RSS

Londres renforce son soutien à la finance charia-compatible

07 Mar

london55.jpggordon_brown55.jpg

L’Angleterre, principale destination des pétrodollars du Golfe, renforce sa législation en faveur de la création de produits et de services compatibles avec la charia.

Soucieux de renforcer ce marché en plein essor, le premier ministre, Gordon Brown, doit prochainement annoncer un projet de loi sur la finance islamique. Issue d’une consultation, close le 21 février 2008, entre le ministère des finances, les parlementaires et les professionnels, cette législation doit permettre le lancement d’obligations d’Etat certifiées « islamiques » ou sukuk. Si cette initiative voit le jour, le Royaume-Uni deviendrait le premier pays du G7, le club des nations les plus industrialisées, à émettre une sukuk destinée en priorité aux investisseurs moyen-orientaux et aux musulmans britanniques. En 2004, le land allemand de Saxe-Anhalt avait fait oeuvre de pionnier à l’échelon régional en émettant 100 millions d’euros d’obligations compatibles avec la charia.

Lors de son dernier budget, en mars 2007, M. Brown, alors chancelier de l’Echiquier, avait annoncé une stratégie de développement de la finance islamique pour attirer les actifs gérés conformément au Coran, une manne croissant à un rythme de quelque 15 % l’an.

Depuis 2006, tous les obstacles à cette envolée ont été progressivement levés : élargissement des exemptions fiscales dont bénéficient les sociétés émettant des bons du Trésor aux obligations islamiques, suppression du double droit de timbre frappant jusque-là les prêts hypothécaires islamiques, lancement d’un deuxième marché de négoce des obligations sukuk, création de départements spécialisés au sein de la Financial Services Authority, l’autorité de tutelle des marchés, et encouragement à la Islamic Bank of Britain, première banque de détail britannique islamique agrée en 2004.

« En tant que tel, le marché domestique, constitué de 1,6 million de Britanniques musulmans, est trop petit pour concurrencer Dubaï ou Bahrein. La force de Londres, c’est la City », souligne un professionnel londonien, acteur de la finance islamique. La première place financière au monde dispose d’un réseau de distribution planétaire via les banques d’investissement, en particulier islamiques, comme Arcapita et l’European Islamic Bank.

Malgré la pénurie dans le monde en indispensables « certificateurs » – ils s’assurent de la compatibilité des produits financiers avec la charia – face au développement exponentiel du secteur, Londres peut compter sur la présence de plusieurs bureaux de consultants charia ainsi que sur l’université d’Oxford. S’ajoutent les avantages de la langue, l’anglais, et des fuseaux horaires favorables situés entre New York et l’Asie.

Outre l’infrastructure financière nécessaire à la réalisation de ces transactions complexes, le savoir-faire dans la création de produits financiers exotiques et sophistiqués et dans la gestion de patrimoine (notamment les trusts familiaux), la City profite de la réglementation libérale et souple de la Banque d’Angleterre pour utiliser à bon escient les pétrodollars. L’interprétation de la doctrine islamique devrait y être moins conservatrice que celle qui prévaut dans le Golfe ou au Pakistan.

Marc Roche, Le Monde 07/03/08

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 7, 2008 dans International, UK

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s