Le trading et l’Islam

Je souhaiterais devenir trader dans les marchés financiers. Existe t-il des conditions islamiques pour l’exercice de ce métier, notamment dans les marchés financiers des matières premières tel que le pétrole, le gaz, le blé etc., dans les marchés des actions, dans les marchés des CFD ( Contract For Différence ) et pour finir dans le marché du Forex (Foreign Exchange) qui est le marché des devises (Achat-Vente) ? Je vous remercie d’avance sur votre coopération pour répondre à ma question, pour savoir si cette activité est Haram ou Halal ? Salam aleykoum et qu’Allah nous guide sur le droit chemin.

3 commentaires

  1. Wa âalaykoum essalam wa rahmatou Allah wa barakatouh,
    Le contrat que vous décrivez est équivalent à un contrat de Moudharaba dans lequel votre « client-associé » apporte un capital alors que vous apportez votre savoir faire et le temps que vous consacrez à faire fructifier ce capital. A mon avis ce contrat ne pose aucun problème vis à vis de la Charia. La seule recommandation que je pourrais faire par rapport à votre stratégie d’investissement c’est d’adopter une approche de négoce (achat de biens en vue de les revendre) ou une approche d’investissement (acquisition d’actions destinées à être conservées en portefeuille à moyen ou long terme en vue de percevoir les dividendes générées par l’activité de la société émettrice), et d’éviter les opérations purement spéculatives.

  2. Salam aleykoum,
    Après avoir terminé ma formation sur les marchés financiers, j’estime que j’ai la capacité d’être un trader sachant que le savoir est un bien que nous devons approvisionner quotidiennement.
    Par ailleurs incha Allah je compte démarcher des clients qui voudraient faire fructifier leur épargne dans la voie du Halal. Mon rôle c’est de faire en sorte d’augmenter l’épargne de mon client, son rôle à lui c’est d’apporter le capital qu’il souhaite développer.
    Etant trader moi même le principe est le suivant, je démarche le client, ensuite on signe un contrat de collaboration qui nous lie pendant une période déterminée. Afin de couvrir les frais de fonctionnement de l’activité de ma société il sera demandé à mon client des frais fixe de gestion en fonction du montant du capital déposé. Ces frais seront payés une seule fois lors du dépôt.
    Avec ce capital que le client me confie je travaille sur les marchés des devises, de l’or, du pétrole,etc… ou des actions de sociétés qui respectent la Sharia.
    En chaque fin de mois, il sera envoyé au client un compte rendu de l’activité reflétant les pertes ou les bénéfices.
    Si j’arrive à dégager des bénéfices alors à ce moment là je fais 50-50 avec mon client, s’il y à perte d’argent sur le portefeuille de mon client alors il y à perte de temps et donc d’argent pour moi, car j’y aurais consacrer du temps sans pouvoir gagner de l’argent.
    Merci de me dire ce que vous pensez de mon projet.
    Salam aleykoum

  3. Wa 3alaykoum essalam. A mon avis, il faudrait évaluer la conformité du métier de trader avec la charia par rapport à plusieurs éléments. Premièrement, l’élément d’incertitude. « Le hasard (Al-Gharar) reprend les activités qui ont un élément d’incertitude, d’ambiguïté ou de déception. Dans un échange commercial, il se réfère à une tromperie ou à une ignorance sur l’objet du contrat (l’incertitude sur les matières, le prix des matières). La vente “Gharar” est celle où il y a incertitude quant à l’objet, sa quantité ou s’il sera possible de livrer ou non. Le ‘gharar’ est considéré comme normal dans une transaction s’il n’est pas excessif et si son impact sur l’économie ou la société est minimal. Il est par contre interdit s’il affecte la légalité d’une transaction. » Deuxièmement la finalité de la transaction : s’agit il d’une activité de négoce dans laquelle les biens seront acquis, transportés, stockés etc. avec génération d’une valeur ajoutée réelle ou bien d’une activité purement spéculative ? La spéculation (Al-Maysir) est interdite car elle divertit les individus d’activités productives et favorise éventuellement l’accumulation de richesses sans effort. Il est aussi considéré comme immoral que l’un fasse un profit au détriment d’un autre. Enfin, les biens qui font l’objet de la transaction doivent bien entendu être eux-mêmes licites. Et Dieu sait mieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s