RSS

Archives de Tag: Takaful

Accord entre SAAFI et AlHuda CIBE pour développer la finance islamique en France

MM. Ezzedine Ghlamallah (Directeur Saafi) et Zubair Mughal (Directeur Al Huda CIBE)

MM. Ezzedine Ghlamallah (Directeur Saafi) et Zubair Mughal (Directeur Al Huda CIBE)

Le prestataire français de solutions d’accès à l’assurance et la finance islamique SAAFI a conclu un accord avec le Centre AlHuda CIBE en vertu duquel les deux structures travailleront conjointement pour renforcer le développement de la finance islamique en France à travers des prestations de conseil et de formation.

A ce titre, AlHuda CIBE et SAAFI organiseront un atelier de formation les 23 et 24 juin 2014 à Paris sur le Takaful et la Microfinance islamique.

Articles liés:

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 21, 2014 dans France

 

Tags: , , , , , ,

Quel visage aura la finance islamique au Maroc ?

mp3-telecharger248

Synthèse d’un débat fort intéressant qui définit ce que sera la finance islamique au Maroc en fonction du scénario qui sera adopté par les autorités financières et les institutions bancaires.

Participants :

  • Youssef Baghdadi, Président du Directoire Dar Essafaa
  • Talal Lahlou, Directeur de MFI Consulting, spécialisée dans le conseil et la formation en finance Islamique
  • Brahim Sentissi, Directeur de Cejefic Consulting, Cabinet spécialisé dans le conseil en finance
  • Omar Kettani, Professeur à l’université Mohamed V de Rabat et membre de l’Asmeci (Association marocaine d’études et recherches en économie islamique)
  • Mehdi Michbal, journaliste au magazine Tel Quel

Ecouter la synthèse du débat :


Débat animé par Rachid Hallaoui et diffusé sur Luxe Radio le 4 février 2014

Synthèse : RIBH

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Maroc

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Quelle place pour l’assurance islamique en France ?

IFSO_SAAFI

IFSO et SAAFI lancent une étude sur les attentes du marché français en matière de solutions d’assurances solidaires conformes aux valeurs éthiques islamiques.

L’IFSO et SAAFI lancent une grande étude de marché sur le potentiel de développement en France de l’assurance éthique solidaire et islamique Takaful. L’objectif de cette étude est de connaître les besoins et motivations des français en matière de solutions d’assurances solidaires conformes aux valeurs éthiques islamiques.

Le mot Takaful signifie assistance mutuelle. L’assurance mutuelle islamique est un système d’assurance fondé sur des principes d’assistance réciproque et de contribution volontaire. Le Takaful est un système fondé sur la fraternité, la solidarité et l’assistance mutuelle. Comme dans les sociétés d’assurance mutuelles, le profit n’est pas l’objectif premier et il est par ailleurs possible de partager les excédents.

Le sondage est à l’adresse www.saafi.fr et toute personne intéressée est invitée à y participer jusqu’au 1er décembre 2013.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez l’IFSO

contact@ifso-asso.com

www.ifso-asso.com

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 13, 2013 dans France, Takaful

 

Tags: , , , , , , ,

Séminaire sur l’assurance islamique : Takaful, pilier et levier de la finance participative au Maroc

amfp_thomson-reutersCC

L’Association Marocaine pour les Professionnels de la Finance Participative – Sharia Compliant, AMFP, en partenariat avec Thomson Reuters en tant que Knowledge Partner, organise un workshop sur l’Assurance Takaful.

Date et lieu : lundi 13 Ramadan 1434 / 22 juillet 2013 autour d’un Ftour à l’Hotel Golden Tulip Farah Casablanca situé à 160, avenue des FAR Casablanca, Maroc.

Ce workshop sera animé par :

  • M. Mohamed BOULIF, Managing Director, Al Maalya – Islamic Finance Consulting, Belgium
  • M. Az Eddine BENALI, Chef de Division par Intérim à la Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale (DAPS)

L’AMFP à travers ses différents Workshop et événements, vise à démystifier et vulgariser les principes de la Finance Participative – Sharia Compliant pour le compte des professionnels.

La mission de l’AMFP est de participer activement au développement de la Finance Participative – Sharia Compliant au niveau national et international.

Le workshop est ouvert aux professionnels intéressés par la Finance Participative – Sharia Compliant.

Pour l’achat de votre ticket et pour toute information, veuillez contacter : 
ampfp_mail2

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 17, 2013 dans Maroc, Takaful

 

Tags: , , , , , ,

Finance islamique au Maroc : entre conciliations politiques et défis économiques

Par Mohammed El Haitamy
Expert en microfinance – Manager de projet en finance islamique

mohammedelhaitamy@yahoo.fr

Un apaisement des opinions semble régner avec la publication du projet de loi sur la banque participative. De prime abord, on est tenté de penser que le texte constitue une avancée indéniable par rapport à la circulaire des produits alternatifs. Cependant, les interrogations subsistent et les défis s’annoncent laborieux. Le texte répond t-il aux attentes du public ? Comporte t-il des leviers de développement économique et social du pays ? Apporte t-il une réponse aux besoins de financement de l’économie marocaine et des finances publiques ?

Absence de cadre fédérateur et manque de visibilité

Le texte publié manque de visibilité globale, notamment sur les instruments, les composants et les modalités générales de son implémentation. Il ne donne pas de l’assurance quant à l’avenir de la finance islamique au Maroc. Trois constats majeurs à relever.

  • Le projet s’est contenté de traiter un seul segment de l’industrie de la finance islamique qui est la banque. Il a passé sous silence un certain nombre de questions inhérentes à l’activité bancaire abordée ;
  • Le manque de clarté, des imprécisions et des généralités ont marqué certaines parties du texte ;
  • Les associations de microcrédit sont exclues du champ d’intervention des instruments de la banque participative. Ce qui soulève la question si les exclus n’ont pas droit à une finance dite inclusive.

La confiance requise dans le monde des affaires et le lancement réussi d’une telle industrie requièrent de la visibilité et de la clarté. Bien qu’il soit annoncé dans le texte que des décrets et des circulaires suivront pour définir les modalités d’application, un minimum de précisions dans la loi reste inévitable.

Pas de leviers de financement de l’économie

L’introduction de la finance islamique à travers le texte proposé pourrait bien répondre à des attentes de financement de consommation (au sens large). En revanche, ce schéma n’apportera pas de réponse aux besoins structurels de financement productif de l’économie. Il ne permettra pas de créer une nouvelle dynamique des affaires, ni de donner un nouveau souffle à l’entreprise et par delà à l’emploi et au développement économique.

Les outils de mobilisation des fonds d’envergure pour les besoins des finances publiques font défaut dans le texte. De même pour ceux de l’inclusion financière. Le projet en question ne répond non plus à la demande massive de la population qui aspire accéder aux services de financement compatibles avec la sharia. Ceci tant que le produit d’assurance islamique n’est pas évoqué.

Cadre global requis

L’expérience passée des produits alternatifs, montre bien qu’il nous faut un cadre fédérateur, clair et bien défini pour une meilleure lancée. Il devra tenir compte notamment des sociétés d’investissement, des fonds d’investissement, de l’assurance takaful, de la microfinance, des sukuks, des autres instruments de financement non traités par le projet comme le Salam et l’Istisna…

Il est sensé aborder les aspects de reporting, de la comptabilité, des risques, des structures organisationnelles en charge de la finance islamique dans les établissements financiers. Le texte devra aussi apporter des précisions quant aux profils des membres des comités sharia dont les compétences en ingénierie financière restent indispensables.

Responsabilité politique ou technique

Le contexte international nous impose des difficultés économiques inévitables, mais aussi des opportunités qu’il faut nécessairement saisir. La finance islamique en est une …

La mission du gouvernement est de veiller à un meilleur devenir économique et social des citoyens. La finance islamique comporte plusieurs véhicules et leviers qui pourraient contribuer à y parvenir. Pour ce faire, un cadre favorable et clair est une condition sine qua non pour en tirer le meilleur profit. Ce n’est pas de notre intérêt de l’hypothéquer par des sensibilités politiques, des positions figées et des tiraillements entre instances politiques et instances techniques.

Article initialement publié sur Finance News Hebdo

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 5, 2012 dans Maroc

 

Tags: , , , ,

L’Université Internationale de Rabat (UIR) lance le premier Master en Finance Islamique

L’Université Internationale de Rabat (UIR) inaugure le premier Master (M1 et M2) en  Finance Islamique pour l’année universitaire 2012-2013.

Présentation de la formation

Représentant près de 1400 milliards de dollars en 2011, la finance islamique s’est imposée dans le paysage de l’industrie financière mondiale. Elle a mieux résisté à la crise économique récente que l’industrie de la finance conventionnelle, et de plus en plus de pays favorisent l’émergence d’une forme ou d’une autre de la finance islamique sur leurs territoires.

Le Maroc, au même titre que d’autres pays émergents, marque une volonté de s’inscrire dans le développement de cette industrie, et s’est fixé comme objectif de se positionner en tant que leader en Afrique, et plus particulièrement dans le Maghreb.

Cette formation permettra aux lauréats de disposer d’un bagage technique et pratique leur permettant d’intégrer des institutions financières islamiques, ainsi que les institutions financières conventionnelles proposant des produits et services en conformité avec la « Chariaa ».

Objectifs de la formation

L’objectif de ce Master en Finance Islamique est de dispenser aux participants une formation permettant de développer leurs savoirs et compétences dans les différents compartiments de l’industrie des services financiers islamiques.

La formation leur permettra de bien assimiler les fondements et principes de base de la finance islamique et de se familiariser avec les contrats, ainsi que les produits et services financiers islamiques tels que pratiqués par les banques, compagnies de Takaful et Re-Takaful et fonds d’investissement islamiques.

L’accent sera également mis sur le mode de gouvernance et les principes éthiques dans les institutions financières islamiques.

Débouchés

« Accès à des postes de responsabilité dans le secteur de l’industrie financière, en particulier dans le domaine de la finance islamique, auprès d’organismes nationaux et internationaux, notamment :

  • les établissements de crédit et sociétés de financement
  • les banques d’investissement
  • les sociétés de gestion
  • les fonds d’investissement islamiques
  • les sociétés Takaful et les compagnies d’assurance

Contenu et organisation de la formation

  • La filière est organisée en 4 semestres (2 semestres en M1 et 2 semestres en M2)
  • Le semestre est organisé en 3 modules. Chaque module peut contenir de 1 à 4 éléments de modules organisés en enseignement théorique, T.P ou T.D, et stages pratiques.
  • Le volume horaire global de l’enseignement d’un module est compris entre 75 heures et 120 heures.

1ère année du master

▪ Méthodes Quantitatives pour la Finance
▪ Principes de la Finance d’Entreprise
▪ Organisation, microstructure et cadre réglementaire des marchés financiers
▪ Jurisprudence Islamique
▪ Marchés des Capitaux
▪ Gestion des Risques et Gestion Actif-Passif

2ème année du master

▪ Système Financier Islamique
▪ Marchés Financiers Islamiques
▪ Fonds et Financements de projets conformes à la Chariaa
▪ Régulation et cadre réglementaire des IFI
▪ Cycles de Conférences et Etudes de Cas
▪ Projet de Fin d’Etudes

Admission

Le programme du Master en Finance Islamique est ouvert aux titulaires d’un BAC + 3, d’un Master 1, d’un diplôme d’ingénieur ou tout diplôme jugé équivalent dans les spécialités suivantes : finance, assurance, économie et à toute spécialité connexe aux métiers de la finance.

Les candidats doivent justifier d’une expérience dans des métiers de la finance, banque, assurance ou toute activité connexe aux métiers de la finance.

L’admission se fait sur la base d’une sélection sur dossier et d’un entretien individuel permettant de juger la motivation du candidat.

Informations pratiques

Service des concours et admissions : concours@uir.ma
Information et orientation : contact@uir.ma – orientation@uir.ma
Service comptable : comptable@uir.ma
Service des bourses : bourse@uir.ma

Coordonnées de l’UIR : Campus de l’Université Internationale de Rabat. Rocade de Rabat-Salé. Parc Technopolis – 11000. Sala Al Jadida Tel : 0530 10 30 00 – Fax : 0530 10 30 30

Inscriptions sur www.uir.ma

A propos de l’UIR

L’Université Internationale de Rabat (UIR) est une université marocaine multidisciplinaire privée, sous contrat avec l’État marocain, créée par des universitaires et chercheurs marocains résidents à l’étranger et dédiée aux étudiants marocains et étrangers.

Première université privée sous contrat avec l’Etat, l’UIR propose 7 pôles de formations et de recherche. En double-diplômation avec des universités étrangères de renom; les formations se déclinent selon les pôles suivants:

Classes préparatoires aux grandes écoles Électronique, Logistique, Informatique et Télécommunications Sciences Politiques et Études Juridiques Business, Management, Finance et Actuariat Aérospatial Énergies Renouvelables et Etudes Pétrolières.

Le coût des études est de 68 000 dirhams et 18 000 dirhams pour le logement. À noter que 20% des étudiants pourront bénéficier d’une bourse selon des critères de mérite.

 
Un commentaire

Publié par le septembre 19, 2012 dans Formations, Maroc

 

Tags: , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 754 followers