Quel est le point de vue de l’Islam sur les investissements en bourse ?

Salam, Je souhaite avoir de la documentation sur les investissements en bourse et ce qui est autorisé par l’Islam (à titre d’exemple est ce que les warrants sont licites). Baraka Allaho fikoum. Khaled

3 commentaires

  1. Wa âalaykoum essalam,
    La plupart des professions sont concernées par le problème du financement avec intérêts (riba) : qu’il s’agisse d’un agent immobilier, d’un concessionnaire auto ou d’un magasin d’électroménager, malheureusement la plupart des ventes se font à crédit et ces établissements sont contraints de traiter avec des banques usuraires, pas seulement en Europe mais encore dans la plupart des pays musulmans. L’Islam rejette toute action qui comporte un élément illicite et toutes ces opérations de vente sont donc haram. La solution viendra de la renaissance des valeurs éthiques de l’Islam et de la généralisation des banques islamiques.

  2. Salem Aleikoum,
    Etre agent immobilier en France est-il compatible avec l’Islam? Certes l’agent n’est pas rétribué sur des intérêts mais il dirige et aide ses clients a remplir des formulaires destinés aux banquiers. C’est sur ce point précis que j’aimerais être guidée car l’agent n’a pas la possibilité de rediriger ses clients vers un organisme ne pratiquant pas l’usure.

  3. La finance islamique rejette toute transaction à caractère spéculatif ou qui présente un degré élevé d’incertitude. Cheikh Salah Kamel président du groupe saoudien Dallah Al Baraka – qui possède notamment la chaîne satellitaire islamique « Iqraa » – qui préside la Chambre Islamique de Commerce et d’Industrie, et qui est l’un des pionniers de la finance islamique moderne est extrêmement critique à l’égard des opérations de bourses à caractère spéculatif. Selon lui, acquérir des actions en bourse dans le but de se constituer un patrimoine qui génère un revenu ou à une plus grande échelle pour participer au contrôle d’une société industrielle ou commerciale est un acte tout à fait appréciable au regard de l’Islam. Par contre spéculer en bourse est une activité illicite dans la mesure où cette pratique comporte une forte incertitude et qu’elle détourne les capitaux d’activité à réelle valeur ajoutée. Le fait de dire d’un spéculateur qu’il « joue en bourse » en dit long sur la nature de cette pratique. Pour qu’une transaction soit halal, le prix d’achat, la quantité, la nature, la possibilité ou non de prendre possession de la chose acquise etc. doivent être clairement connus. L’incertitude ne peut jamais être totalement éliminée, mais elle ne doit pas être un élément constitutif de la transaction elle-même. Pour donner un exemple simple on peut prendre le cas d’une récolte agricole : le Prophète que la paix soit sur lui a déconseillé d’acheter une récolte avant que les fruits n’ait pratiquement atteint leur taille finale. Il est vrai que même si les fruits sont mûrs la récolte peut encore être détruite par un orage, c’est la part d’incertitude qui ne peut être éliminée…Par contre acheter la récolte de l’année prochaine n’est pas permis en Islam. Pour savoir si une opération boursière est licite, il faut donc s’interroger premièrement sur sa finalité et deuxièmement apprécier si le risque en constitue un élément fondamental.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s