RSS

La Place parisienne veut séduire la finance islamique

17 Nov

europlace146olivier_pastre120elyes-jouini120
Olivier Pastré & Elyès Jouini

Les dix propositions du rapport remis à Paris Europlace, adoptables au prix de quelques aménagements législatifs, auraient un coût budgétaire réduit

Faire mieux connaître les avantages de la Place de Paris aux acteurs de la finance islamique. C’est l’objectif principal du rapport Jouini-Pastré remis dans le cadre de Paris Europlace; les dix propositions avancées seraient susceptibles de drainer à terme vers la place parisienne un montant d’environ 100 milliards d’euros, soit 20 % des capitaux gérés sur ce segment de marché très dynamique.

Participant au renforcement de la compétitivité de la place, ces réformes nécessiteraient «un aménagement modeste» du cadre juridique actuel. La plupart auront un coût budgétaire nul ou très faible (quelques centaines de milliers d’euros) ; c’est le cas de l’effort de communication jugé prioritaire en direction des pays où la finance islamique se développe le plus rapidement, qui profitera aux établissements français présents dans les pays du Golfe «dont l’image souffre d’une ouverture jugée insuffisante de la France à la finance islamique». C’est pourquoi le rapport préconise l’agrément d’une banque islamique qui cofinancerait des projets dans l’immobilier, les infrastructures publiques ou le private equity, «plusieurs dossiers étant en cours d’examen par la Banque de France».

L’établissement d’un centre de recherche islamique contribuerait à l’harmonisation des produits et pratiques conformes à la loi coranique. La création par Nyse Euronext d’un indice boursier islamique et d’un compartiment dédié aux sukuks (obligations islamiques adossées à des actifs) serait accompagnée d’une adaptation de la réglementation de la fiducie et de la fiscalité de ces titres (déductibilité de la rémunération versée et absence de retenue à la source). Avec la mise en place d’un régime de «marchand de biens bis», la neutralité fiscale devrait être accordée en matière de publicité foncière et de droits d’enregistrement «pour des opérations d’achat/revente d’actifs mobiliers ou immobiliers sans intention spéculative» ; dans le même ordre d’idées les conditions de refinancement du crédit-bail mériteraient d’être assouplies.

La structuration de l’offre en produits d’assurance islamique (takaful) sur le segment vie et le développement de la collecte de l’épargne des musulmans en France qui coûterait quelques millions d’euros constituent les dernières propositions de ce rapport qui sera remis avant la fin de ce mois au Haut Comité de place.

Source : AGEFI, par Yves-Marc Le Réour

Paris veut drainer 100 milliards d’euros de fonds islamiques

Le développement de la finance islamique pourrait permettre à la place de Paris de «collecter 100 milliards d’euros», selon les professeurs Elyès Jouini (Paris-Dauphine) et Olivier Pastré (Paris VIII). Les deux économistes, mandatés par Paris Europlace, vont présenter au gouvernement une dizaine de propositions sur le sujet. En juillet, la ministre de l’Economie Christine Lagarde avait promis une «adaptation de l’environnement juridique» du système financier français afin de le rendre «charia-compatible».

Source : Challenges.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 17, 2008 dans France

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s