RSS

Finance islamique : des certificateurs indispensables

18 Déc

lemondefr_pet.gif

Point de finance islamique sans eux. Ils sont issus des universités, et considérés comme les meilleurs connaisseurs de la religion coranique et de ses applications. Chaque banque islamique a créé en son sein un « Sharia Supervisory Board », un comité composé de ces « sages », parfois trois, parfois plus, pour prendre conseil auprès d’eux.

Ces experts certifient que les actions et le fonctionnement de la banque islamique sont conformes à la charia. Ils interviennent aussi sur la conception de produits financiers, ou lors de contrats. Pour qu’une banque puisse vendre un produit financier estampillé « finance islamique », elle doit d’abord en faire certifier la légalité coranique.

Sheikh Nizam Yaqoobi est l’une de ces sommités. Membre du conseil des indices Dow Jones islamiques, de l’organisme d’audit et de conseil pour les institutions financières islamiques (Aaoifi) et du conseil de l’International Islamic Financial Market (IIFM), il est directeur de thèse à l’université du Pays de Galles et diplômé d’une maîtrise en économie et religions de l’université McGill de Montréal (Canada). « La direction de la banque est constamment en contact avec nous, par téléphone, par fax ou par e-mail, car nous sommes impliqués dans l’ingénierie financière. Il vaut mieux nous associer dès le stade initial d’un contrat », explique-t-il.

Leur salaire ? Bien évidemment secret, mais certaines estimations leur donnaient 10. 000 euros annuels par banque en 2004, sachant que la plupart siègent au moins à dix conseils et que certains sont membres de trente à quarante « Sharia Board ».

Difficile de se passer d’eux car tout est dans l’interprétation de la loi coranique. « Si les grands principes de la charia sont établis, l’interprétation, elle, évolue, explique un banquier. Il est donc très difficile de savoir à l’avance si un produit financier sera conforme ou non. » De plus en plus d’universités du Golfe ouvrent des programmes pour apprendre la finance islamique. Mais ce n’est pas encore suffisant. Le développement exponentiel de la finance islamique est tel qu’il y a pénurie de ces « sages » dans le monde.

Cécile Prudhomme – Le Monde Economie 17/12/2007

agenda-finance-islamique

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 18, 2007 dans A la une, Formations, International

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s