RSS

Questions à Mme. Imane Karich, belgo-marocaine spécialiste de la finance islamique

02 Avr

livre_finances_islam_imane_karich195.jpg

Mme. Imane Karich est une spécialiste de la finance islamique établie en Belgique et auteur de deux ouvrages sur le sujet. Le premier livre, intitulé « Le Système Financier Islamique, de la Religion à la Banque », est un livre académique qui cible plutôt un public d’universitaires. Son deuxième livre, paru en 2004 aux éditions Le Savoir, sous le titre « Finances et islam » s’adresse à un public plus large et essaie de répondre à des questions clefs qui reviennent souvent : comment acheter une maison ? Est-ce qu’une assurance est halal ou pas ? Peut-on investir tout en restant conforme aux principes islamiques ? ; etc. Professionnelle de la finance, Imane Karich s’est notamment activée dans le Cercle des Etudes et Recherches en Economie Islamique – C.E.R.E.I. (Belgique) en qualité de secrétaire général.

RIBH, l’Observatoire de la finance halal reprend ci-dessous le texte d’un entretien avec Mme. Imane Karich réalisé  par Saphirnews.

Saphirnews : A quoi correspondent les différents instruments de la banque islamique ? (mourabaha, moucharaka, salam, moudaraba, ijara)

Imane Karich : La Mousharaka et la Moudharaba sont les deux produits de base de la finance islamique car basés sur le principe de partage des pertes et profits. Ce sont des contrats de participation qui mettent en relation deux parties.

Dans la moudharaba, l’une des parties apporte les fonds (Rab al Mal) et l’autre partie apporte son savoir (entrepreneur). Le profit du contrat n’est pas déterminé et dépend de l’activité du projet. Seule la quote part, c’est-à-dire la manière dont ce profit sera divisée entre les parties, doit etre prédéfinie dans le contrat.

Dans la mousharaka, les deux parties s’associent en apportant chacune tant les fonds que leur expertise. Le profit éventuel est partagé selon leur apport financier.

La Murabaha est une forme particulière de contrat de vente d’un bien réel (tout bien sauf l’argent qui n’a pas de valeur réelle). Le vendeur octroie une facilité de paiement à l’acheteur. Cette facilité doit être définie dans le contrat, et l’acheteur connaît le prix d’achat du bien et négocie avec le vendeur la marge bénéficiaire.

Le contrat de ijara est un contrat de location. Aujourd’hui, il est associé à un contrat de vente qui vient s’ajouter en fin du contrat de location. Ceci est alors équivalent au contrat de leasing contemporain.

Lire l’interview intégrale sur Saphirnews

 
1 commentaire

Publié par le avril 2, 2008 dans Belgique

 

Une réponse à “Questions à Mme. Imane Karich, belgo-marocaine spécialiste de la finance islamique

  1. Taboudreght

    janvier 22, 2010 at 9:23

    Je m’intéresse de très près à la finance islamique.
    Je ne comprend pas comment distingue t-on les intérêts des frais qui représentent la rémunération des banques.
    Dans la syndication de crédit, quel mécanisme permet à l’agent de payer les intérêts des banques participantes aux pool bancaire?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s