Les produits bancaires islamiques suscitent l’intérêt au Maroc

Le Maroc a lancé plusieurs produits bancaires islamiques pour offrir des alternatives aux Musulmans peu favorables aux services bancaires traditionnels. Bien que de nombreux Marocains aient accueilli favorablement cette nouvelle offre, les banques envisagent de la maintenir à un coût élevé pour réduire la concurrence avec leurs produits financiers traditionnels.Le lancement de produits bancaires différents conçus pour être halal dans l’Islam a suscité l’intérêt au Maroc. Nombre de Musulmans marocains qui refusent d’utiliser les produits bancaires habituels ont accueilli favorablement leur arrivée sur le marché, bien qu’aucune campagne publique n’ait été lancée et que les détails relatifs à ces produits doivent encore être annoncés.

En réponse à une forte demande du public, la banque centrale du Maroc a emboîté le pas des banques islamiques dans le monde le 1 octobre, en donnant son accord pour des produits islamiques qui offrent de renoncer aux prêts portant des intérêts et aux autres produits financiers interdits par l’Islam. Ces produits dits « alternatifs » incluent le Ijarah, Musharakah et Murabahah.

Ijarah est un type halal de contrat de bail entre une institution de prêt et un client. Il peut prendre la forme d’un simple contrat de bail ou être accompagné d’un contrat permettant au preneur de bail d’acquérir le bien à la fin d’une période donnée.

Musharakah est un contrat qui permet aux institutions de prêt d’aider les entreprises à se financer elles-mêmes par la vente de participations dans une entreprise future ou existante. Les deux parties s’engagent à hauteur de la valeur de leur investissement et chacune gagne ou perd une portion préalablement convenue des profits ou des pertes.

Murabahah permet aux gens d’acquérir des biens sans devoir souscrire un prêt porteur d’intérêt. La banque achète le bien puis le revend au client par traites selon un prix ouvertement publié, entraînant des coûts et un profit administratif.

Les nouveaux produits ont suscité peu d’enthousiasme dans les banques, qui les considèrent comme des concurrents aux produits qu’elles proposent généralement. « Il faut s’attendre à ce que le coût de ces prêts alternatifs soit supérieur à celui des prêts ordinaires », a déclaré l’économiste Mohamed Berdai à Magharebia. « Le lobby bancaire veut être sûr que ces produits ne seront pas compétitifs, afin que les clients ne renoncent pas aux prêts habituels…

Toutefois, de nombreux Marocains sont curieux d’en apprendre plus sur ces nouveaux produits. Ceux qui rechignaient à l’idée de souscrire un prêt pour des raisons religieuses considèrent ces nouveaux produits comme une bonne solution. « Je ne sais encore rien de précis sur les produits qui seront proposés, mais au moins, ils seront halal et signifieront que je pourrai finalement acheter une maison », affirme Abderrafia Tamachi, un acheteur potentiel. Le professeur Rabiaa Maliki se déclare également satisfaite. « Mon mari a toujours refusé de souscrire un prêt pour acheter une maison. Nous sommes impatients que ces nouveaux produits soient disponibles. » Parlant des autres pays musulmans, où les produits bancaires islamiques ont conquis une grosse part du marché, la banque centrale prédit que ces nouveaux « produits alternatifs » connaîtront un grand succès. Les spécialistes de la banque s’attendent à ce que le niveau réel de la demande émerge vers la fin de l’année.   

Rabat, 11 Chawwal 1428 / 22 Oct 2007 – Agence Islamique Internationale de Presse (IINA)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s