Maroc : la loi ouvre la porte aux banques islamiques

maroc-billet-20-dh

  • La loi n° 103.12 pour les établissements de crédit et organismes assimilés définitivement adoptée.
  • Les banques n’attendent que la publication du texte au Bulletin Officiel pour créer leurs filiales dédiées à la banque participative.
  • Bank Al-Maghrib, la banque centrale a déjà préparé les projets de décrets d’application.

Le parlement marocain a adopté à l’unanimité le 25 novembre 2014 la nouvelle mouture du code bancaire – Loi n° 103.12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés – dont le Troisième Titre est entièrement consacré aux banques participatives (islamiques).

Une partie des amendements introduits le 22 octobre 2014 par l’opposition au niveau de la Chambre des Conseillers (2ème chambre) a été écartée.

Ci-dessous la version amendée de la loi 103.12 en arabe telle qu’elle avait été approuvée en première lecture par la Chambre des représentants en juin 2014.

Les principales banques marocaines travaillent depuis plusieurs mois en vue de la création de filiales spécialisées pour exercer l’activité de finance participative.

RIBH

Texte amendé loi 103.12 (arabe) Juin 2014

maroc195_vf_pdf

Projet de loi 102.13 – Janvier 2014

Articles liés :

Finance islamique : le dinar or pour préparer l’après dollar

L’Islam propose un modèle économique qui peut apporter des solutions aux problèmes d’inflation, et d’endettement actuels. Le mouvement dinar, conduit par l’économiste espagnol Shaykh Umar Vadillo et le World Islamic Mint, militent depuis une vingtaine d’année pour l’utilisation de la monnaie sunnah : le dinar d’or et le dirham d’argent.

Shaykh-Umar-Vadillo

Shaykh Umar Vadillo – La monnaie en espagnol se dit dinero (dinar)

Les objectifs de ces démarches vont au delà de la finance islamique qui se contente d’islamiser les produits de la finance conventionnelle à travers des montages financiers compliqués – et forcément plus chers – en les affublant de termes arabes pour les rendre crédibles aux yeux de la clientèle ciblée. La restauration du dinar d’or est la condition première pour atteindre les maqassid – les objectifs ultimes de la Charia et de la Sunnah – pour libérer l’homme de l’oppression du capital.

Cette aspiration est remise d’actualité suite à la récente initiative de l’Etat Islamique d’émettre sa propre monnaie comprenant le dinar d’or, le dirham d’argent et le felss de cuivre.

B2WfIEaIcAAZpze

La Chine prépare déjà l’après dollar

La Chine se prépare déjà à l’ère post-dollar et accumule les lingots d’or pour mieux imposer sa monnaie, le yuan. En 2013, la Chine est devenu le premier pays dans l’histoire, à avoir acheté plus de 1.000 tonnes d’or en une seule année. En deux ans et demi, le pays a acheté 2.500 tonnes d’or, c’est-à-dire l’équivalent de la totalité du stock d’or de la France (2.435 tonnes). De plus, elle conserve à l’intérieur de ses frontières l’or que produisent toutes ses mines.

dollar-yuan

« A ce train-là, la Chine devrait devenir, d’ici 2017, le pays ayant les premières réserves d’or au monde, devant les Etats-Unis. Cela fait sens, affirment plusieurs économistes : les dirigeants chinois sont à la manœuvre pour préparer l’après-règne du dollar. La Chine possède en effet plus de 5.000 milliards de dollars, dont la valeur ne cesse depuis cinq ans, de baisser, suite aux opérations d’émissions massives « Quantitative Easing » lancées par la Réserve fédérale. »

RIBH