RSS

Archives de Tag: riba

Le rachat de crédit islamique ou halal n’existe pas

intérêts

عَنْ جَابِرٍ قَالَ لَعَنَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ آكِلَ الرِّبَا وَمُؤْكِلَهُ وَكَاتِبَهُ وَشَاهِدَيْهِ وَقَالَ هُمْ سَوَاءٌ – مسلم و أحمد

Le rachat d’un crédit bancaire à intérêt ne peut être ni islamique ni halal.

L’Islam considère que le Riba – l’usure ou l’intérêt – est un péché très grave qui expose celui qui y a recours à la colère divine en ce monde et dans l’au-delà. De plus, le Prophète Mohammed, paix et bénédiction sur lui, a affirmé dans un Hadith (en arabe ci dessus) que sont égaux dans le péché : celui qui se nourrit du Riba (le banquier ou l’usurier), celui qui le paie (l’emprunteur), celui qui rédige le contrat ainsi que les deux témoins (les employés de banque sont susceptibles d’appartenir à l’une de ces deux dernières catégories).

Malgré cette interdiction, de nombreux musulmans cèdent à la tentation de s’adresser aux banques pour y chercher ce qu’ils croient être une solution à leurs divers besoins financiers : crédit auto, crédit logement, compte d’épargne, découvert, etc. Toutefois, avec le développement de la finance islamique et la prise de conscience croissante de la gravité du Riba, certains emprunteurs sont pris de remords et cherchent à se réconcilier avec Dieu.

A ce titre, de plus en plus de musulmans se posent la question de savoir si le rachat de leur crédit par une banque islamique peut constituer une solution. Le Hadith cité précédemment exclut clairement cette possibilité. En effet, racheter un crédit suppose de le rembourser par anticipation en renégociant avec la banque le montant des intérêts à payer. Une banque islamique ne peut pas racheter un crédit sauf à vouloir consciemment et volontairement commettre le péché de Riba en payant des intérêts à la première banque. Si une institution financière se prétend islamique tout en proposant de racheter des crédits alors elle ajoute au péché de Riba un péché d’hypocrisie pour justifier une opération lucrative.

Allah est clément et miséricordieux. Celui ou celle qui regrette d’avoir pris un crédit – par ignorance ou par insouciance de la faute commise – et qui veut soulager sa conscience a une solution très simple : la repentance sincère (tawba nasouh). Les conditions de cette repentance sont au nombre de trois : le regret profond (au point d’en pleurer), la sincérité avec Dieu, et la ferme décision de ne plus jamais recommencer. Si l’emprunteur a la possibilité de rembourser son crédit plus rapidement pour réduire le montant total des intérêts qu’il aura payé c’est une bonne chose, sinon qu’il s’en remette à la générosité d’Allah.

Et Dieu sait mieux.

RIBH

 
9 Commentaires

Publié par le mai 21, 2014 dans Charia - Fatwas - Zakat

 

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Interest is the cause of most of the world’s problems

E-Book-Cover190_248

We believe

We believe that interest is the root cause of most of the world’s problems. If we did not have compound interest, we would not need compound growth. And if we did not need compound growth, we would not have most of the debt-induced poverty, resource-hungry wars, and runaway climate change we now see. All interest – whether simple interest or compound interest, whether at very low rates or very high rates – grows so fast that we simply cannot keep up.

Need an example? Brazil is home to the beautiful Amazon rainforest. This lush wonder supplies us with a quarter of the world’s oxygen. That’s one in every four breaths. Unfortunately, this forest will vanish in our lifetimes. Why? So Brazil can pay off $200 billion of debt. How? With lumber.

Or take an example closer to home. Are you or someone you know crushed under growing personal debt? 43% of all American families now spend more than they earn each year. And this problem gets worse each year for millions of families around the world.

We believe there is a connection between interest and many of the world’s problems. And we believe that Islamic finance can help solve some of these problems.

But for this to happen we need two things: the letter of the law and the spirit of the law. For the letter of the law to work, Islamic finance needs to follow some basic minimum standards. Standards that won’t be taken seriously unless central banks start pulling some licenses.

The best standard in the industry – de facto in over 90% of the world’s Islamic finance jurisdictions – is AAOIFI (pronounced “a-yo-fee”), which stands for the Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions. AAOIFI brings together scholars from all over the world who agree on Shariah standards. If it isn’t AAOIFI-compliant, it probably isn’t Shariah-compliant. We believe that following AAOIFI Shariah Standards – and questioning whether your bank, scholar, or trainer is following them – is a good starting point for following the letter of the law.

But we can’t stop there. Islamic finance needs to follow the spirit of the law as well.

We need to promote equity-based structures like Musharakah and Mudarabah and reduce our dependence on expedient structures like Murabaha. We need to eliminate Tawarruq. And at a broader level, we need to address the larger problem of fractional debt-reserve banking. Why do banks get to lend money they don’t have? And make money on money that doesn’t exist? Does this make sense?

While the reality is that banks aren’t going away anytime soon, a first step to challenging fractional debt-reserve banking is establishing a globally recognized gold-based currency. This immediately forces the market to tie transactions to assets rather than base them on mere numbers inside computers.

So where do we start with promoting the law in letter and spirit?

We believe it starts with you and me.

If you’re a banker, you can start doing two things at your bank: 1) check that your bank’s products comply with AAOIFI. The latest standards are available at http://www.aaoifi.com; and 2) start switching to Musharakah and Mudarabah for a variety of activities ranging from liquidity management to trade finance. And if your bank doesn’t offer Islamic finance, start asking why.

If you’re a regulator and Islamic finance is already practiced in your jurisdiction, pressure banks to follow AAOIFI or risk having their licenses suspended. At a broader level, support the Islamic microfinance industry. If Islamic finance hasn’t yet reached your jurisdiction, promote awareness with training and educational initiatives.

If you’re an entrepreneur, you probably have a skill the Islamic finance industry could use. Dream big: create a company, a community-based institution, a local currency, an ecologically-minded village, or an innovative product. In most countries, people still lack interest-free alternatives to home, education, and healthcare financing. Why is it easier to issue a billion dollar Sukuk than it is to raise a single penny for a Shariah-compliant education financing? How can we better operationalize Zakah? How do we build Waqf-based community-owned trust models? The recommended reading list for entrepreneurs later in this book gets you started with your idea.

If you’re a student, learn Islamic finance. Think beyond the standard career path and seriously consider starting something on your own. Do what you love and success will follow.

And if you’re an educator trying – like us – to change Islamic finance for the better be patient. Lasting change takes years. often decades. Resist the temptation to "throw the baby out with the bathwater" and reject all Islamic finance. The industry is still a work in progress with a long way to go. Be part of this progress rather than embarking on a dazzling new theory of economics that leaves the average customer scratching his head wondering how to finance a small house for his family. Just promote Diminishing Musharakah instead, for instance. The deeper, structural environment that Islamic finance inherits – fractional debt-reserve baking, fiat currency – are not solved by replacing products. They are solved by replacing systems: gold-based currencies issued by Islamic central banks.

We believe this century – indeed, the coming years – will be like nothing before. Global heating will mean less food and water. Peak oil will mean less energy. And repeated financial crises will mean less certainty. We can throw our hands up and walk away in resignation. Or we can identify the root problems and do something about it. God only makes us responsible for our actions. He takes care of outcomes.

We believe that it’s time to openly question the interest-based paradigm and promote interest-free finance as the proven alternative. The time has come. But the first step to questioning a paradigm and offering an alternative is to educate oneself.

Only then will you believe. Because if you believe, then so will everyone else.

This manifesto is taken from the first page of Ethica’s Handbook of Islamic Finance (2013 Edition). Download your copy here.

Source : Ethica Institute of Islamic Finance www.ethicainstitute.com

On the same subject : De Gaulle, the dollar and gold.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 25, 2013 dans Gold, Islamic Finance

 

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Maroc : le gouvernement veut rendre le Riba obligatoire dans les transactions commerciales

Il existe plusieurs types de Riba. Riba al-fadl qui a été interdit par les Hadiths, et Riba an-nasîah qui inclut aussi bien les intérêts bancaires que les intérêts de retard, et qui est strictement interdit par le Coran. Pourtant le gouvernement marocain veut appliquer des intérêts pour paiement tardif de créances commerciales.

  • Le taux de la pénalité de retard sera supérieur au taux directeur de Bank Al-Maghrib. Un communiqué du patronat marocain, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), publié en septembre 2012 annonce l’adoption d’un taux de pénalité dissuasif : le taux directeur de Bank Al Maghrib (BAM) majoré de 7 points de base, soit un taux de 10%.

  • Le projet de loi interdit même au commerçant musulman de renoncer aux intérêts de retard.

La loi formant Code de commerce avait réglementé les délais de paiement maximum dans les transactions commerciales et renvoyé à un texte d’application le soin de fixer le taux des pénalités exigibles en cas de non règlement dans les délais impartis, le décret examiné le 28 juin 2012 en Conseil de gouvernement permettrait aux entreprises de réclamer ces pénalités et de compenser ainsi les intérêts bancaires supportés par les fournisseurs.

Le décret en question prévoit, à cet égard, que le taux de la pénalité de retard ne peut être inférieur au taux directeur de Bank Al-Maghrib majoré d’une marge fixée par arrêté conjoint du ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies et du ministre de l’Economie et des Finances.

Jusque-là les délais de paiement entre opérateurs privés n’étaient régis par aucun texte. Ils pouvaient s’étaler jusqu’à 180 jours. Ce qui est pénalisant pour les entreprises, en particulier les PME et les petites structures confrontées le plus souvent à des problèmes de trésorerie.

Aujourd’hui, la loi met de l’ordre dans tous ces «dysfonctionnements». Le délai de paiement est fixé à 60 jours à compter de la date de réception de la marchandise ou d’exécution des prestations si le contrat de la transaction n’y fait aucune référence. En revanche, si les deux parties conviennent d’un délai de paiement, il ne doit pas excéder les 90 jours. Le législateur a fixé un seuil maximum pour stopper certaines pratiques jugées déloyales par le monde des affaires: certaines entreprises peuvent bénéficier de délais de paiement longs alors que d’autres sont tenues de s’acquitter rapidement de leurs créances.

La loi annule par ailleurs toute clause du contrat par laquelle le commerçant renonce à son droit de réclamer des intérêts de retard.

De même, ce décret qui comporte cinq articles stipule que les sociétés dont les comptes annuels sont certifiés par un ou plusieurs commissaires aux comptes publient dans leurs rapports de gestion la décomposition à la clôture des deux derniers exercices du solde des dettes à l’égard des fournisseurs par date d’échéance selon les modalités fixées par l’arrêté précité.

Ces informations publiées dans le rapport de gestion sont censées permettre aux commissaires aux comptes de vérifier le respect de cette réglementation par lesdites sociétés. Si le texte est adopté, il s’appliquera pour les exercices ouverts à partir du 1er janvier 2012.

Source : Presse marocaine – Syndication : RIBH

 
4 Commentaires

Publié par le juillet 1, 2012 dans Maroc

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

Une loi régissant la finance islamique en préparation en Tunisie

M. Slim Besbès, secrétaire d’État, chargé des finances, a déclaré, en marge de la rencontre annuelle des services fiscaux et de la finance publique, tenue le 23 janvier 2012 à Tunis, et consacrée à l’étude des dispositions de la loi de finances de 2012 que «la loi de finances complémentaire va prendre en considération les priorités du développement et le programme économique et social du gouvernement provisoire.»

Durant cette rencontre à laquelle ont pris part  des spécialistes en fiscalité et finances publiques, des experts de la direction générale des études et de la législation fiscale au ministère des Finances, ont expliqué certaines clauses et dispositions de la loi de finances 2012.

Selon les spécialistes, la loi de finances 2012 comporte, trois mesures fiscales importantes à savoir : la prorogation du délai de l’amnistie fiscale jusqu’au 30 juin 2012 au lieu du 31 décembre 2011, la mise en place d’un régime favorable à la finance islamique et l’encouragement des établissements de crédits à soutenir davantage les entreprises endommagées par les derniers événements survenus en Tunisie, moyennant l’institution d’incitations fiscales.

A cette occasion, M. Lotfi Bouaîcha, représentant du ministère des Finances, a indiqué que la loi de finances complémentaire va comporter d’autres mécanismes de la fiscalité islamique, notamment la Moudharaba, la Moucharaka et les sukuk islamiques.

Ces derniers sont des obligations islamiques liées à des actifs tangibles permettant de financer des projets gouvernementaux sans l’intervention de l’État, constituant, de ce fait, un investissement direct étranger, sans effet sur l’endettement de l’État.

Il a ajouté qu’une loi régissant la finance islamique sera publiée prochainement et expliquera les mesures de la  loi de finances 2012, soulignant que l’instauration d’une finance islamique, en Tunisie, exige des solutions aux principales entraves, notamment celle de la dualité des mesures.

RIBH

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 24, 2012 dans Tunisie

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Loi de Finances 2012 : instauration d’un régime fiscal spécifique à la finance islamique en Tunisie

Ministère des Finances

En Tunisie, la loi de finances pour l’année 2012 introduit une série de mesures relatives à la finance islamique.

Définition des concepts

- La Mourabaha : Elle consiste en une transaction en vertu de laquelle le créancier (la banque) achète un actif donné pour le compte d’un client (le débiteur). Par la suite, la banque revend cet actif au débiteur moyennant des paiements échelonnés sur une période donnée à un prix convenu d’avance entre les deux parties.

- Salam (« la vente al-Salam ») : C’est un contrat de vente avec livraison différée et paiement comptant. La banque intervient comme acheteur d’une marchandise qui lui sera livrée à terme pour son client. Cette formule doit faire l’objet de deux contrats indépendants l’un de l’autre : le premier engage l’institution financière à acheter les marchandises auprès du fournisseur en contrepartie d’un paiement au comptant : la nature et la quantité de la marchandise  doivent être déterminées dans le contrat, ainsi que les modalités et les délais de livraison. Le deuxième est un contrat de vente conclu avec l’acheteur soit par un paiement au comptant ou par des versements échelonnés.

- Istisna’a : C’est un contrat financier permettant à l’acheteur de se procurer des biens qu’il se fait livrer à terme. A la différence du salam, dans ce type de contrat, le prix convenu à l’avance est payé graduellement tout au long de la fabrication du bien. Les modalités concrètes du paiement sont déterminées par les termes de l’accord passé entre l’acheteur et le vendeur.

- Ijara : Cette opération s’apparente à une location-vente ou à un crédit-bail. Le créancier (la banque) achète des biens qu’il loue à un client avec, pour celui-ci, une possibilité de rachat au terme du contrat.  

4-2 Régime fiscal institué par la loi de finances pour l’année 2012

4-2-1    Extension du régime fiscal applicable aux opérations de leasing aux opérations de financement « Ijara » réalisées par les établissements de crédit.

Ces mesures consistent dans :

1. La déduction pour la détermination du bénéfice imposable, des amortissements des actifs immobilisés exploités dans le cadre des contrats de « Ijara » sur la base de la durée du contrat. Cette durée ne doit pas être inférieure à la durée minimale fixée par le décret n° 2008-492 du 25 février 2008, fixant les taux maximum des amortissements linéaires et la durée minimale des amortissement des actifs exploités dans le cadre des contrats de leasing et la valeur des actifs immobilisés pouvant faire l’objet d’un amortissement intégral au titre de l’année de leur utilisation ;

2. L’enregistrement au droit fixe de 15 dinars par page des contrats de vente d’immeubles conclus entre les établissements de crédit et le preneur dans le cadre d’opérations de « Ijara », que la vente soit faite au cours de la durée de location ou à son terme ;

3. La détermination de l’assiette soumise à la TVA : à ce titre, la taxe sur la valeur ajoutée est liquidée sur la base de tous les montants dus au titre des opérations de « Ijara » réalisées par les établissements de crédits ;

4. La déduction de la taxe sur la valeur ajoutée due sur les opérations soumises, le montant de la taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé les achats d’équipements, matériels et immeubles destinés à être exploités dans le cadre des contrats de « Ijara » et ce, nonobstant l’enregistrement comptable de ces achats ;

5. Le bénéfice des mêmes avantages et exonérations accordés en vertu de la législation en vigueur au titre de l’acquisition des équipements, matériels et immeubles dans le cadre des contrats de « Ijara » ;

6. L’exonération de la retenue à la source au taux de 50% au titre la TVA due sur les montants payés par les services de l’Etat, les collectivités locales, les entreprises et établissements publics dans le cadre des contrats de « Ijara » ;

7. L’exonération de la retenue à la source au taux de 1,5% due sur les montants payés dans le cadre des contrats de « Ijara » ;

8. La suspension de la taxe sur la valeur ajoutée au titre des redevances de loyers relatifs aux biens qui bénéficient d’un avantage en matière de TVA et acquis dans le cadre des contrats de « Ijara » ;

9. Le bénéfice des mêmes avantages et exonérations accordés en vertu de la législation en vigueur au titre de l’acquisition des équipements, matériels et immeubles dans le cadre des contrats de « Ijara ».

4-2-2    Extension du régime fiscal applicable aux opérations de financement par crédit bancaire aux opérations de vente « mourabaha », « istisna’a » et « salam » réalisées par les établissements de crédit.

Ces mesures consistent dans :

1. L’exonération de la TVA de la marge bénéficiaire résultante de la différence entre le prix de cession et le prix d’achat dégagée dans le cadre des opérations de vente « mourabaha », « istisna’a » et « salam » réalisées par les établissements de crédit. Il va sans dire que les commissions bancaires demeurent soumises à ladite taxe au taux en vigueur ;

2. La déduction par les clients des établissements de crédit de la taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé leurs achats nécessaires à l’exploitation auprès desdits établissements réalisés dans le cadre des contrats de ventes « mourabaha », « istisna’a » et « salam » et ce, à condition que le montant de la TVA supportée par l’établissement de crédit soit porté sur la facture ou le contrat de vente ;

3. L’enregistrement au droit fixe de 15 dinars par page des contrats de vente d’immeubles conclus entre les établissements de crédit et le preneur dans le cadre d’opérations de vente « mourabaha », « istisna’a » et « salam » ;

4. L’exonération du droit de 1% au titre de la conservation de la propriété foncière des contrats de ventes « mourabaha » et contrats de vente « istisna’a » portant constitution ou mutation de tout droit réel immobilier de l’établissement de crédit à ses clients ;

5. L’exonération de la retenue à la source au taux de 1,5% due sur les montants payés dans le cadre des contrats de vente « mourabaha », contrats de vente « istisna’a » et des contrats de ventes « salam » ;

6. L’exonération de la retenue à la source au taux de 50% au titre la TVA due sur les montants payés par les services de l’Etat, les collectivités locales, les entreprises et établissements publics dans le cadre des contrats de vente « mourabaha », « istisna’a » et « salam » ;

7. L’Exonération des droits d’enregistrement des contrats de vente « salam » conclus par les établissements de crédit ;

8. Le bénéfice des mêmes avantages et exonérations accordés en vertu de la législation en vigueur au titre de l’acquisition des équipements, matériels et immeubles dans le cadre des contrats de vente «mourabaha» et  «istisna’a».

Source : Leaders

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 22, 2012 dans Tunisie

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’Association Tunisienne de la Finance Islamique (ATFI) organise une conférence sur l’Ijara

Ijara : concepts et applications, est le thème choisi pour la deuxième Conférence internationale de l’Association tunisienne de la finance islamique (ATFI), qui s’est tenue les 21 et 22 janvier 2012, à Tunis.

M. Ali Tebib, membre et consultant de l’association, précise que le contrat d’Ijara, qui implique la mise à la disposition d’un bien moyennant un loyer, est un produit financier islamique qui se caractérise par sa souplesse par rapport à la Mourabaha. En effet, a-t-il expliqué, contrairement à la Mourabaha, qui consiste en un contrat de vente, au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire connue et convenue entre le vendeur et l’acheteur, le produit Ijara est variable, dans le sens où il peut être modifié, dans le temps, suivant les exigences de la situation économique du locataire ou de l’acheteur.

M.Tebib indique que l’Ijara, selon la Charia (droit musulman), consiste en un contrat de location, accompagné d’une promesse de vente, stipulant que le propriétaire de l’objet est responsable de tout dommage, survenant, ultérieurement, contrairement au système de leasing actuel. A l’inverse, le leasing est basé sur un contrat unique combinant, à la fois, vente et location, par le propriétaire. Ce dernier est vendeur, vu qu’il n’assume aucune responsabilité future, quant à l’objet du contrat, mais, en même temps, il est perçu, comme propriétaire, puisqu’il reçoit la commission de la vente de prestation.

Pour les banques qui envisagent de s’orienter vers la finance islamique, Mme Amri, Présidente du bureau exécutif de l’ATFI propose que celles-ci mettent en place des agences spécialisées dans les transactions islamiques. A ce sujet, Mme. Amri annonce que l’association compte examiner avec "Amen Bank" la question de la bancarisation islamique et les méthodes permettant le passage de la finance classique à celle islamique.

Parmi les thèmes débattus au cours de la deuxième Conférence internationale de l’ATFI, il y a lieu de citer:
•    "L’importance de l’Ijara, dans les transactions financières islamiques".
•    "Ethique et déontologie des transactions financières islamiques".
•    "L’Ijara et son rôle, dans le développement".

Source: Babnet – Rewriting: RIBH.

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 22, 2012 dans Tunisie

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Belkacem Boutayeb : le Maroc a besoin de vraies banques islamiques

Belkacem Boutayeb, Citoyen du Monde de nationalité Marocaine, 38 ans de migration avec 7 cartes de séjour.

Belkacem Boutayeb, éternellement "jeune Sénior" se refusant au viellissement, aura passé l’essentiel de sa carrière dans le domaine des banques, des investissements et dans le monde de la communication et des relations internationales, en Algérie, au Liban, aux Emirats, à Bahrein, en Côte d’Ivoire, en France et en Suisse.

Militant Associatif de la première heure, il a été cofondateur de plusieurs associations et fondations, se qualifiant de "Serviteur de la cause des Femmes, des Enfants et des Artistes" et de "Combattant acharné et contrarié de la construction du Grand Maghreb".

Expert Consultant en Finance Islamique, et Ex Directeur de l’International du grand groupe de Banques Islamiques "Dar Al Maal Al Islami" à Genève, il a oeuvré largement à la mise en place et l’implantation des 3 premières banques Islamiques en Afrique de l’Ouest.

Source : TEDxTalks

Belkacem Boutayeb : «Les banques islamiques pourront jouer un rôle dynamisant pour l’économie marocaine». Ces banques vont favoriser la «culture entrepreneuriale» qui est en perte de vitesse, ainsi que le climat de confiance dont a cruellement besoin l’environnement des affaires dans notre pays.

ALM : Comment la finance islamique se développera durant les cinq prochaines années ?

Belkacem Boutayeb : Elle se fera progressivement. Après une période initiale de prise de contact avec les réalités et les complexités du marché marocain, qui pourra durer entre 9 et 18 mois, nous verrons une grande masse de financement de l’immobilier et de l’ hôtellerie «halal» ainsi que les opérations de leasing. Suivra , 2 ans après, la dynamique de financement d’équipements dans les différents secteurs de l’ agriculture, le transport, l’industrie , la pêche ainsi que les financements privés dans la santé, les nouvelles technologies et l’ enseignement privé. Ces banques islamiques, gérées par de véritables professionnels, avec un « conseil de surveillance éthique» composé par des théologiens visant à s’assurer de la conformité des transactions par rapport à la «Chariâa», pourront jouer un rôle dynamisant et positif pour les différents secteurs de l’ économie marocaine.

Comment les banques islamiques contribueraient-elles à l’essor de l’économie nationale ?

Avec le préalable de modification et d’amendement de la loi bancaire, ces banques apporteront une dynamique de compétition saine et de concurrence loyale qui, espérons le , pousseront les banques classiques à adapter et améliorer leurs produits et services existants, par le financement accru des industries marocaines, sur la base du partage des risques, de la responsabilité et des revenus. Ces banques vont favoriser la  «culture entrepreneuriale» qui est en perte de vitesse, ainsi que le climat de confiance dont a cruellement besoin l’environnement des affaires dans notre pays. Je vous laisse imaginer les effets et impacts positifs sur l’emploi, la création de richesse et de croissance qui en découleront.

Dans une récente déclaration à la presse, Nizar Baraka avait fait allusion à l’adoption de nouveaux modes de financement. Quelles seraient, donc, ces nouvelles formules ?

Nizar Baraka a fait allusion à ce «nécessaire» élargissement du paysage financier et bancaire, dans la perspective de «Casa Finance Center» et de l’ ambition légitime du Maroc à se constituer en Hub économique, financier et bancaire du Maghreb et de l’ Afrique, se plaçant progressivement en concurrent de l’ Afrique du Sud. Cette ambition est d’autant plus justifiée et facilitée par la position géostratégique du Maroc par rapport à l’Afrique, à l’ Europe et au Monde arabe. Son statut privilégié avec l’Union européenne, ses accords de libre-échange avec les États-Unis, la Turquie, plusieurs pays Arabes, et dans quelque temps avec la zone africaine de l’ UMOA et avec le Canada, le prédisposent naturellement à être un acteur de taille dans la région. Tout ceci n’ aurait pas de «bon sens» ou de «sens» tout court, si l’on continue à ignorer la nécessaire complémentarité économique des banques islamiques, avec tous les effets positifs connus et reconnus dont bénéficiera l’économie marocaine. Les autres outils de financement, aux côtés des banques islamiques, seront des sociétés d’investissements islamiques, des sociétés de capital risque et des compagnies d’ assurances «Takaful» basées sur la solidarité communautaire.

Qu’en est-il des PME-PMI qui sont vitales pour une économie prospère ?

En espérant avoir 2 ou 3 banques islamiques au cours des 5 prochaines années, les PME-PMI ainsi que les microentreprises pourront accéder à des financements basés sur le capital risque, le capital développement et les opérations de «Moudaraba», «Mourrabaha» et «Moucharaka», propres au financement islamique. Ainsi pourra s’établir, progressivement, un partenariat intelligent entre banques classiques et islamiques dans certaines opérations de syndication de financement de projets structurants, développant systématiquement le partenariat public-privé «P P P». Puisque nous parlons de banques, je dirais que l’Islam ne peut être une religion de simple idéologie, mais c’est aussi un véritable projet sociétal que ces banques islamiques, si elles s’astreignent à la rigueur professionnelle et éthique , pourront porter sur les plans commercial, économique et financier.

Interview réalisé par Kawtar Tali, Aujourd’hui le Maroc

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 11, 2012 dans Maroc

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 772 autres abonnés