance particulière une justesse théorique démontrée, une utilité sociale incontestable, une dimension et des perspectives internationales certaines et enfin une opportunité de rentabilité évidente. Elle a longuement loué les initiatives des personnalités et des entités ayant œuvrées pour l’introduction de cette finance en France qui constitue le pays européen le plus peuplé en communauté musulmane. Avant de démontrer que son avenir sera radieux et prospère en France, elle a annoncé les chiffres astronomiques que cette finance brase annuellement en toute quiétude et sans que la crise actuelle n’entame sa réputation de finance solide. Pour conclure enfin que celle-ci sera l’un des axes du développement de la place financière parisienne dans un avenir proche.

Les musulmans de France sont emportés par l’enthousiasme et le bonheur d’entendre pour une fois un haut responsable français évoquer positivement un de leurs nombreux aspects confessionnels. Ils se lancent dans une course infernale pour gagner le scoop, d’abord, de convaincre les riches banques islamiques de s’y installer, ensuite d’avoir le mérite de lancer les premiers produits frappés du label islamique et enfin, d’avoir le privilège et la légitimité de se poser en intermédiaire entre musulmans et autorités françaises.

Mais qu’attendent vraiment les musulmans et en particulier ceux de France de cette finance qui tarde à venir? Qu’attendent les autorités françaises de cette action fortement symbolique pour les musulmans? Quels sont les points de convergence et les points de divergence entre les aspirations des deux parties?

Les musulmans de France espèrent, en effet, pouvoir bénéficier en premier lieu des crédits immobiliers pour accéder à la propriété afin d’assurer une stabilité sociale et familiale aux leurs. Malgré les fatwas de licité des prêts immobiliers à taux d’intérêt variables dans un environnement extra islamique, les musulmans, dans leur majorité, sont restés réticents et ont refusé toute démarche visant à leur accorder des crédits à taux d’intérêt. Ceci n’a pas permis une stabilité sociale de leur famille et a imposé une des déplacements et une dépendance permanente à l’égard des propriétaires. L’introduction de la finance islamique est sensée leur procurer cet avantage qu’ils ne pouvaient avoir auparavant. Ils attendent donc de cette finance la mise en place de produits totalement halal qui leur permettraient une accession à la propriété de leur logement tout en les libérant de la merci des institutions financières classiques qui pratiquent le crédit usuraire.

Ensuite, ils souhaitent voir leurs projets économiques accompagnés par des financements licites et moins prohibitifs en terme de coûts et de conditions d’éligibilité. En voyant le nombre de commerces et d’entreprises versés dans les activités hallal en France, il devient évident que des banques les accompagnent tout au long de leur vie économique. Elles seront appelées, d’abord, à faciliter la création d’entreprises dont les activités sont conformes aux principes de la Charia, accompagner ensuite leur développement et leur croissance et enfin subvenir à leurs besoins d’exploitation et d’investissement. Ceci desserrera l’étau qui est imposé à ces activités et aux porteurs de projets désirant se conformer aux principes éthiques de l’Islam.

Les autorités françaises, quant à elles et légitimement, veulent faire de leur place financière une place de dimension mondiale, surtout après le crash et la ruine, probablement irréversible, de l’économie américaine. Les experts internationaux s’accordent également à dire qu’à l’avenir, la locomotive de la croissance de l’économie mondiale ne sera plus assurée par les USA, mais plutôt par l’Europe, en premier lieu, la Chinela France feront tout pour les attirer. en second et enfin, par les autres pays émergents notamment l’Inde et le Brésil. Connaissant la valeur des actifs et des fonds que les pays musulmans ont longtemps fournis à l’économie américaine, nous pouvons affirmer sans risque de se tromper que les européens et en particulier

Les finances françaises, en difficultés actuellement, ont besoin de relancer la demande en général, et la demande sur l’immobilier en particulier pour assurer une relance globale. Or les études menées actuellement et les statistiques disponibles démontrent que la communauté musulmane – estimée officiellement à plus de six millions de personnes et réellement beaucoup plus importante – est le pan de la société française qui n’a pas encore accéder à la propriété de son logement. Donc, un encouragement de cette catégorie, représentant tout de même plus de 10% de la population hexagonale, à accéder à l’immobilier permettra certainement de donner un coup de pousse considérable à toute l’économie.

Lire l’article intégral sur Islam Pluriel

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 2, 2009 dans France

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s