RSS

L’offre de produits bancaires islamiques s’accélère au Maghreb

20 Fév

maghreb150.png

L’offre de produits bancaires islamiques autorisés au Maroc depuis octobre 2007 n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière – dans l’attente de mesures fiscales d’accompagnement jugées indispensables pour améliorer la compétitivité des produits dits alternatifs à l’égard des produits bancaires conventionnels. Mais d’ores et déjà les opérateurs bancaires islamiques expriment leur intérêt pour le marché marocain. Ainsi Qatar International Islamic Bank (QIIB), opérateur de finance islamique, a récemment annoncé son intention de créer une « banque islamique » au Maroc. Cette déclaration fait suite à celle de Noor Islamic Bank, une filiale financière de Dubaï Investment Group (DIG) qui se fixe comme objectif de devenir l’une des premières banques islamiques dans le monde. En nommant en janvier dernier un CEO pour l’Afrique du Nord, Noor Islamic Bank a exposé sa stratégie de développement international par l’acquisition de banques à l’étranger notamment en Afrique du Nord avec le Maroc et l’Algérie en tête de ses objectifs.

En Algérie, la Banque El Baraka présente depuis plusieurs années poursuit une politique de développement tous azimuts. La Banque El Baraka a ainsi lancé récemment le crédit immobilier au profit des particuliers et annoncé son intention de créer une société de leasing. Destiné aux ménages, ce crédit immobilier couvre cinq segments qui sont l’acquisition du logement neuf et d’occasion, la construction, les travaux d’extension et les différents aménagements. Après Al Baraka Bank, la banque Al Salam des Emirats arabes unis (EAU) sera le deuxième établissement financier islamique à s’installer en Algérie après que les autorités monétaires algériennes aient donné un agrément à cette banque en 2006. Autre institution bancaire, l’Algeria Gulf Bank vient d’annoncer la commercialisation de crédits à la consommation conformes à la Charia. Enfin, Kuwait Finance House (KFH) et la Banque Nationale du Koweit (NBK) viennent d’annoncer presque simultanément leur intention de s’implanter en Algérie.

Au-delà de l’amélioration de la bancarisation respective des pays concernés, cette mutation du paysage bancaire maghrébin, bastion de la banque occidentale en terre d’Islam, s’explique aussi par l’attrait réel des produits islamiques et de l’importance des populations intéressées par ces produits.

Selon Les Afriques – le Journal de la finance africaine, « les banques d’investissement conformes à la Charia tâtent le terrain Maghrébin depuis l’après 11 septembre 2001 à la recherche de niches à rendement élevés. » C’est ainsi que Gulf Finance House, l’un des plus importants fonds d’investissement Bahreini et de la région du Golfe selon les préceptes de l’Islam, a signé en juilllet 2006 un mémorandum d’entente de 2 milliards de dollars avec le gouvernement marocain pour des projets touristiques et immobiliers portant notamment sur la réalisation de la Cité Equestre de Marrakech et du Complexe touristique et hôtelier Casa Malabata Resort. « Gulf Finance House (GFH) a annoncé ce 18 février 2008 avoir conclu un accord de principe avec le gouvernement algérien en vue de l’édification d’une zone de développement économique à Alger. Cet investissement de l’ordre de 3 milliards de $ sera la première pièce du plan directeur de la nouvelle ville de Bouinan. Le projet de GFH couvrira une superficie d’au moins 2,8 kilomètres carrés. »

Le groupe saoudien Dallah Al Baraka est également présent au Maroc depuis de nombreuses années à travers des prises de participation dans des établissements existants et des investissements directs dans le Tourisme.

« Les actifs financiers conformes à la Charia approchent la barre symbolique des 500 milliards de dollars et croissent à un rythme annuel supérieur à 10%. Pour sa part, la Banque Islamique de Développement (la BID) évalue la part des produits alternatifs dans le système bancaire des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) à 17% des actifs totaux. Au nombre de 100 actuellement, le marché des fonds d’investissement islamiques, connaît également une forte progression, avec un total des actifs excédant les 5 milliards dollars.

Diaspora musulmane en Europe oblige, le segment des particuliers est au cœur de la bataille

L’innovation est venue là aussi de Londres, en août 2004, avec une première licence accordée à l’Islamic Bank of Britain (IBB) pour favoriser l’intégration financière d’une population musulmane (plus de 2 millions) à 70% favorables aux produits islamiques. En France, Société Générale a lancé les premiers fonds alternatifs compatibles avec la Charia permettant une vente à découvert sans enfreindre la loi islamique. HSBC qui propose quant à elle et depuis 2003 des produits immobiliers et des comptes courants, lancera bientôt des produits alternatifs dans les fonds de pension et l’assurance » ajoute le journal les Afriques.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 20, 2008 dans Algérie, Maroc, Tunisie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s